Imagerie médicale : deux fois moins d'attente à l'hôpital du Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Imagerie médicale : deux fois moins d'attente à l'hôpital du Puy

Date : 18/09/2018 | Mise à jour : 19/09/2018 10:06
Partager

Grâce à l'implantation d'un nouveau scanner et d'une nouvelle IRM hautement performante, "on espère arriver à un délais d'attente entre 15 et 20 jours", selon le directeur de l'hôpital, contre 40 à 60 actuellement.

"Nous avons obtenu l'autorisation l'an denier de l'ARS (ndlr : Agence Régionale de Santé) pour implanter un deuxième IRM à l'hôpital Emile Roux", se félicite Jean-Marie Bolliet, directeur de l'établissement de santé vellave, et c'est bien un appareil d'IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) et un scanner qui seront bientôt mis en service, comme l'ont révélé nos confrères de Centre France début septembre.

Une enveloppe de 3,8 millions d'euros

"On est en train de faire d'importants travaux pour reconfigurer tout notre pôle imagerie, ce qui conduit à des difficultés de stationnement temporaires pour nos usagers et on s'en excuse", souligne le directeur du centre hospitalier Emile Roux.
L'hôpital est en effet tel un organisme vivant et il se construit et il vit toujours avec des travaux et des évolutions architecturales. Le coût total de l'opération (travaux et nouveaux équipements compris) s'élève à 3,8 millions d'euros, dont une partie est autofinancée et une autre subventionnée par l'ARS.

Une nouvelle IRM hautement performante

La puissance électrique du champ magnétique de l'IRM est actuellement de 1,5 tesla. Elle sera de 3 tesla sur le prochain équipement, une performance habituellement réservée aux CHU (centres hospitaliers universitaires) pour de la recherche principalement.

Des délais d'attente "avec même parfois des pics à 80 jours, ce qui n'est pas acceptable"

"Les ratios de population de Haute-Loire justifiaient pleinement que l'on est une deuxième IRM", assure Jean-Marie Bolliet, "afin de raccourcir nos délais d'attente qui se situent entre 40 et 60 jours sur un seul appareil, avec même parfois des pics à 80 jours, ce qui n'est pas acceptable". En tout cas bien loin des standards nationaux (30 jours en moyenne en France).
Après l'autorisation obtenue l'an denier de l'ARS pour implanter un deuxième IRM, "nous avons aujourd'hui le plaisir de déposer une demande d'augmentation de la puissance de cette deuxième IRM (voir encadré), ce qui signifie que les examens seront plus puissants et donc plus courts et surtout, le plus important pour les patients, des raccourcissements des délais d'attente", résume le chef d'établissement.

L'ensemble du matériel, hormis la deuxième IRM, sera opérationnel début 2019

La deuxième IRM, par elle même, va réduire très sensiblement les délais d'attente. "On espère arriver à un délais d'attente entre 15 et 20 jours, car on double les équipements et la deuxième IRM sera plus performante que l'actuelle, donc notre facteur de division devrait avoisiner les 2,3", estime le directeur de l'hôpital ponot.
Le remplacement de l'IRM actuelle interviendra en novembre 2018 et l'arrivée de la deuxième IRM sera effective en mars-avril 2019. "Pour le scanner, là aussi, les Ponots et les Altiligériens pourront bénéficier de deux équipements au lieu d'un", se réjouit Jean-marie Bolliet. Il sera lui renouvelé avant la fin de l'année et l'ensemble du matériel, hormis la deuxième IRM, sera opérationnel début 2019.

IRM, scanner : quésaco ?

Le scanner permet de visualiser les organes en 3D, sous forme de coupes. Il utilise des rayons X émis pas un tube qui tourne autour du patient ; une succession d'images du corps sont prises à 360° grâce à des capteurs situés de part et d'autre du patient et qui mesurent l'absorption des tissus. Le scanner permet par exemple de suivre l'évolution d'une hémorragie, d'une tumeur...
L'IRM utilise la propriété qu'ont les noyaux de certains atomes d'émettre des signaux quand ils sont soumis à un champ magnétique et une impulsion de radiofréquence particulière. Les images sont présentées sous forme de coupes. L'IRM présente une très bonne résolution en contraste ; elle est utilisée pour visualiser de nombreux organes différents (cœur, foie...), en particulier le cerveau. L'IRM fonctionnelle est un outil pour étudier l'activité du cerveau.
Dans les deux cas le patient est installé dans un tunnel mais celui de l’IRM est beaucoup plus long, pouvant entrainer une gêne chez les patients claustrophobes. La durée de l’examen est également plus longue en IRM (environ 30 minutes), qu’en scanner (autour de 5-10 minutes).



Maxime Pitavy




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisten le 21 septembre 2018 - 09h13
Un neurologue me prescrit une IRM en juillet pour recherche d'anvrisme, l'hospital me donne le rdv fin octobre! Plus de 3 mois d'attente ,en supportant des douleurs permanentes! Je doit dire merci si je meurs pas avant?

Signaler un abus

img_journalistePC le 20 septembre 2018 - 21h30
C'est vrai qu'en ce moment trouver une place de parking pour aller faire faire une prise de sang relève souvent du défi... Mais bon, c'est pour la bonne cause, alors on reste zen. D'autant plus que si les prochains délais d'attente scan' IRM seront largement inférieurs à la moyenne nationale, ce sera un vrai plus pour un département éloigné des grands centres urbains du pays.

Signaler un abus

img_journalisteM le 20 septembre 2018 - 19h57
y aura t il quelqu un pour les lire ? Actuellement c'est un peu compliqué et l'appui de ST ETIENNE est souvent necessaire. Déjà aux radios combien de fractures non décelées

Signaler un abus