Le Puy : les mesures pour renforcer le commerce de centre-ville sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le Puy : les mesures pour renforcer le commerce de centre-ville

Date : 12/10/2017 | Mise à jour : 12/10/2017 15:23
Partager

Le concept de la rue des Arts pérennisé et étendu à d'autres artères, la création d'une pépinière commerciale en hyper-centre à loyer réduit "pour réduire la vacance commerciale" et l'achat de 163 m² de locaux : ce sont les principales mesures en faveur du commerce votées mercredi soir en conseil municipal du Puy.

40 € par mois pour mettre en valeur ses produits au coeur de la cité ponote, il s'agissait d'une offre "impossible à refuser" pour la trentaine d'artisans concernée cette année rue des Arts au Puy-en-Velay.
Tellement bénéfique qu'une boutique restera ouverte jusqu'à Noël (les quatre magasins devaient fermer au 30 septembre), à la demande des artisans, manifestement séduits par le concept. Et le dispositif sera reconduit l'an prochain avec davantage de boutiques et des animations.

Le succès avait rapidement obligé à créer une quatrième boutique

Pour cette première année, il n'y avait "pas eu de sélection", nous expliquait Sarah Poyeton, référente métiers d'Arts à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Loire lors de notre enquête fin août.
L'ensemble des artisans d'Art (ndlr : un fichier d'environ 250 contacts) avait été convié à une réunion d'information. Une quarantaine est venue et rapidement et il avait fallu proposer une quatrième boutique tant les demandes affluaient. Pour la reconduction du dispositif, une sélection devrait être opérée

Un loyer quatre fois moindre environ

La première clef de la réussite de cette initative, c'est le coût très modéré pour les artisans exposants. Chacun paye 40 € de loyer par mois. Les 33 artisans sont répartis en quatre boutiques, soit une moyenne de 8 par boutique, soit un loyer moyen reversé à la mairie de 320 €... Loin, très loin du prix réel pour un pas de porte aussi idéalement situé (facilement quatre fois plus).
Une offre "impossible à refuser" pour Nathalie Gauvin, artiste peintre de l'agglomération clermontoise. "C'est une grosse différence sur le chiffre d'affaires annuel. Pour moi, ça vaut vraiment le coup, je suis super contente", confiait-t-elle pleine de fraîcheur en août dernier.

Expositions et démonstrations

Autre piste évoquée par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Loire en août dernier : proposer des expositions et autres démonstrations d'artisanat d'art pour proposer des temps forts dans ces rues.

Essaimer dans la rue Raphaël et à terme gagner la rue des Tables

Véritable lien entre ville-haute patrimoniale et ville basse plus commerçante, ces rues ont vocation à devenir "ambassadrices du savoir-faire local", explique la majorité municipale, qui a donc voté la poursuite du dispositif, alors que l'une des boutiques, accueillant dix artisans, restera ouverte jusqu'à Noël.
Le concept va s'étendre à d'autres artères de la ville l'an prochain. La stratégie retenue sera de "densifier la rue Chènebouterie, attractive d'un point de vue commercial, afin de pouvoir essaimer dans la rue Raphaël et à terme gagner la rue des Tables".

Trois locaux commerciaux achetés rue Pannessac et Grenouillit

Pour "maintenir son attractivité commerciale", la Ville va faire l'acquisition de droit au bail de locaux formant une unité commerciale situés aux 13 et 15 rue Pannessac et au 14 rue Grenouillit pour 10 000 euros.
D'une surface totale de 163 m², cette opération est un enjeu majeur pour le commerce en centre-ville. Le droit au bail permettra l'installation d'une "nouvelle offre commerciale adaptée aux besoins actuels".

Une coutellerie rue Pannessac ?

La création d'une pépinière commerciale en hyper-centre à loyer réduit a pour objectif premier de "réduire le nombre de locaux vacants qui véhiculent une image négative de la ville", détaille le maire Michel Chapuis, "et d'apporter une valeur ajoutée à l'offre commerciale", en ciblant des secteurs d'activités manquants en centre-ville.
On ne sait pas encore lesquels mais "on a identifié les besoins et déjà quelqu'un", nous souffle-t-on, aux 50 et 52 rue Pannesac. Selon nos informations, il pourrait s'agir d'une coutellerie. 

Qui peut bénéficier de ces aides ?

Sont éligibles à ces aides des entreprises artisanales ou commercial disposant d'un point de vente sur le périmètre de la nouvelle agglomération du Puy. Ces aides sont valables pour un plancher d'investissement de 2500 € HT et un plafond d'investissement de 50 000 € HT. Cette subvention peut donc grimper jusqu'à plus de 15 000 €. Les dossiers sont instruits par la CCI.

Loyers à prix réduits et jusqu'à 30 % de subventions pour des investissements de modernisation

Cette pépinière se caractérise par un accompagnement complet des commerçants avant, pendant et après la création de l'entreprise, grâce à une aide financière et une expertise. Les sept actions du plan commerce, qui se déclinent en 6 Millions d'euros, avaient été dévoilés en juin dernier. On retient notamment un loyer réduit, ce qui signifie une remise de 25 % la première année puis de 10 % la deuxième année avant de payer le prix réel ensuite. Un suivi à la création est proposé pendant trois ans par des experts.
Ce plan commerce permet un minimum de 30 % de subventions (20 % de la Région, 10 % de l'agglo en effet levier) en faveur des investissements de modernisation des locaux d'activité, de l'acquisition d'équipements professionnels, d'équipements relatifs à la mise en sécurisation des locaux, de travaux de mise en accessibilité à tous les publics, de rénovation de vitrines, façades et enseignes.

Les professions libérales intégrées au dispositif

Une fois n'est pas coutume, l'opposition a voté en faveur du rapport et a émis une proposition qui a été retenue par la majorité. Didier Allibert est en effet intervenu positivement tout en soulignant la "nécessité d’un protocole non discriminatoire vis-à-vis des professions libérales, elles aussi inscrites au registre des activités commerciales, et fortement en demande de locaux accessibles au rez-de chaussée". Il a donc été décidé de les intégrer au dispositif.

Tarifs de stationnement, vidéo-protection, plan de circulation...

Le menu du conseil municipal était extrêmement copieux ce mercredi soir. Le Grand Massot, le nouvel EHPAD "Les Vergers de Léa", la rénovation de l'église des Carmes, les tarifs du stationnement, la vidéo-protection étendue à de nouveaux quartiers, des écoles rénovées, le jardin Henri Vinay réaménagé ou encore le nouveau plan de stationnement et de circulation sont autant de dossiers qui ont été évoqués mercredi soir. La rédaction tentera de vous éclairer au mieux sur chacune de ces problématiques et d'autres articles seront diffusés prochainement sur Zoomdici.fr. 


Maxime Pitavy










Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteL le 13 octobre 2017 - 20h46
vous avez tout à faire raison GG c'est l'inverse du bon sens qui est fait concernant les parkings de l'intermodal et du centre ville ; on se demande qui pond de telles aberrations en dépit de la logique de brillants politiciens sans doute ! ; mais bon continuez comme ça et on n'a pas fini de faire ses courses devant son ordinateur y compris pour les achats du quotidien avec les " DRIVE " .

Signaler un abus

img_journalistePB le 13 octobre 2017 - 17h24
C'est bien joli de faciliter l'installation de nouveaux commerces au Puy, mais tant que l'on aura des problèmes de stationnement à des coûts onéreux et des policiers municipaux qui se cachent derrière les véhicules pour vous mettre un PV dès que vous avez claqué la porte.......Et tant que les commerçants vous accueilleront en vous montrant très lourdement que vous les ennuyez, pour ne pas employer un mot différent. Qu'ils ne s'étonnent que les gens aillent faire leurs achats ailleurs !

Signaler un abus

img_journalisteGG le 13 octobre 2017 - 09h55
Comment avoir envie de faire ses courses au Puy . Horaires TUDIP inadaptés, stationnement payant, commerçants ouverts à 10h et peu commerçant. Il aurait été simple de déplacer le parking (et offrir la gratuité) de la place Michelet vers la gare et de mettre des navettes gratuites mais on a choisi l'inverse.Tudip vers la gare et stationnement payant centre ville.Quelle aberration!

Signaler un abus