Le mur de soutènement de l'hôpital du Puy menace de s'écrouler sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Le mur de soutènement de l'hôpital du Puy menace de s'écrouler

Date : 03/10/2019 | Mise à jour : 03/10/2019 12:08
Partager

Fragilisé par une canalisation perforée, le mur de soutènement de la rue Antoine-de-Saint-Vidal va être refait sur environ 25 mètres. Les travaux, débutés ce mercredi, condamnent la rue pour deux mois.

"Des mesures d’urgence ont été prises pour sécuriser le mur et les circulations". C'est le message du maire du Puy Michel Chapuis alors que le mur de soutènement du Centre Hospitalier Emile Roux, qui longe la rue Antoine-de-Saint-Vidal, vient de donner ses premiers signes de faiblesse.
D’une hauteur de 2,60 (du côté de l'hôpital), le mur s’est décollé de la chaussée sur environ 25 mètres de long.

Tout serait partie d'une canalisation perforée

Ensuite, les températures caniculaires suivies des intempéries ont fini d'affaiblir la jonction entre le mur et la chaussée. Le mouvement du mur serait donc dû en grande partie à une mauvaise étanchéité.
Il faudra d'abord reprendre le mur avant de réparer la conduite d'eau, le tout sans heurter la conduite de gaz qui traverse la chaussée sur les 25 mètres de chantier. Trois ouvriers d'ODTP 43 étaient à la manoeuvre ce jeudi matin. Les travaux devraient s'achever d'ici deux mois.


C'est ici que la canalisation d'eau a été perforée. / Photo DR Maxime Pitavy / Zoomdici

Circulation interdite

Un itinéraire piéton est encore possible le long du chantier mais les transports de collecte des ordures ménagères doivent emprunter un nouvel itinéraire. Un arrêté de péril a été pris pour interdire formellement la circulation de tous les poids lourds, y compris les transports publics.
Deux lignes du réseau Tudip sont impactées : les lignes E et I, où la desserte de l'hôpital est maintenue jusqu'au rond-point située devant l'entrée principale, mais les arrêts de la Boriette, la cité du Loup et la cité Saint-Michel ne seront pas desservis. 
Une première mesure conservatoire a été prise avec la suppression d’un côté de la chicane qui avait été créée, afin d’éloigner les véhicules du mur. Le directeur du Centre Hospitalier a été sollicité par les services municipaux pour neutraliser le stationnement en contre-bas du mur, dans l’enceinte du parking.

 

Maxime Pitavy




 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire