Gilets jaunes : interdiction de bloquer les centres commerciaux et les stations-services sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Gilets jaunes : interdiction de bloquer les centres commerciaux et les stations-services

Date : 20/11/2018 | Mise à jour : 21/11/2018 07:43
Partager

Au quatrième jour de la mobilisation des Gilets jaunes, sept sites en Haute-Loire sont encore impactés par des barrages filtrants.

Des dégradations

De nombreux radars ont été recouverts de peinture, un a également été détruit à la masse. Des panneaux signalétiques ont aussi été dégradés ainsi que des ronds-points et des terre-pleins.

Si la mobilisation s'est affaiblie en nombre depuis samedi dernier, soit le 17 novembre 2018, la motivation des manifestants, les plus déterminés, reste, elle, toujours aussi forte. "Ce n'est pas fini ! Ou Macron met sa fierté de côté ou on va aller tellement loin que ça va le dépasser", avertissait Jérôme Batret, un des Gilets jaunes présents ce mardi matin devant la préfecture de la Haute-Loire. Une trentaine de véhicules en provenance de Blavozy s'étaient dirigés en formation "opération escargot" jusqu'au Puy-en-Velay pour stationner devant la préfecture. "On est là pour essayer de renouer le dialogue entre l'Etat et le peuple.

>> A lire : Gilets jaunes : une journée de mobilisation et ce n'est pas fini

"On ne doit pas bloquer l'économie du département"

A 11 heures, toujours ce mardi 20 novembre, la rumeur courait qu'un barrage serait installé, dans l'après-midi, au rond-point du centre commercial Auchan et que la station-service serait bloquée. Il n'en a rien été, les manifestants étaient trop peu nombreux pour une telle opération. Mais les stations-services et les centres commerciaux peuvent-ils être bloqués par les Gilets jaunes ? La réponse est "non", la préfecture veille au grain. "Tant qu'il s'agit de barrages filtrants, nous laissons faire. Nous n'acceptons ni les barrages non-filtrants ni les blocages de centre commerciaux et de pompes à essence. On ne doit pas bloquer l'économie du département", a précisé Yves Rousset, le préfet de la Haute-Loire, lors d'une conférence de presse ce mardi soir.

A lire aussi : Gilets jaunes : les manifestants prolongent le mouvement dimanche

Des consignes qui ont été transmises aux représentants des Gilets jaunes à Blavozy lors d'un rendez-vous avec le directeur de cabinet du préfet, Franck Christophe, ce mardi à 16h30. Il leur a d'ailleurs été rappelé qu'ils devaient rester sur le rond-point et ne pas se placer sur la RN88. Des négociations sont en cours avec les Gilets jaunes des secteurs de Saint-Just-Malmont, positionnés devant une station-service ce mardi, de même que du côté de Brioude, à Cohade, où les manifestants stationnaient, eux, devant un centre commercial. Sur ce même secteur, dans la matinée, les gendarmes étaient intervenus pour libérer 170 camions bloqués à La Chomette. Des initiatives qui ont motivé le déplacement de la sous-préfète de Brioude pour un rappel des règles à suivre. Le préfet en appelle à la responsabilité des manifestants, "sinon, nous procéderons autrement" : relevés d'identités, de plaques minéralogiques et de délits d'entrave à la circulation.

Stéphanie Marin



Ce mercredi 21 novembre 2018, à 7h20, seules quelques gilets jaunes sont présents au giratoire de Blavozy. Aucune action ni aucun barrage n’est en place dans le département pour l’instant.

Mardi, à 19h15, il restait trois barrages filtrants :

RN 88
- Monistrol-sur-Loire (giratoire de la Chomette)
- Saint-Pierre-Eynac (giratoire de Lachamp)
- Rond-point des Fangeas : RN 88 - RN 102

Un blocage de la station-service du centre commercial de Saint-Just-Malmont

D’autres barrages peuvent se reformer dans la nuit ou très tôt mercredi matin.

La préfecture recommande : "à l’approche de ces zones de ralentissement, soyez prudents et adaptez votre vitesse. Les réseaux secondaires sont à privilégier."



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistes le 21 novembre 2018 - 21h05
Le préfet va bientôt demander aux gilets jaunes de rester cloîtré sur les rond points avec un bisounours dans les mains. Je croyais que le mouvement s'était éteint vu le chiffrage bidonné du ministère de l'intérieur relayé par les médias...Quant à ceux qui pensent que c'est un mouvement extrémiste, venez voir par vous même avant de gober n'importe quoi.

Signaler un abus

img_journalisted le 21 novembre 2018 - 18h09
A ces contestataires qui mélangent tout, pour revaloriser votre pouvoir d achat, pourquoi vous demandez pas à vos employeurs d augmenter vos salaires. La baisse des cotisations sociales de fin octobre est bien visible sur les fiches de paie. La baisse de la taxe d habitation est également faite. Par contre la manipulation est bien dans le camp des pauvres gens qui manifestent alors que les opposants platement battus par Macron pour leur incompétence osent apporter un soutien opportuniste.

Signaler un abus

img_journalisteM le 21 novembre 2018 - 17h55
y a trop de taxes , le carburant est trop cher ... les restaurants sont pleins tous les weekend, les différents séjours de vacances appart, hôtel, camping et autres doivent se réserver des mois à l'avance, pendant la période de fête les magasins sont pris d'assaut , les loisirs motorisés sont en constante progression, les voyages en avion pour des courts séjours explosent, etc etc .... alors svp par respect pour ceux qui sont vraiment dans le besoin méditer un peu sur tout ça....

Signaler un abus