Le Puy : le lycée Jean Monnet incendié et le proviseur menacé sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le Puy : le lycée Jean Monnet incendié et le proviseur menacé

Date : 25/04/2019 | Mise à jour : 25/04/2019 16:26
Partager

MAJ 14h15. Le lycée Jean Monnet du Puy-en-Velay a été incendié ce jeudi 25 avril 2019 avant l'aube par des personnes encagoulées.

Les pompiers ont été alertés vers 5h20. Sur place, ils ont constaté plusieurs départs de feux à l'intérieur et à l'extérieur du self de l’établissement, à partir de poubelles notamment.
Les dégâts sont importants. Toutefois, aucun blessé n'est à déplorer. Une enquête est en cours. 

Munis d'un chalumeau

Deux personnes encagoulées ont tapé à la porte de l’appartement de fonction du proviseur du lycée public professionnel au-dessus du self. D'après Constantin Kontaxakis, l'un des individus était porteur d'un chalumeau. Le proviseur raconte : "A 5 heures du matin, cette nuit, j'ai été réveillé par des bruits, je suis allé à la porte. J'ai demandé qui était là. Je n'ai pas eu de réponse, j'ai donc entrouvert la porte pour voir et des jeunes gens ont essayé de m'agresser donc j'ai claqué ma porte, j'ai appelé la police." Les individus ont malgré tout insisté, tambourinant à la porte et auraient tenté d'y mettre le feu avant de prendre la fuite. "Quand les policiers sont arrivés, on a pu constater qu'il y avait le feu dans le self de l'établissementHeureusement que les forces de l'ordre ainsi que les pompiers sont arrivés très vite."

Sans l'intervention rapide des secours, les logements au-dessus du self auraient aussi été détruits

L'incendie a ainsi pu être rapidement maîtrisé. "Si on ne s'en était pas rapidement rendus compte, non seulement le self mais les logements au-dessus auraient été détruits. Le risque d'intoxication était également important parce que très vite des odeurs nauséabondes sont montées jusqu'au logement. Donc nous étions aussi en danger dans ce cadre-là." En effet, trois logements occupés sont situés à l'étage supérieur du self.
Même s'il ne pense pas avoir été visé personnellement, le proviseur choqué ne peut chasser de sa tête ce sentiment "d'avoir eu ma vie et celle de mon épouse (qui se trouvait également dans le logement au moment des faits, Ndlr) en danger par l'agression physique des personnes et par l'incendie du self qui se trouve juste en dessous."

Les enquêteurs sur place ont également constaté des traces d'intrusion dans le gymnase du lycée Jean Monnet et quelques "petits dégâts matériels, rien de bien méchant".


(Constantin Kontaxakis et Jean-Williams Semeraro, à la sortie du commissariat du Puy ce jeudi 25 avril 2019. Photo DR/S.Ma)

Le proviseur s'est rendu au commissariat de police en milieu de matinée pour déposer plainte "parce que je considère qu'il y a eu tentative d'homocide à mon égard". L'inspecteur d'académie, Jean-Williams Semeraro a également porté plainte "puisqu'un chef d'établissement qui est un cadre de l'Education nationale a été agressé, un incendie volontaire a été déclaré dans un établissement. C'est tout simplement inacceptable."

Un lien avec l'intrusion à l'Eveil ?

En début d'après-midi, le procureur de la République du Puy-en-Velay, Nicolas Rigot-Muller, a précisé dans un communiqué qu'une enquête judiciaire a été diligentée en flagrance, confiée en co-saisine à la brigade de sûreté urbaine du commissariat du Puy en Velay et au Service Régional de Police Judiciaire de Clermont-Ferrand. Et d'indiquer que "des rapprochements sont en cours avec d'autres faits de délinquance susceptibles d'avoir été commis la même nuit par les malfaiteurs." En effet, cette même nuit, les locaux de l'Eveil de la Haute-Loire ont été visités et vandalisés.


S.Ma. et A.W.



En milieu de matinée, le recteur de l'académie de Clermont-Ferrand, Benoit Delaunay a émis ce communiqué :

"Cette nuit, le proviseur du lycée Jean Monnet du Puy-en-Velay, sans élèves en cette période de vacances scolaires, a fait l’objet d’une agression et un feu a détruit l’espace de restauration collective du lycée, ne faisant aucune victime. Une enquête est en cours.
L’Inspecteur d’académie s’est rendu, avec le préfet, sur place tôt ce matin.
Le recteur a assuré le proviseur de son total soutien et de celui du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse et condamne avec la plus grande fermeté ces actes de violence.
Les services académiques sont pleinement mobilisés et travaillent en étroite collaboration avec la Région.
L’accueil des élèves sera assuré pour la rentrée scolaire du lundi 29 avril et un service de restauration sera mis en place."

 
Partager

Vous aimerez aussi