Le château de Chazelles à St-André-de-Chalencon retrouve son éclat d'antan sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le château de Chazelles à St-André-de-Chalencon retrouve son éclat d'antan

Date : 17/04/2019 | Mise à jour : 29/04/2019 13:56
Partager

A force de travail et de conviction, Romain et Ludovic Bertrand, deux passionnés, ont rendu son éclat au château.

Romain et Ludovic Bertrand, deux trentenaires au sourire généreux, aiment les châteaux et cela se voit. Propriétaires depuis six ans du château du Maréchal Fayolle à Saint-Geneys-près-Saint-Paulien, ils ont acheté en janvier 2018 leur deuxième domaine, celui de Chazelles, situé sur la commune de Saint-André-de-Chalencon.

Dix mois de chantier et des heures de travail

Passé le porche du château, opère déjà la magie. Une musique rappelant la Belle Epoque accueille tout en finesse les visiteurs. Pour l'histoire, l'édifice daterait du 14ème siècle et aurait été transformé au 19ème. Propriété d'un noble italien à une époque reculée, puis abritant un sanatorium dans les années 50, c'est une dame anglaise qui en avait fait l'acquisition pour en faire un accueil "Bed and Breakfast". Et il y a un peu plus d'un an, à la recherche de la perle rare pour répondre à la demande croissante de nouveaux mariés, Ludovic et Romain ont eu ce coup de coeur pour ce nouveau château. Le chantier aura duré dix mois et a permis au domaine de retrouver son éclat d'antan tout en restant authentique. "On n'a pas compté nos heures, il nous est arrivé de travailler parfois jusqu'à deux ou trois heures du matin à sa restauration", explique en préambule Ludovic Bertrand.

"Tout était délabré"

Si les deux châteaux accueillent des couples venus des quatre coins de France, une clientèle internationale est également très friande de ce lieu prestigieux. Il faut dire que le cadre est idyllique. Le couple a entièrement rénové la vieille demeure, des sols aux plafonds. "Quand nous l'avons achetée, il n'y avait pas de chauffage. Tout était délabré. Maintenant, il est chauffé partout au sol par des granulés", affirme Ludovic Bertrand. "Et nous avons financé sa rénovation avec nos fonds propres. Nous n'avons reçu ni aide de l'Etat, ni de la Région, ni du Département," précise Romain.


(Romain et Ludovic Bertrand, deux passionnés, propriétaires du château de Chazelles. Photo DR/M-A.B)

Des artisans de Haute-Loire sollicités

Les deux châtelains ont fait appel à des artisans de Haute-Loire pour les gros travaux, peintres, façadiers, pépiniéristes, mais également pour les prestataires qu'ils recommandent chaudement à leurs futurs mariés : traiteurs, fleuristes, photographes, etc. "C'est toute une économie qui en profite ; ça fait vivre plein de personnes qui nous suivent, souvent depuis le début", se félicitent-ils.

Des jardins à la Française

Dans les jardins à la Française, les deux hommes ont planté de nouveaux arbres. Au milieu du parc donnant sur l'arrière, règne un hêtre pleureur, vivant là depuis près de trois cents ans. Le couple a également installé de jolies fontaines et les balancelles romantiques sous les tonnelles en fer forgé blanc n'attendent plus que les visiteurs. Le château en lui-même se compose de trois étages, qui abritent plusieurs couchages pour les familles des mariés. Au rez-de-chaussée, des salons chichement décorés servent aux vins d'honneur lors des mariages. Ludovic et Romain Bertrand ont pensé tout l'agencement de leur nouveau domaine. Le premier explique : "Romain imagine les choses une fois terminées. Lui travaille dans la décoration, quant à moi, j'ai fait l'école hôtelière. Le choix des rideaux par exemple, c'est lui. Pour le mobilier, nous avons récupéré de vieux meubles que nous avons relooké nous-mêmes."

Leur marque de fabrique : l'accueil personnalisé

Chez eux, l'accueil des mariés est personnalisé. "C'est notre marque de fabrique", confie l'un des deux hommes, tout sourire. En guise d'illustration, le châtelain actionne la cloche à l'entrée tout en expliquant : "c'est ce que l'on fait à chaque mariage. Cela permet aux mariés d'accueillir personnellement leurs invités dans la cour d'honneur. Il y a aussi la musique d'accueil, style de la Belle Epoque."

Une salle de bal digne des plus beaux contes de fées

En plus du bâtiment principal, d'autres dépendances ont été rénovées. L'hôtel particulier revêt un charme désuet. "On a détruit la véranda qui le jouxtait, et du coup, on a dégagé la vue sur le parc, c'est plus joli", justifie Romain Bertrand. L'ancienne écurie a elle aussi subi une transformation radicale pour devenir une magnifique salle de bal digne des plus beaux contes de fées. "La salle de bal, c'est l'élément clé," indique Ludovic Bertrand. Le sol est en carrelage imitant un parquet ancien. Des lustres en cristal brillant de mille feux se reflètent dans de somptueux miroirs vénitiens tandis que des vases style médicis ornent le lieu. Les peintures des murs et du plafond sont délicatement poudrées comme dans chacune des salles du château, elles changent au gré des lumières. "Ce sont des tons gourmands. Nous les avons faites nous-mêmes", affirme Ludovic Bertrand, non sans fierté.


(L'ancien château de Chazelles. Photo DR/M-A.B)

Des façades réalisées à la chaux

"L'ossature du bâtiment, elle, a été réalisée par un artisan. On a fait poser aussi des vitres anti-effraction", poursuit le jeune châtelain. Des tentures grandioses parent de hautes fenêtres. La salle donne sur les jardins qui verront bientôt éclore les premières roses. Un peu à l'écart du domaine, l'on peut apercevoir un pigeonnier. Les façades lumineuses des bâtiments principaux, eux, ont été refaits à la chaux. Les normes en vigueur n'ont pas été oubliées non plus. Un accès pour personnes à mobilité réduite a été conçu à l'arrière de la salle de bal.

Elégance et raffinement

Dans l'orangeraie, tout a été prévu pour accueillir les familles qui souhaitent se reposer durant le week-end. Les tons rose pastel et le mobilier chic et ancien, invitent à la sérénité. Du bâtiment, l'on peut profiter à la belle saison de la vue imprenable sur les jardins où domine le hêtre, illuminé le soir par des lampes au sol et habillé de lustres accrochés à ses branches multiples. Chaque pièce du château est décorée avec élégance et raffinement. Les fleurs sont également partout présentes. Dans les salons du rez-de-chaussée, des portraits des ancêtres du couple prônent sur la cheminée, témoins discrets de la renaissance du lieu antique. "On a vraiment l'impression que le château revit, qu'il respire," chuchote Romain Bertrand, la voix teintée d'émotion. La saison des mariages de rêve est officiellement lancée.

M-A.B.


 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...