La paysanne du Vivarais bientôt de notoriété nationale sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La paysanne du Vivarais bientôt de notoriété nationale

Date : 20/02/2019 | Mise à jour : 25/02/2019 09:35
Partager

Le succès du documentaire « Lucie, après moi le déluge » se poursuit.  Après France Inter, Télérama viendra à Monistrol pour en parler. L’association "Cinévasion" va le programmer dans des salles rurales de Haute-Loire. Une distribution nationale semble en bonne voie.

Dimanche 10 février dernier, le Ciné Dyke a encore fait salle comble pour « Lucie, après moi le déluge », qui plus est dans la grande salle, soit 283 spectateurs.

« Il faut une belle ouverture d'esprit pour avoir choisi Lucie ! »

« Quel phénomène ! Je n'aurais jamais pensé que le film ait un tel succès », confie la réalisatrice Sophie Loridon. Et de remarquer c'est en Haute-Loire que la fréquentation est la meilleure : « grâce au ciné Dyke qui a accepté de diffuser le film, alors que c'est habituellement difficile de rentrer dans les petits cinémas, alors dans les gros complexes, il faut une belle ouverture d'esprit pour avoir choisi Lucie ! ».
Et d’avancer une explication : « Sans doute que l'on s'identifie mieux en Haute-Loire qu'en Ardèche du Sud par exemple, où les paysages sont bien différents. La Haute-Loire, c'est le même plateau que celui sur lequel Lucie vivait, les mêmes paysages, le même climat... Bref, la Haute-Loire et la Haute Ardèche se ressemblent beaucoup ! ».

6 000 entrées en région, dont 1 800 en Haute-Loire

1044 spectateurs ont vu « Lucie » au Ciné Dyke sur six séances, « ce qui est énorme pour un film confidentiel comme celui-ci », s’étonne encore Sophie Loridon. À travers la région, près de 6 000 entrées ont été enregistrées, dont 1 800 en Haute-Loire.
Depuis, la réalisatrice a reçu une réponse positive de l’association de Haute-Loire "Cinévasion" qui lui propose encore des dates dans les villages, « ce qui permettra aux personnes plus âgées des campagnes de voir le film », se réjouit-elle.

> Lire notre interview de Sophie Loridon : 'Le documentaire de création, c’est une forme d’engagement'


Les média nationaux s’emparent du sujet

Jusqu’ici Sophie Loridon a distribué seule son film dans la région. Grâce à ce succès, elle a bon espoir de trouver un distributeur très bientôt pour une sortie nationale. D’autant que les média nationaux s’emparent du sujet. Suite à un reportage sur France Inter ce samedi 16 février, l'équipe s'est vue débordée par des demandes aux quatre coins de France. Dans le même temps, Télérama demandait à venir faire un reportage sur le terrain.
C'est Monistrol-sur-Loire que la réalisatrice a choisi pour ce reportage le mardi 26 février. L'équipe de CinéMagie, intéressée par la thématique du film, a donc contacté la réalisatrice pour qu'elle puisse venir débattre autour de son film. Sophie Loridon a beaucoup apprécié « après six mois de galère à trouver des cinémas ! ».

Après Monistrol, la date la plus importante sera le vendredi 15 mars à la Grenette d'Yssingeaux car cete projection s'inscrit dans le cadre du festival Cinéma et Ruralité.


Bande Annonce "LUCIE, Après Moi Le Déluge" from Cinedia Films on Vimeo.


Le programme des projections


- Mardi 26 février Ciné rencontre Cinéma La Capitelle/ Monistrol sur Loire, en présence de l'équipe du film, la réalisatrice Sophie Loridon et le compositeur de la Bande Originale, Hugues Laurent.
- jeudi 14 mars : Langeac 20h30
- jeudi 14 mars : Saint-Germain Laprade 16h30, 18h30 et 20h30 avec Hugues Laurent
- Vendredi 15 mars à Cinéma la Grenette Yssingeaux dans le cadre du festival Cinéma et Ruralité
- Vendredi 15 mars à Rosières 20 h 30 (sans l'équipe)
- Samedi 16 mars à Borée (07)
- Dimanche 17 mars à Vorey sur Arzon à 17h
- Jeudi 28 mars Monistrol d'Allier 17h (sans l'équipe)

> Voir la page du film avec toutes les dates de projections mises à jour régulièrement




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 22 février 2019 - 19h04
ça nous change des réseaux sociaux, des geeks, d'Hanouna et de toute la fanfreluche habituelle liée à la surconsommation et au web 2.0. Bravo !

Signaler un abus