La Haute-Loire, un département qui gagne des habitants sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

La Haute-Loire, un département qui gagne des habitants

Date : 29/12/2018 | Mise à jour : 08/01/2019 06:42
Partager

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), au 1er janvier 2016, la Haute-Loire comptait 227 339 habitants contre 224 907 cinq ans auparavant, soit une augmentation de 0,2 %.

Les chiffres de l'Insee= sont annuels. Le Puy a donc gagné 557 habitants en 5 ans, soit une augmentation annuelle de 0,6%, c'est-à-dire une centaine d'habitants par an.

C’est l’une des bonnes nouvelles de ce dernier recensement : la Haute-Loire a gagné 2 432 habitants en cinq ans. Même si la cadence a un peu faibli puisque le département a connu une croissance un peu moins importante entre 2011 et 2016 qu'entre 2006 et 2011, soit 0,2 % contre 0,5 %. Comment expliquer que le département continue de gagner des habitants ? Si le nombre de naissances ne compense pas celui des décès, c’est l’installation de nouveaux habitants dans le département qui explique ce phénomène.

L’Est plus dynamique que l’Ouest

Globalement, on remarque que la moitié Est de la Haute-Loire a tendance à gagner des habitants plus que l’autre moitié Ouest, de par sa proximité avec le bassin stéphanois. Une autre constance : les villes altiligériennes les plus peuplées sont relativement stables et continuent de voir leur population augmenter. Le Puy-en-Velay gagne 537 habitants (soit 0,6 %), Yssingeaux, 107 habitants (soit 0,3 %) et Brioude, 81 habitants (soit 0,2%).

Comme à chaque recensement, Aurec-sur-Loire est l’une des communes les plus importantes qui a gagné le plus grand nombre d’habitants : grâce à une augmentation annuelle de 1,5 %, elle atteint 6 111 habitants. En revanche, même si Monistrol-sur-Loire reste la deuxième ville du département, elle stagne avec seulement trois nouveaux habitants. D’autres villes moyennes de la banlieue du Puy, quant à elles, reculent : c’est le cas d’Aiguilhe (-46 habitants), de Chadrac (-114 habitants) et de Brives-Charensac (-170 habitants).


(La croissance démographique de la Haute-Loire reste positive, tout comme celle du Puy-de-dôme. Photo d'illustration : zoomdici)

La population de petites communes en augmentation

De petits villages, comme Blanzac, au nord du Puy, sortent du lot. Cette commune gagne ainsi 97 habitants, passant de 310 à 403 habitants, soit 5,4 % d’augmentation, c’est-à-dire l’une des plus grosses hausses du département. En revanche, au Vernet, au nord de Saint-Privat-d’Allier, l’une des communes altiligériennes les plus petites, l’hémorragie continue : on est passé de 27 à 23 habitants, soit une baisse de -3,2 %.

Au niveau régional, on observe que le Puy-de-dôme suit la même tendance que la Haute-Loire, tandis que l’Allier et le Cantal, eux, prennent la direction opposée en perdant respectivement 3 345 et 1 608 habitants. Cette situation est due essentiellement au vieillissement de la population que ne parvient pas à compenser le solde migratoire. Dans tous les cas la région Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région la plus peuplée de France, et selon l'INSEE, "sa croissance démographique reste soutenue grâce au dynamisme des grandes aires urbaines".

Julia Beurq

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteHC le 30 décembre 2018 - 13h35
une partie, l'est, se développe mais l'ouest de désertifie. c'est aussi un coin de nature où celle-ci n'est pas altérée (encore pas trop). c'est ce qui fait le département de la Haute Loire, terre aux multiples visages.

Signaler un abus