Gare d'Alleyras : les usagers obligés de frauder sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Gare d'Alleyras : les usagers obligés de frauder

Date : 06/07/2020 | Mise à jour : 13/07/2020 12:27
Partager

Traverser les voies du chemin de fer pour rejoindre le quai parce que l'entrée sécurisée est interdite d'accès. Tel est le constat que dénonce le collectif des usagers des transports du Haut-Allier concernant la halte d'Alleyras.

Si vous souhaitez utiliser l'un des douze trains qui s'arrêtent devant la halte ferroviaire d'Alleyras pour rejoindre Clermont-Ferrand ou Nîmes, il vous faudra braver les panneaux d'interdiction qui dissuadent tout voyageur de franchir la voie de chemin de fer. Ou vous pouvez éventuellement escalader l'imposante grille en métal qui barre l'accès officiel du modeste quai. Par contre, si vous êtes une personne à mobilité réduite équipée d'un fauteuil roulant, n'essayez même pas de rejoindre la halte. Mission impossible. "J'ai moi-même été témoin de cette situation où un voyageur en fauteuil a tenté de passer par les voies parce que l'entrée normale était déjà condamnée, assure Marc Gouttebroze, président du collectif des usagers des transports du Haut-Allier. Le sol est tellement défoncé qu'il a dû renoncer et faire demi-tour. J'ai su par la suite qu'il a préféré rejoindre une autre gare pour effectuer son voyage".

Une petite halte qui a la cote

Ce témoignage qui semble tout droit tiré d'une bande dessinée satyrique démontre pourtant l'état de délabrement avancé de la halte ferroviaire d'Alleyras. "Contrairement à ce que l'on pourrait croire, beaucoup d'usagers utilisent la petite halte d'où cette fréquence de six trains par jour en aller et en retour", explique Marc Gouttebroze. Alleyras est doté d'un village vacance et d'un camping importants. Il faut savoir que le village voit sa population multipliée par quatre durant les mois estivaux. Beaucoup prennent le train pour se déplacer.
Depuis le mois de mars, la circulation ferroviaire sur la ligne a été interrompue pour cause de travaux. "Les trains sont revenus le 3 juillet et non pas le 5 comme la SNCF l'annonçait. C'est dire comme ils sont au courant de ce qu'il se passe sur les petites gares comme les nôtres", raille Marc Gouttebroze.

Un téléphone de secours vermoulu pour avoir des informations sur les trains

Concernant l'installation de la grille posée par la SNCF au mois de mai dernier, Marc Gouttebroze s'interroge sur sa présence. "D'après ce qu'on nous a communiqués lors de la réunion des collectifs, c'est que les petites haltes d'Auvergne comme celle d'Alleyras sont inscrites dans un projet de rénovation. Ce projet devrait être terminé avant la fin de l'année." Et question rénovation, Marc Gouttebroze en détermine un certain nombre. "Déjà, il faut bien évidemment rendre l'accès officiel ouvert. Le sol est défoncé un peu partout. Il n'y a aucune information en temps réel pour les utilisateurs. Il n'y a aucun guichet automatique pour les billets. Aucun moyen de joindre quelqu'un si un train n'arrive pas si ce n'est d'utiliser le téléphone de secours tout vermoulu. Enfin, en guise de lumière, il y a un vieux IPN qui supporte quelques lumières à led". D'après Marc Gouttebroze, cela fait 10 ans que les usagers interpellent la SNCF pour signaler tous ces problèmes en halte d'Alleyras. En vain.

La Région à la place de la SNCF

"Le problème, c'est que la SNCF souhaite fermer cette ligne depuis une décennie, insiste Marc Gouttebroze. Un autre fait qui démontre ce manque de volonté est la prise en charge des travaux. L'entretien des haltes et des gares sont de la compétence de la SNCF. Mais également les lignes de chemin de fer. Or, c'est la Région qui va financer la rénovation des lignes similaires à la notre afin qu'elles soient sauvegardées".
Suite à un colloque organisé au mois de septembre 2019 par le collectif, Martine Guibert, chargée des transports de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et Jean-Luc Gibelin, son équivalent dans la Région Occitanie, ont ainsi prévu d'injecter près de 11 millions d'euros en trois ans, assurés à 100% par les conseils régionaux, le tout sans aucune participation de la SNCF pour le maintien de la ligne. "Ce sont des travaux que ne veut plus financer la SNCF alors que c'est normalement de sa compétence et pas celles des Régions", se désole Marc Gouttebroze.

Nicolas Defay

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteA le 11 juillet 2020 - 14h31
Si Alleyras semble délaissée, allez donc à Darsac ( ligne le Puy Clermont) et vous pourrez admirer les illuminations des quais dès le soir venu, pour combien de voyageurs ?. Quelles sont les nécessités de cette gabegie ? La question reste posée.

Signaler un abus