Grippe : vaccination en pharmacie, un an après sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Grippe : vaccination en pharmacie, un an après

Date : 11/10/2018 | Mise à jour : 12/10/2018 10:56
Partager

A l'approche de l'hiver, l'expérimentation de vaccination contre la grippe en pharmacie est désormais élargie à d'autres régions et aux primo-vaccinants.

Cela fait maintenant un an que les pharmaciens de Haute-Loire sont habilités à vacciner eux-mêmes des patients contre la grippe. Cette mesure, lancée l’année dernière à titre d’expérimentation en Auvergne Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine, vise à permettre une meilleure couverture vaccinale au sein de la population à risque : personnes âgées, patients atteints de certaines maladies chroniques (diabète, etc.), femmes enceintes et personnes souffrant d'obésité morbide. Pour cette catégorie, le vaccin est entièrement remboursé par l'assurance maladie.

Plus pratique qu'un rendez-vous chez le médecin

En Haute-Loire, des dizaines d'officines proposent ce service. Elles étaient 47 au départ. Elles sont 68 cette année. Les pharmaciens volontaires ont dû suivre une formation et leur établissement doit disposer d’un local clos respectant la confidentialité pour l’administration du vaccin. « Nous avons vacciné plus de 250 personnes dans notre établissement depuis le début du dispositif, estime Audrey Chataignier, de la pharmacie d’Aiguilhe. Pour les patients, se faire vacciner en pharmacie est souvent un gain de temps. Les personnes qui y ont recours sont celles qui n’ont pas de rendez-vous réguliers chez le médecin et ne veulent pas en prendre un seulement pour ça.»

Le dernier bilan de Santé Publique France, publié en avril, faisait état de 13 000 décès imputables à la grippe en France lors de la dernière épidémie, soit moins que les 14 400 de l’année précédente. La quasi-totalité des victimes étaient âgées de 65 ans ou plus.

« ll y a surtout un avantage pratique à faire cela en pharmacie, parce qu’il n’y a pas besoin de prendre de rendez-vous et que ça se fait rapidement, renchérit Jonathan Chanut, titulaire à la pharmacie du Breuil au Puy-en-Velay. Sans ça, certaines personnes ne prendraient pas la peine de faire le vaccin contre la grippe.»


Le dispositif ouvert aux primo-vaccinants

L’élargissement de la vaccination aux pharmaciens est censé servir l’objectif gouvernemental de 75% de vaccinés au sein de la population à risque. Mais ce taux stagne encore en-dessous des 50 %. Dans le cadre de la nouvelle campagne lancée ce samedi 6 octobre 2018, le dispositif a été élargi à deux régions supplémentaires : les Hauts-de-France et l’Occitanie.
Quant aux personnes voulant se faire vacciner pour la première fois contre la grippe, elles pourront désormais elles-aussi le faire en pharmacie, alors qu’elles en étaient jusque-là exclues. « Nous venons simplement en complément des médecins et des infirmiers, rappelle toutefois la pharmacienne Audrey Chataignier. Cela fait partie des nouvelles missions qui nous sont confiées. »




Pourquoi les médecins n'ont-ils pas leur propre stock de vaccins ?

« Il y a un glissement des tâches pas forcément des plus cohérents, regrette Serge Piroux, médecin généraliste à Craponne-sur-Arzon et vice-président du syndicat de généralistes MG 43. Je ne suis pas du tout opposé à ce que les pharmaciens puissent faire eux-mêmes les vaccins mais, pour l’heure, ce dispositif ne me semble pas avoir changé grand-chose. Une solution plus efficace pour augmenter la couverture vaccinale serait de permettre aux médecins d’avoir leur propre stock de vaccins. Nous pourrions alors le proposer à nos patients en consultation, sans qu’ils aient besoin d’aller l’acheter en pharmacie. »

E.R.

>> La liste des pharmacies de Haute-Loire où se faire vacciner contre la grippe



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteN le 11 octobre 2018 - 19h25
Quelles sont les doses de mercure et d'aluminium dans ce vaccin SVP? Juste pour info...

Signaler un abus

img_journalisteM le 11 octobre 2018 - 17h18
Et pour les médecins une consultation en moins à 25 €

Signaler un abus