Le ''Poulidor de l'enduro'' en passe de décrocher le titre suprême sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le ''Poulidor de l'enduro'' en passe de décrocher le titre suprême

Date : 13/09/2018 | Mise à jour : 13/09/2018 13:04
Partager

Il pensait que cette saison serait sa dernière… Finalement, c’est sa meilleure jusqu’ici. A 35 ans, Julien Gauthier n’a jamais été aussi près de devenir champion de France d’enduro, dans la plus haute catégorie.

Les résultats 2018 de Julien Gauthier

Vainqueur Equipe Ligue Coupe des Régions d'enduro (P.Vissac / A.Basset)
2nd Val de Lorraine, 1er Grappe de Cyrano, 5ème Trèfle Lozèrien, 2nd Rand Auvergne, 2nd Aveyronnaise classic.
1er provisoire CDF E1

Les fans d’enduro rongent leur frein. Et ils sont nombreux en Haute-Loire, fief de la discipline. Ce week-end des 15 et 16 septembre 2018, la finale du championnat de France d’enduro 24MX se déroule à Brioude.
En Elite 1, la plus haute division, Julien Gauthier est en pole position, même s’il a vu fondre son avance lors de la dernière manche, à Moirans-en-montagne mi-juillet, après avoir fini sa course contre un arbre.



Le n°2 lui colle à la peau

Après six titres de vice-champion de France et quelques médailles de bronze, le licencié du Moto club du Puy-en-Velay pourrait donc bien décrocher son premier sacre, à l’âge de 35 ans. Alors qu’a-t-il changé, cette année, pour s’approcher à ce point du titre ?



Juste avant cette interview, Julien Gauthier est arrêté pour une demande d’autographe par une Ponote qui souhaite ainsi « faire plaisir à [sa] nièce qui vient d’avoir sa moto pour son anniversaire ». Une scène qui n’est pas rare pour celui qui évolue au plus haut niveau de l’enduro français depuis 15 ans : « Ça m’étonne toujours, et ça me fait plaisir bien sûr, quand on me reconnaît dans la rue ; ça arrive surtout au Puy puisque j’habite en centre-ville, mais parfois ailleurs en France ; souvent ce sont des jeunes qui me demandent des autographes », précise celui qui a oublié d’emporter son stock de posters avec lui.

>> Voir le programme de ce week-end à Brioude

Ses supporters l’encouragent donc à continuer. Car il y a un an, Julien Gauthier pensait arrêter la compétition à la fin de cette saison, notamment pour trouver un emploi régulier qui lui permette de « faire vivre la petite famille » plus confortablement. Mais vu son succès actuel, ses projets d’avenir ne sont pas encore fixés. Il pourrait bien rempiler encore un an, toujours avec le garage « Bonneton 2 roues » d’Aubenas. Mais pour cela, il aura besoin de l’appui financier de ses partenaires actuels. Et de nouveaux sponsors seraient les bienvenus également « parce que la moto ça coûte cher ! ».

Mais avant de penser à la saison prochaine, toute son attention est rivée sur ce week-end brivadois. Le titre suprême ? « Ça fait des années que j’en rêve ! » avoue-t-il modestement. Il faut dire que le pilote Yamaha a l’expérience derrière lui, mais aussi la jeune garde à ses talons !



Les divisions en enduro

E1 250 4t
E2 450 4t
E3 + 450 4t
C'est la puissance de la moto qui change.
Les catégories Élite et Junior font trois tours et les nationaux font deux tours.

Parmi les jeunes loups, mais dans une autre catégorie, Enzo Marchal tentera, lui aussi, de décrocher l’or, ce week-end à Brioude. Le Ponot n’a que deux points de retard en National E1.

Annabel Walker




 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...