Notre-Dame-des-Landes : des soutiens jusqu'en Haute-Loire sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Notre-Dame-des-Landes : des soutiens jusqu'en Haute-Loire

Date : 18/01/2018 | Mise à jour : 18/01/2018 12:06
Partager

Une vingtaine de personnes est venue célébrer "la victoire" de l'abandon du projet d'aéroport mercredi soir au Puy, tout en revendiquant le maintien de la ZAD.

Le projet d’aéroport près de Nantes est abandonné, malgré les engagements qu'Emmanuel Macron avait pris lors de la campagne présidentielle. Mais le gouvernement défend le fait d’avoir pris une décision, en référence à l'inaction de ses prédécesseurs après des années de tergiversation. 
Le dossier, lancé il y a un demi-siècle, a empoisonné les gouvernements successifs depuis une quinzaine d’années. Plutôt que de construire un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, petit bourg situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes, l’exécutif choisit de réaménager celui de Nantes-Atlantique, en rallongeant sa piste et en augmentant sa capacité. 

De nombreuses espèces vivantes qui ont disparu en Europe ces dernières années, toute une biodiversité, se retrouve présente aux sources de la Loire. "On a un couloir sur l'ensemble de 1 000 km en France, ce qui n'est pas rien, d'une biodiversité remarquable jusqu'à l'estuaire", assure Michel Soupet, naturaliste et membre de SOS Loire Vivante.

Une victoire naturaliste pour un site qui regroupe 20 % de la biodiversité française

En Haute-Loire comme dans beaucoup de territoires de l'hexagone, un rassemblement a eu lieu ce mercredi soir pour célébrer "la victoire" de l'abandon du projet d'aéroport. Surtout que d'un point de vue naturaliste, il ne s'agit pas d'un enjeu local mais plutôt international.
C'est une victoire naturaliste mais aussi "la victoire d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement" dans le bocage nantais. Selon les naturalistes, ce site regroupe 20 % de la biodiversité française, puisqu'on a toute la façade atlantique, les grands lacs comme celui de Guérande qui a la particularité d'être un lac salé, le lac de Grand-Lieu... et puis c'est un lieu de passage pour la migration des oiseaux qui vont nicher en Scandinavie.


En quoi les habitants de la Haute-Loire peuvent se sentir concernés par ce qu’il se passe à Nantes ?

Mercredi soir, une vingtaine de personnes s'est réunie devant la préfecture du Puy pour soutenir les personnes mobilisées sur la ZAD. Parmi elles, Michel Soupet, naturaliste et membre de SOS Loire Vivante, qui a obtenu l'abandon du barrage de Serre de la Fare, à Solignac, il y a 26 ans. 



"Nous construisons sur les ruines de vos folies"

Après l'annonce, mercredi, de l'abandon du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, les centaines de personnes qui occupent illégalement la zone à défendre sont priées de partir d'ici la fin de l'hiver. S'ils ne quittent pas Notre Dame des Landes, ils seront expulsés au printemps, mais les militants veulent rester pour promouvoir un monde meilleur.
Michel Soupet, puisque vous obtenez ce que vous appelez une victoire avec le retrait du projet d'aéroport, pourquoi vouloir maintenir la ZAD ? Afin de demeurer vigilant ? De laisser éclore une utopie ? 



"Ce qui va nous sauver, ce n'est pas le capital, les banques ou la finance, car la planète a ses limites"

"Il y a une concertation entre le milieu associatif et le milieu agricole, ils prennent leur vie en main et nous montrent ce qu'il faudrait faire pour respecter l'environnement", nous explique une poignée de militants devant les grilles de la préfecture du Puy.
"Ils ont un mode de vie autonome en alimentation et il y a une solidarité et une humanité remarquable", ajoutent-ils, "c'est ce qui va nous sauver, ce n'est pas le capital, les banques ou la finance, car la planète a ses limites. Ces jeunes ont un mode de vie qui n'est pas énergivore et on devrait s'en inspirer".

Abandonner cette ZAD, ce serait abandonner cette nouvelle vision du monde ?

Un rassemblement national aura lieu le samedi 10 février sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes car ce sera la fin de la DUP (déclaration d'utilité publique). 
Julien a 30 ans et il s'est déjà rendu sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Qu'est-ce qu'il a vu sur place et qu'est-ce qui l'a poussé à se mobiliser ? Ne pas abandonner cette ZAD, c'est une façon de ne pas abandonner cette nouvelle vision du monde ? 




Maxime Pitavy




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteL le 21 janvier 2018 - 10h39
Certains parlent de démocratie bafouée, mais il aurait fallu que le "référendum" porte sur un rayon autour du projet, ou alors sur plusieurs départements, voire sur le pays puisque nous paierons tous. Et puis, les habitants de Notre Dame des Landes et alentour ont dit très largement NON. Où est la démocratie ? Si les habitants de Nantes veulent intensément un aéroport, il n'y a pas de raisons qu'il ne se fasse pas à Nantes. Et il y a aussi Nantes St Nazaire dont le trafic peut augmenter

Signaler un abus

img_journalisteL le 21 janvier 2018 - 10h34
au delà de savoir si ce sont des utopistes ou non, n'oublions pas que c'est grâce à ces opposants que la solution choisie est celle qui coûte 160 millions d'euros de moins (même si VINCI touche la totalité de ses indemnités) qui pollue moins et qui sera réalisée le plus vite. Il a été souligné que certains aéroports européens de même taille que Nantes Atlantique recevaient plus de 20 millions de passagers par ans. C'est beaucoup plus que les 9 millions supposés à terme pour Nantes.

Signaler un abus

img_journalisteSR le 19 janvier 2018 - 14h47
j'ai croisé ces 2 intervenants. un peu utopiques, doux rêveurs. Moi aussi je veux un monde meilleur mais est-ce raisonnable de vivre en squattant les terrains appartenant aux autres. En étant aussi violents, en vivant comme au moyen-âge dans des conditions d'hygiène déplorable. Est-ce raisonnable de laisser ce "si joli coin", comme ils disent, dans l'état où ils l'ont mis ? si vous voulez expérimenter, achetez des terrains et installez vous comme vous l'entendez. Respectez les autres.

Signaler un abus