Moins de gastro-entérites cet automne ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Moins de gastro-entérites cet automne ?

Date : 16/10/2020 | Mise à jour : 22/10/2020 08:40
Partager

Les mesures barrières anti covid vont-elles avoir des effets bénéfiques sur les autres maladies virales cet hiver ? C’est ce que nous avons cherché à savoir en enquêtant auprès des praticiens généralistes locaux. 

De nombreuses maladies virales pourraient être évitées ou limitées par l'usage de mesures barrières comme le lavage des mains à l’eau et au savon pour la gastro-entérite, le port d’un masque comme cela se pratique dans des pays asiatiques pour la grippe ou la rhino-pharyngite ou encore par la distanciation sociale et le non serrage des mains comme cela se pratique dans les pays du Nord.

Chaque année, le scénario se répète. De l’automne au printemps, dans tout le pays, jour après jour, des centaines de milliers de personnes souffrent des mêmes maux : vomissements, diarrhée aiguë, nausées, perte d’appétit, fatigue, maux de tête, fièvre, frissons, douleurs d’estomac, crampes abdominales. Verdict : Gastro ! Un réseau de médecins généralistes et de pédiatres font remonter chaque semaine leurs observations dans une base de données nationale qui permet de juger de l'extension du nombre de cas de ces maladies dans le cadre d'un réseau de surveillance, le réseau Sentinelles.

Pas d'études chiffrées encore mais le sentiment d'un effet collatéral logique

Le réseau Sentinelles

Un des objectifs principaux du réseau est la constitution de grandes bases de données suivies à des fins de veille sanitaire, mais aussi de recherche. Cette base fait l'objet d'une publication hebdomadaire grand public téléchargeable sur le site réseau Sentinelles, INSERM/Sorbonne Université.
On peut également consulter l'activité des maladies surveillées en région Ici la région AuRA 
Cette base peut surtout être interrogée en temps réel par les praticiens aux fins de diagnostics.

Pour le docteur Alain Chapon, président du comité départemental de l'Ordre des médecinsde Haute-Loire, "on ne peut affirmer encore que les mesures barrières auront un effet positif sur le nombre de gastro-entérites, ce d'autant que les pics constatés sont essentiellement au moment des fêtes de fin d’année et à la fin juin. Il est cependant logique de penser que la prévention et les gestes barrières utilisés par les personnes contre le Covid devraient aussi prévenir d'autres maladies comme les gastros mais aussi les rhino-pharyngites grâce au port du masque. Certains des collègues ont peut-être notés qu'il y a un moindre encombrement des cabinets liés à ces pathologies en ce moment. Il faudra sans doute faire un point un peu plus tard".
Pour le Dr Roland Rabeyrin du syndicat MG France 43, installé rue de Mescehde à Guitard, il n'existe pas à sa connaissance d'étude qui mette en relation le bénéfice des gestes barrières pour les maladies virales telles que la gastro, mais il y a effectivement "un peu de gastro" en ce moment dans son cabinet. Et au contraire précise-t-il, "on peut peut-être faire le constat, comme il est fait pour le Covid que les gestes barrières auraient tendance à s'estomper, surtout dans le milieu extra professionnel. Si au travail ou en classe, on fait plutôt attention aux gestes barrières, dans le milieu familial et amical, on a sûrement baissé un peu la garde. Mas en tous cas, cela parait plausible que les gestes anti Covid auront aussi des effets positifs contre d'autres maladies virales comme on l'a bien constaté à la fin du confinement".



Actuellement le taux d'incidence pour la gastro-enterite est plutôt faible en Auvergne Rhône Alpes

La lecture du rapport de la semaine 41 du réseau Sentinelles démontre un taux d'incidence peu élevé en Région Auvergne Rhône-Alpes. Un regard sur la carte fait cependant apparaître que le Cantal fait exception et que la gastro-entérite y est en zone de vigilance élevée. Il se trouve que le département qui a été assez épargné par la 1ère vague Covid connait une situation épidémique moins sereine qu'au printemps. D'ici à en conclure que dans ce département, la maladie et donc les gestes barrières y auraient été plus négligés, il n'y a qu'un pas.

Mémo:

Pour de nombreuses maladies virales comme la gastro-entérites ou les rhino-pharyngites; il n'y a pas de vaccin et les antibiotiques sont dans la plupart des cas totalement inutiles.
Seuls les gestes barrières sont efficaces.



Pourquoi ne pas faire d'une pierre deux coups ? 

Et conseiller les mêmes gestes barrières, pour le Covid que pour les autres maladies virales pour passer de bonnes fêtes de fin d'année.

  • Distanciation physique (respecter au moins un mètre entre les personnes),
  • Saluer sans se serrer les mains ni s’embrasser,
  • Mesures d’hygiène (se laver régulièrement les mains, tousser dans son coude),
  • Port d’un masque quand on est malade
  • Aérer régulièrement les lieux fermés comme les chambres et les salles de bains
Cette dernière mesure est d'ailleurs l'un des quatre gestes barrières, trop souvent oublié ou difficile à mettre en oeuvre, qu'a rappelé le président Macron dans son interview du jeudi 15 octobre 2020 et trop souvent négligé : "aérer régulièrement (...) dix minutes trois fois par jour"

.

T.C.






 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...