L'hôpital du Puy a sa propre plateforme de tests COVID sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

L'hôpital du Puy a sa propre plateforme de tests COVID

Date : 06/08/2020 | Mise à jour : 07/08/2020 10:12
Partager

Sans ordonnance, sans rendez-vous et surtout avec un résultat le jour même, l'hôpital du Puy propose désormais un dépistage virologique et sérologique analysé sur place. De quoi faire face à une potentielle deuxième vague, crainte de tous les professionnels de santé.

Face à la crise sanitaire due au coronavirus, le Centre Hospitalier Emile Roux (CHER) et son laboratoire se sont fortement engagés dans la stratégie de dépistage de la maladie par la mise en place d’une plateforme de tests COVID.
Opérationnelle depuis début juillet, cette plateforme, en complemént des autres existantes, notamment le drive installé sous un barnum à Taulhac (voir notre vidéo), permet la réalisation d'une cinquantaine de tests virologiques (prélèvement nasal) par jour (la capacité peut être doublé si nécessaire), mais également de tests sérologiques (prises de sang). À chaque fois, le délai de rendu des résultats est de 24h maximum, mais le plus souvent on a la réponse dans la journée.

La différence entre les tests virologiques et sérologiques

Il existe deux types de tests pour savoir si l'on a cotoyé le virus de la COVID-19 : d'abord le test virologique, qui consiste à dépister la présence du virus, puis le test sérologique, qui permet de savoir si on a été en contact avec le virus. Le test virologique se réalise par un prélèvement nasal et "s'il est présent, on a 90 % de chances de le détecter par le test virologique", explique le directeur de l'hôpital ponot Jean-Marie Bolliet.
Pour le test sérologique, qui se base sur une analyse sanguine, "on a un taux de fiabilité encore plus élevé", assure-t-il, mais ce test ne va déceler que la production d'anticorps par l'organisme, ce qui témoigne que l'on a été en contact avec le virus, mais qu'au moment où l'on réalise le test, on ne l'est plus.

50 000 € d'investissements

Trois salles techniques ont été dédiées spécifiquement à la PCR, auxquelles il faut ajouter l'acquisition de deux automates (extracteur et amplificateur), de petits matériels (centrifugeuses, micropipettes, vortex, équipements de protection...), sans oublier le recrutement d’un technicien de laboratoire et d’un ingénieur. l'investissement pour l'établissement hospitalier est d'un peu plus de 50 000 €.

Une centaine de tests PCR hebdomadaires depuis le début

Jusqu'au mois de juillet, les tests réalisés à l'hôpital du Puy étaient envoyés au CHU de Clermont-Ferrand, ce qui ajoutait des délais pour obtenir les résultats. Désormais, le centre hospitalier Emile Roux est le seul lieu de Haute-Loire à réaliser les analyses sur place. Le prélèvement PCR (test virologique) y est possible pour les patients hospitalisés dans les services de soins et pour les patients externes au laboratoire, sur rendez-vous (au 04 71 04 34 50), pendant ses horaires d’ouverture.
Le laboratoire du Centre Hospitalier Emile Roux réalise les tests PCR 5 jours sur 7 ; la capacité est à ce jour de 220 tests/semaine. Entre 50 et 100 tests/semaine ont été effectués depuis le 1er juillet, pour un total de 460 résultats rendus à ce jour. 

Plus de 330 tests sérologiques réalisés

Reste enfin la possibilité d'effectuer un test sérologique. En juin 2020, suite à la validation par l’HAS (Haute Autorité de la Santé) des kits de réactifs, le laboratoire s’est équipé pour la réalisation de ces tests sérologiques.
Là encore, pour les patients hospitalisés, les prélèvements sont réalisés dans les services de soins et pour les patients externes, les prélèvements sont réalisés au laboratoire, sans rendez-vous, pendant ses horaires d’ouverture. Depuis fin juin, le laboratoire réalise ces tests ; à ce jour plus de 330 tests ont été réalisés.

La priorité sera donné aux personnes symptomatiques ou les cas contacts

Si l'hôpital n'a pas communiqué plus tôt sur ce dispositif, c'était pour ne pas se retrouver débordé. "On ne voulait pas créer n appel d'air non maîtrisé", souffle Jean-Marie Bolliet, "maintenant, le dispositif est éprouvé et on est prêt à accueillir davantage de monde".
Mais attention : la priorité sera donné aux personnes symptomatiques ou les cas contacts. Un test peut également être demandé pour se rendre à l'étranger ou en viste dans un EHPAD. Mais il n'est pas question non plus d'engorger le service par simple curiosité.

Le Poste Médical Avancé (PMA) désactivé

Il a été mis en fonctionnement, pour permettre de trier les patients se présentant aux urgences et de réaliser des consultations spécifiques pour les patients suspects d'être porteur du virus. "On n'a aucun patient Covid en ce moment donc il n'est pas nécessaire de le maintenir, mais il peut être réactivé immédiatement si le besoin s'en fait ressentir", ponctue le directeur.

En cas de 2ème vague, "on sera beaucoup mieux armés, beaucoup plus plus efficaces et on mobilisera moins de lits"

Dans l'arsenal déployé par les autorités pour faire face à l'épidémie, le dépistage fait partie des armes les plus importantes pour lutter contre la Covid-19. Grâce à cette plateforme, l'hôpital sera beaucoup mieux armé et plus efficace en cas de deuxième vague.

 

Maxime Pitavy




 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...