Médecins en Haute-Loire : "La situation va s'améliorer" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Médecins en Haute-Loire : "La situation va s'améliorer"

Date : 27/04/2017 | Mise à jour : 27/04/2017 17:48
Partager

Comme beaucoup de zones rurales, la Haute-Loire est touchée par la désertification médicale. De nouveaux praticiens vont-ils arriver? Le docteur Alain Chapon, président du conseil départemental de l'ordre des médecins, est optimiste. Il répond à nos questions.


"Les femmes médecins ne travaillent pas moins"

"J'entends parfois que s'il est difficile de trouver un médecin, c'est parce que la profession s'est féminisée, et que les femmes travaillent moins. Evidemment c'est faux, je constate qu'elles travaillent autant, charges de famille ou non."

Aujourd'hui en Haute-Loire, il est presque impossible pour un nouveau patient de trouver un généraliste. La situation va-t-elle changer?

"Oui, l'espoir revient. La situation devrait nettement s'améliorer sur la période 2018-2022. L'ordre des médecins et les élus travaillent de concert depuis des années pour contacter de jeunes généralistes. Ce travail commence à porter ses fruits. Nous attendons les premières arrivées à partir de juillet, nous pourrons être plus précis à ce moment-là."

Pourquoi pas avant?

"La fiscalité sera plus avantageuse à partir de juillet. La quasi-totalité du département passera en zone de revitalisation rurale, ce qui signifie des exonérations fiscales sur le revenu pendant cinq ans. C'est très important. Quand j'ai arrêté d'exercer au Puy, une jeune femme venue de l'Aube a voulu me remplacer. Quand je lui ai dit qu'il n'y avait pas d'avantage fiscal pour elle, elle n'a pas donné suite."

La Haute-Loire est-elle un désert médical?

"Pas dans son ensemble. Il y a cinq zones condidérées fragiles par l'Agence régionale de santé : Saugues, Allègre, Retournac, Le Monastier et Craponne. Dans ces cas-là, les médecins qui s'installent bénécient d'aides supplémentaires."

Il est plus difficile de trouver des nouveaux médecins dans ces zones?

"En principe oui. Je pense notamment à Saugues, où l'on recherche toujours. La situation s'améliore dans la majeure partie du département, mais dans les zones les plus reculées, on devra peut-être encore faire appel à des médecins étrangers."

Les maisons de santé sont-elles aussi une solution ?

"Bien sûr, tant que les projets sont bien ficelés. Il faut être sûrs que des médecins sont prêts à y aller. L'avantage dans ces structures, c'est de pouvoir partager les charges, et de travailler en commun avec infirmiers et kinés."

D'où viendront les jeunes généralistes?

"Pour l'instant, nous avons une relation privilégiée avec l'université de Clermont-Ferrand, de par l'ancienne région. Depuis que celle-ci a été élargie, nous souhaitons nous rapprocher de la fac de Saint-Etienne. L'idée, c'est d'avoir le plus de stagiaires possibles en Haute-Loire. Par exemple, un jeune formé à Clermont va venir trois mois à Lantriac et trois mois à Saugues. S'il y a un bon contact, cela peut mener à une installation."

Et concernant les spécialistes?

"Là, c'est différent. La situation risque de s'aggraver. En libéral, il n'y a déjà plus grand monde. Il y a un déficit d'ORL au Puy et à Brioude. Certains cardiologues et ophtalmos qui exercent en ville vont partir. Il n'y a, pour l'instant, personne pour les remplacer. Tout se passe à l'hôpital aujourd'hui. Et encore, comme nous sommes proches de deux grandes villes [Clermont et Saint-Etienne], les plateaux techniques des hôpitaux de Haute-Loire sont parfois insuffisamment développés."

Propos recueillis par Clément L'hôte


 

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisters le 2 mai 2017 - 12h53
bonjour, je suis toujours à la recherche d'un medecin secteur blavozy !!!!!! du coup je me soigne toute seule en fouinant sur internet !!! mais pour les médicaments ca coince !!! ben vivement qu'ils gagnent mieux puisque apparemment c'est cela la condition !!!!! si on pouvait avoir les médicaments sans passer par eux ca serait bien !!!! c'est comme pour aller chez le pneumologue il faut attendre trois mois et encore il faut retourner chez son docteur pour l''ordonn

Signaler un abus

img_journalistea le 1 mai 2017 - 09h56
Si c'est pour nous fourguer des toubibs étrangers dont les diplômes , si diplômes il y a, ils peuvent rester dans leur pays !! On sait ce que valent certains...de plus des gens-là logés gratuitement par les municipalités se font la malle quelques semaines après leur arrivée et après avoir gagné quelques sous...

Signaler un abus

img_journalisteCB le 30 avril 2017 - 20h05
Le plateau technique de l'hôpital Émile Roux au Puy est développé de façon très satisfaisante, très complémentaire et concurrentiel par rapport aux CHU

Signaler un abus