La Chaise-Dieu retrouve son trésor national sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La Chaise-Dieu retrouve son trésor national

Date : 16/07/2019 | Mise à jour : 02/09/2019 09:11
Partager

C'est un joyau inestimable qui revient sur ses terres natales après de longues années d'absence.

14 tapisseries flamandes en fils de laine, soie, lin et fils métalliques, datant du XVI ème siècle, ont repris leur place au sein de l'abbatiale, quelques années après leur restauration minutieuse. Jugées en "état d'urgence sanitaire", elles étaient dans un état déplorable, alourdies de plusieurs kilos de poussière et gorgées d'eau. Décrochées en 2013, leur restauration, qui s'est déroulée à Colombes, s'est terminée en 2016.

Exposées dans une salle qui leur est dédiée

Suspendues auparavant dans le chœur de l'abbatiale en hauteur, "d'où on les voyait assez mal", se souvient un visiteur, l'on peut désormais admirer ces tapisseries précieuses et fragiles, classées Monument Historique en 1840, dans l'ancienne chapelle Notre Dame du Collège,"où on peut maintenant en saisir tous les détails", poursuit l'homme avec une joie à peine dissimulée. Cette chapelle, construite sur un édifice roman antérieur, a été découverte par hasard par l'architecte Richard Goulois. Elle a exactement les mêmes dimensions que la tenture. Coïncidence surprenante : les tapisseries rentrent dans la salle presque au centimètre près. A croire que c'était  peut-être le lieu d'origine des tapisseries, qui sait

Les Casadéens et les professionnels du tourisme invités en avant-première

Vendredi 12 juillet, des Casadéens patientent dans la file d'attente de l'accueil, avides d'obtenir le précieux sésame et de découvrir enfin le lieu. Ils ont reçu personnellement une invitation tout comme les professionnels du tourisme du département avant l'ouverture au grand public le lendemain. Françoise et Jean, deux retraités, avouent discrètement : "on retrouve avec beaucoup de bonheur nos 14 tapisseries. On les a vues avant leur restauration il y a quelques années. On avait peur de ne jamais les revoir ici. C'est une fierté de les retrouver enfin. Elles appartiennent au patrimoine de La Chaise-Dieu".

Les réservations prises d'assaut

Ce jour-là, 150 personnes ont pu bénéficier de l'ouverture au site gratuitement et profiter des visites commentées par un guide. "On a organisé six créneaux d'une heure toute la journée avec des groupes de 25 personnes. Les réservations ont été prises d'assaut en 24 heures. On aimerait élargir les visites plus tard à la Loire et au Puy-de-Dôme, pour faire connaître ces richesses au plus grand nombre", explique Magali Garreau, chargée de mission au syndicat mixte de La Chaise-Dieu.

"Un régal pour les yeux"

Une fois passés dans l'église abbatiale, l'on accède à la salle où sont exposées les tapisseries. Les yeux brillent et s'attardent avec attention sur chacune des œuvres. L'émotion est divinement palpable. Sur chaque tapisserie, trois scènes composent un triptyque. La scène centrale représente un épisode du Nouveau Testament, alors que les deux autres ceux de l'Ancien Testament. Au-dessus, on peut voir des quatrains citant les textes d’Évangile en latin. On peut distinguer de nombreux animaux dont certains exotiques, de magnifiques reproductions florales ainsi que des tenues vestimentaires d'époque. Sans pouvoir détacher son regard de la scène de l'Annonciation, Salomé, 48 ans, chuchote :  "C'est un régal pour les yeux. J'en suis éblouie."

"Une résurrection de la ville"

André Brivadis, maire de La Chaise-Dieu, présent depuis l'inauguration la veille, confie tout sourire : "les Casadéens sont subjugués par le site embelli. C'est clairement une résurrection de la ville. Et pour ceux qui craignaient de ne pas revoir leur trésor national, il a fallu les rassurer, leur dire qu'il reprendrait de toute évidence leur place ici." Quant à Marianne, venue de Brioude et gérante d'un gîte, elle est tout aussi positive : "C'est sûr que c'est une plus-value à proposer aux vacanciers, ce site réhabilité et le retour de ces merveilleuses tapisseries".

Pas plus de 13C° dans la salle

Dans la salle, les fenêtres sont closes. On doit respecter une certaine hydrométrie et une régulation thermique. La température ne doit pas dépasser 13°C et les photographies au flash sont interdites. En sortant du lieu préservé, la visite est loin d'être terminée. Xavier, le guide conférencier, emmène les visiteurs vers la célèbre fresque inachevée de la Danse Macabre, en passant par la Tour Clémentine, pour accéder à la salle de l’Écho, cette curiosité acoustique étonnante, et enfin au cloître.

L'un des plus grands chantiers de restauration de monuments historiques

Portés par un Syndicat Mixte associant le Département de la Haute-Loire, la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay et la commune de La Chaise-Dieu, les travaux de réhabilitation de l'ensemble abbatial qui ont débuté en 2010, et dont le coût s'élève à 23 millions d'euros, sont l'un des plus grands chantiers de restauration de monuments historiques de notre époque. 

M-A.B.

Le parcours de découverte est accessible du 13 juillet jusqu'au 1er septembre 2019, ouvert 7/7 de 10 heures à 19 heures. L'entrée en plein tarif est de 7 euros, 5 euros en tarif réduit. L'accès aux Personnes à Mobilité Réduite avec un accompagnant est gratuit. Gratuité également pour les moins de 7 ans, les journalistes et les guides conférenciers. L'audio visio-guide est compris dans les tarifs. Des visites thématiques sont possibles avec un guide conférencier sur réservation moyennant un supplément de 3 euros. Pour en savoir plus : www.chaisedieu.fr



 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...