Préparation de l'Acte V : deux individus interpellés sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Préparation de l'Acte V : deux individus interpellés

Date : 14/12/2018 | Mise à jour : 14/12/2018 16:44
Partager

Deux individus ont été interpellés dans la nuit de jeudi à vendredi en possession de "gants, de masques de clown et de cocktails molotov", a-t-on appris du préfet de la Haute-Loire ce vendredi.

"On doit se préparer", a lancé le préfet de la Haute-Loire, Yves Rousset, lors d'une conférence de presse organisée ce vendredi 14 décembre 2018, à la veille de l'Acte V de la mobilisation des Gilets jaunes. "Les informations dont nous disposons n'ont pas lieu de nous rassurer", a-t-il précisé. Et de pousuivre : "Hier soir, deux individus ont été interpellés à Brives-Charensac avec des masques de clown, des gants, des cocktails molotov indiquant qu'ils préparaient la journée de samedi." Quant à savoir qui sont ces deux individus, le préfet n'a pas souhaité répondre : "Ce n'est pas le sujet. Le sujet, c'est qu'il y a des gens qui se préparent à recommencer et donc je m'y prépare également."

31 gardes à vue jusqu'ici

En tout, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, 31 gardes à vue ont eu lieu en Haute-Loire. Yves Rousset dit constater une baisse de la mobilisation sur les ronds-points et une modification du ton général, sauf parmi "les éléments les plus radicaux". Aucune déclaration de rassemblement n'a été déposée en préfecture pour la journée de samedi, ni au Puy ni ailleurs. Le préfet a demandé des renforts extérieurs. L'arbitrage sera rendu dans la journée ce vendredi.

De nouveaux arrêtés d'interdiction

En plus d'une demande de renfort des forces de l'ordre similaire à celle de la semaine dernière, la préfecture de la Haute-Loire a une fois encore pris des mesures exceptionnelles pour ce samedi 15 décembre 2018, jour de l'Acte V de la mobilisation des Gilets jaunes. Deux arrêtés ont de nouveau été pris par les services de l'Etat interdisant le transport et la possession d'armes par destination ainsi que la circulation de produits inflammables dans tout le département.
Le préfet a également demandé au maire du Puy-en-Velay de faire évacuer, sur l'ensemble de la ville, les éléments (mobiliers urbains, poubelles, etc.) pouvant être projetés ou incendiés. En effet, des bancs avaient été arrachés et mis en feu sur la chaussée samedi dernier. Le parking souterrain de la place du Breuil sera fermé.

Auchan Brives-Charensac a demandé une dérogation afin de pouvoir ouvrir, toute la journée, ce dimanche 16 décembre. Demande acceptée.

Le maire refuse d'interdire l'alcool

Quant à l'arrêté municipal pris la semaine dernière interdisant la vente, la consommation et la possession de toutes boissons alcoolisées dans le centre-ville du Puy, le maire Michel Chapuis aurait émis cette semaine quelques inquiétudes concernant les conséquences d'une telle mesure à l'égard des commerçants. "Ce qui a été convenu, c'est que je lui ai adressé une mise en demeure concernant cet arrêté. S'il ne le prend pas, je me substituerai à lui." C'est effectivement ce qu'il s'est passé en début d'après-midi.
L'arrêté prendra effet ce samedi 15 décembre à 13h et ce jusqu'à minuit. Il pourrait être levé plus tôt si le calme est assuré "en fonction de la réalité des incidents ou de l'absence d'incidents."
Quant au marché, le préfet ne demande pas son interdiction ce samedi (pourvu que tous les étals soient remballés à 13h). D'ailleurs le week-end dernier, le maire avait pris cette décision de sa propre initiative.

> Voir les trois arrêtés préfectoraux

Répondre à l'inquiétude des commerçants

Yves Rousset a promis de faire « tout ce qui est en [son] pouvoir pour que l’activité économique à l’approche des fêtes de Noël soit satisfaite ». Le préfet a reçu la Fédération du bâtiment, les représentants des commerçants du Puy et doit recevoir la FDSEA ce vendredi après-midi. Les commerçants de Monistrol-sur-Loire ont été reçus par la sous-préfète d’Yssingeaux. Quant au président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), Jean-Luc Dolleans, il a demandé au préfet de rétablir la libre circulation routière.

Une opération escargot a été menée à la mi-journée ce vendredi sur la RN88 dans le sens Le Puy - Saint-Etienne.

Un campement démantelé

Ce mercredi, les services de l’État se sont rendus sur tous les ronds-points occupés du département demandant l’évacuation. Dans la grande majorité, ils retiennent une « certaine qualité d’écoute » et un engagement à remettre les choses en ordre et à organiser progressivement le retour au calme. Sur un seul endroit, ils disent avoir rencontré des difficultés, au rond-point de Chomette, à Monistrol-sur-Loire, où du racket et des menaces ont été constatés (voir vidéo ci-dessous). "Il y a des Gilets jaunes qui sont allés menacer des commerçants dans leurs commerces en disant 'c'est nous les patrons du rond-point' ", détaille le préfet, invitant les commerçants à porter plainte.
Ce vendredi matin, le camp a été démantelé. Les abris et tout le matériel ont été enlevés par les gendarmes, sans heurts. "Cela contribue aussi à la libre circulation et c'était une demande des commerçants et des élus locaux", souligne le préfet. Ce mardi, l'Intermarché de Monistrol a pu rouvrir après une fermeture depuis samedi, et des mesures de chômage technique, en raison des blocages des livraisons opérés par les Gilets jaunes.


(Démantèlement du camp du rond-point de Chomette à Monistrol-sur-Loire ce vendredi 14 décembre 2018. / Photos : DR Lucien Soyère)

À Blavozy et Lachamp, les Gilets jaunes sont en train de déménager, sur un terrain privé à côté.
Au Fangeas, une partie des cabanes ont été enlevées.
À Saint-Just-Malmont, les Gilets jaunes organisent une kermesse citoyenne samedi et envisagent de partir en suite.
En revanche, à Brioude, le campement perdure. Le groupe entend désigner des délégués. Une assemblée générale est prévue samedi après-midi dans des locaux prêtés par la mairie. « Ils semblent s’inscrire dans une dynamique de dialogue construit », remarque le préfet.

Stéphanie Marin et Annabel Walker


Retour sur la conférence de presse en vidéo

Avec Eric Cluzeau, directeur départemental de la sécurité publique et commissaire de police du Puy, Yves Rousset, préfet de la Haute-Loire, Jean-Pierre Rabasté, colonel de gendarmerie et Franck Christophe, directeur du cabinet du préfet.



Depuis les annonces d'Emmanuel Macron lundi dernier, d'autres mesures ont été mises en place, comme le versement d'une prime de Noël dans la semaine du 25 décembre. Le Conseil des ministres doit également proposer des textes de lois à l'Assemblée nationale.


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteMB le 15 décembre 2018 - 10h22
Plus sage d'aller se ballader dans les bois cet après midi. Certains se complaisent dans le conflit, la casse, ça doit les occuper, donner un sens à leur vie!!! Et puis, Démission de Macron !!! pour qui à la place, vous avez une idée, vous croyez à un miracle. Les français l'ont élu, qu'ils assument et qu'ils attendent les élections!!!!!

Signaler un abus

img_journalisteM le 15 décembre 2018 - 09h41
Merci à tous ces ''radicaux'', je dirais plutôt des malfaiteurs. Cette minorité se réclamant des Gilets Jaunes est la seule et unique responsable des interdictions édictées par le préfet. Comme je lui ai dit il n'y a pas longtemps, je ne suis pas d'accord avec lui pour sa politique de sécurité routière, pour le reste je vais lui dire : ''Tenez bon et bon courage M. le Préfet'. Même chose aux policiers et gendarmes.

Signaler un abus

img_journalisteM le 15 décembre 2018 - 09h40
Pour énerver les gilets jaunes, l'état ne pouvait pas mieux faire que d'obliger l'évacuation des camps sur les ronds-points. Je voulais lancer une coopération entre les commerçants du puy-en-velay et les gilets jaunes afin qu'en échange d'un signe de ralliement (affiche ou gilets sur les vitrines) Les manifestations ne se faisaient plus en ville mais à cause de l'obligation d'évacuation, c'est devenu impossible.

Signaler un abus