L'hôpital Sainte-Marie du Puy ''se meurt'' sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

L'hôpital Sainte-Marie du Puy ''se meurt''

Date : 15/05/2018 | Mise à jour : 17/05/2018 14:40
Partager

Les mots sont forts. Mais la colère gronde à nouveau à l'hôpital psychiatrique Sainte-Marie du Puy-en-Velay. En cause, la répartition "inadmissible" d'une prime (CITS) ainsi que la suppression de lits dans le courant 2019.

Le service addictologie


Ce service qui devrait fermer courant 2019 accueille 23 patients hospitalisés, en temps plein, tout au long de l'année. "C'est très grave car les patients que nous avons ont besoin d'être hospitalisés à temps complet. Ils proposent pour faire des économies un service ambulatoire. Il y aura forcément des dégâts collatéraux", précise l'intersyndicale.

"Il y a de l'argent à Sainte-Marie, mais il est toujours redistribué aux mêmes, sans prendre en compte le manque de personnel et la situation des plus petits salaires qui n'ont plus de pouvoir d'achat." Le ton a très vite été donné ce mardi 15 mai 2018, lors d'une nouvelle mobilisation syndicale, devant le grand portail de l'hôpital Sainte-Marie du Puy-en-Velay. Cet argent fait référence à un crédit d'impôt (CITS) donné aux employeurs qui ont du personnel payé jusqu'à 2,5 fois le SMIC, soit 4,8 millions d'euros pour l'ensemble des établissements de l'Association Hospitalière Sainte-Marie.

Une prime annuelle de 500€ brut

Les organisations syndicales avaient déjà fait leur calcul. "Nous avons demandé une prime annuelle de 500 euros brut par salariés", explique Jean-François Vissac, délégué syndical CGT. Mais la direction en a décidé autrement tablant sur 300 euros brut destinés seulement aux catégories situées en dessous de l'indice 467. "On exclut donc les infirmiers, les éducateurs spécialisés, les cadres de proximité, les assistants sociaux etc", précise le délégué syndical. Et d'ajouter : "Alors que les hauts cadres ont obtenu une prime de 400 euros par mois financée par le CITS."

70 lits supprimés

Suppression des lits

11 lits dans les services enfants, il y a 2 ans
23 lits en psycho-gériatrie en décembre 2017
37 lits dont la suppression du service d’addictologie annoncés pour courant 2019

Les représentants syndicaux CGT et FO ont organisé deux heures de réunion d'information dédiée aux salariés, ce mardi 15 mai 2018 entre 13 heures et 15 heures. Un premier pas dans une démarche qui va se prolonger car le mardi 22 mai 2018, un cortège funéraire quittera l'hôpital Sainte-Marie pour rejoindre la manifestation unitaire de la fonction publique qui débutera dès 10h30 sur la place Cadelade au Puy-en-Velay. 70 croix représentant les 70 lits supprimés depuis deux ans à l'hôpital Sainte-Marie, traverseront donc la ville, accompagnées d'un cercueil. "70 lits, ça représente 700 personnes qui ne seront pas soignées à l'hôpital. Elles seront soignées d'une autre manière, mais pas forcément comme nous nous l'aurions souhaité", lance Jean-François Vissal encouragé par Nathalie Maurand, déléguée syndicale CGT. "Notre direction se vante d'être courageuse et volontaire, c'est inadmissible. Jusqu'où ça ira ? Petit à petit, l'hôpital se meurt."

Stéphanie Marin

> Voir la réaction de la direction de l'hôpital Sainte-Marie



Lire aussi

Absentéisme : à chacun sa galette à l'hôpital Sainte-Marie du Puy (24/01/2018)
Des centaines de salariés de Sainte-marie à Chamalières (07/12/2017)
Aujourd'hui, notre mission est de plus en plus déshumanisée (29/09/2017)

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...