Monistrol-sur-Loire devient une antenne régionale de Polyméris sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Monistrol-sur-Loire devient une antenne régionale de Polyméris

Date : 18/05/2020 | Mise à jour : 19/05/2020 00:12
Partager

Sur les six pôles régionaux de ce géant spécialisé dans les caoutchoucs, plastiques et composites, Monistrol-sur-Loire sera de la partie. Polyméris va naître de la fusion d'Elastopôle et de Plastipolis, une naissance qui sera officialisée au début du mois de juillet. 

Bordeaux, Dijon, Laval, Nantes, Vitry-sur-Seine et… Monistrol-sur-Loire. C'est dans la cour des grands que la commune de Haute-Loire a été invitée à devenir un point d'ancrage de l'unique pôle de compétitivité dédié aux caoutchoucs, plastiques et composites en France : Polyméris. Né de la fusion entre Elastopôle et Plastipolis, le siège de cette entreprise sera basé à Lyon avec des annexes à Oyonnax et Orléans. Malgré la naissance de ce colosse dont les objectifs sont d'accompagner la croissance des entreprises du secteur et répondre à leurs enjeux de mutations écologiques et économiques, l'ambassadrice altiligérienne est quand-même loin d'être une bleue en la matière. "Le bassin de Monistrol représente la deuxième production de plastique de tout le pays, rappelle Sylvie Charrel, chargée de Projets Innovation Plastiques Souples et Emballage chez Plastipolis. Et 40% de la production de polyéthylène en France est fabriquée dans le département du 43". Si l'activité en Haute-Loire était déjà largement exportée dans l'hexagone et au-delà, cette fusion va permettre d'élargir de façon exponentielle leurs relations avec des laboratoires, des centres techniques, des partenaires et accéder à des outils dans le seul but de grandir et d'innover.

Plastique et écologie ?

Dur, au premier abord, de voir concilier transition énergétique, écologie et production de plastique. Pourtant, c'est bien l'un des axes principal de Polyméris. Sylvie Charrel explique ce paradoxe. "Cela peut être des innovations dans l'allègement des véhicules pour consommer moins d'énergie comme le fait Airbus, ou encore la réduction de l'épaisseur des emballages qui permet de recycler plus facilement. Nos réflexions capitales portent sur l'économie circulaire en tentant de réutiliser en boucle le plastique, et sur l'industrie du futur avec la plastitronic, l'intégration des circuits imprimés dans les polymères et les matériaux bio-sourcés par exemple".

La Haute-Loire, très haut lieu de production de plastique

Polyméris va ainsi rassembler au sein d'une même entité les 350 adhérents de Plastipolis et les un peu plus d'une centaine d'Elastopôle. "Les adhérents, ce sont bien sûr des entreprises mais également des institutions comme les ComCom, les Régions, les écoles de recherche, les centres techniques et les laboratoires, précise Sylvie Charrel. Au niveau de la Haute-Loire, presque toutes les entreprises du secteur sont membres de Polyméris, soit une soixantaine dont vingt très actives. Il s'agit par exemple de Leygatech, Barbier, Guerin plastique, 3P Profil ou Multiplast pour ne citer qu'elles. Et pour Monistrol et son bassin d'activité, ce rapprochement est l'assurance d'avoir encore plus d'experts, d'un réseau encore plus fourni d'entreprises et de partenaires potentiels." À noter qu'en France, il y a deux haut-lieu de production plastique selon Sylvie Charrel. Oyonnax (01), spécialisé dans la production par injection, et Sainte-Sigolène/Saint-Pal-de-Mons utilisant la technique de l'extrusion-gonflage pour la mise en forme de films ou de gaine en matière thermoplastique.

Une fusion motivée par Laurent Wauquiez

Mais pourquoi une fusion de cette envergure ? Et que va-t-elle apporter aux membres ? "Avec Plastipolis, on était déjà le pôle de référence en plasturgie et composite au niveau européen, assure Sylvie Charrel. Nous allons à présent toucher d'autres projets dans d'autres domaines notamment en automobile et accroitre davantage nos compétences dans les secteurs du médicale, de la pharmacie, de l'emballage et de l'agroalimentaire." L'initiative de ce rapprochement est signé Laurent Wauquiez, Président la région Auvergne-Rhône-Alpes. "Il souhaitait qu'il y ait des synergies entre les pôles possédant sensiblement le même genre d'activité", ajoute-t-elle. Un autre objectif de la fusion est d'acquérir un poids plus important au niveau européen et dans le Monde. Espagne, Suisse, Slovénie, Allemagne…Le pôle de compétitivité français ne compte plus les pays européens dans lequel il a tissé sa toile. Récemment, c'est la Pennsylvanie aux Etats-Unis d'Amérique, Québec au Canada et en Chine qu'il a ancré des attaches.

Un tiers-lieu technique aux Villettes

Autre innovation lancée dans le sillage de la nouvelle Polyméris, la création d'un tiers-lieu pour l'innovation en plasturgie qui sera situé dans Les Villettes, au sein de l'arrondissement d'Yssingeaux. "On y trouvera beaucoup d'outils numériques très performants pour faciliter les échanges avec l'Europe, l'internationale et de nouveaux partenaires, apprend Sylvie Charrel. Il fera office de vitrine pour les produits des entreprises de la plasturgie de Haute-Loire. Dans ce tiers lieu, il y aura aussi une salle de réflexion qui nous permettra de faire des journées techniques, une salle de réunion avec un système de visioconférence et un espace commun pour les commerciaux. Ca sera aussi un lieu pour faire découvrir les différents métiers du secteur aux écoles et aux étudiants." Le confinement étant passé par là, les travaux de l'espace dédié ont été retardés. Sylvie Charrel espère son ouverture en automne 2020.

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire