Finances : vers "un service public low-cost" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Finances : vers "un service public low-cost"

Date : 21/06/2019 | Mise à jour : 21/06/2019 17:39
Partager

Dénonçant la "suppression de 15 trésoreries de Haute-Loire d'ici 2022", soit "une centaine d'emplois", les syndicats FO, CGT et Solidaires ont lancé un appel à la grève bien suivi ce vendredi.

Le projet de réorganisation des services des Finances Publiques de la Haute- Loire que la Directrice Départementale a dévoilé aux personnels début juin a mis en branle l'intersyndicale qui estime que "le réseau est pulvérisé".
Pour la centaine d'agents grévistes ce vendredi matin, la cartographie proposée est "un trompe l'oeil qui ne répond pas aux attentes exprimées ces derniers mois par la population, notamment au regard du besoin de services publics de proximité".

Vers une fin de la réception du public et du conseil aux élus ?

Si l'objectif affiché par l'administration est de "renforcer la présence des services de l'administration des Finances", pour Georges Trescartes, de la CGT, "ce projet prévoit en réalité la suppression des 15 trésoreries du département à l'horizon 2022".
Elles seraient remplacées par cinq Services de Gestion Comptable, ou back-office : Yssingeaux, Brioude, Langeac, Monistrol-sur-Loire et Le Puy. Elles ne conserveraient pas les mêmes compétences: elles seraient chargées du traitement de masse des opérations des collectivités, mais "ne recevraient plus le public et ne délivreraient plus le conseil aux élus".

"C'est la suppression des services publics sur tout le département"

C'est le cri d'alarme de Jocelyne Limagne, représentante Force Ouvrière et qui s'exprime pour l'intersyndicale : "des suppressions d'emplois massives vont arriver, une centaine d'ici trois ans sur le département, alors que nous sommes 300 actuellement". Prenons l'exemple du simple particulier qui veut faire sa déclaration d'impôt sur le revenu, car il y a d'énormes réceptions du public. Il devra nécessairement venir au Puy, même s'il habite à Yssingeaux par exemple, où un service des Impôts des Particuliers (SIP) existe pour l'instant.
La directrice a proposé des accueils de proximité ponctuels sur divers sites du département mais ce ne sera pas des agents des finances publiques qui répondront et "il n'y aura pas véritablement de service rendu", juge Jocelyne Limagne, "ça va aussi impliquer une grande mobilité forcée des personnels" et l'intersyndicale de renchérir : "ça imposerait à la plupart des collègues des difficultés sociales et familiales insupportables".

Un réseau fiscal réduit de moitié

Concernant le réseau fiscal, il ne restera plus que deux Services des Impôts des Particuliers (SIP), l'un au Puy, l'autre à Brioude, contre trois actuellement, et un seul Service des Impôts des Entreprises (SIE) à Yssingeaux contre trois aujourd'hui.
"Pour les collectivités, sept conseillers vont devoir se balader sur tout le département, c'est trois fois rien alors qu'actuellement, il y a quinze trésoriers qui se partagent déjà difficilement le territoire", ajoute Jocelyne Limagne avant de conclure : "on demande purement et simplement le retrait total de ce plan".


Maxime Pitavy




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistexR le 21 juin 2019 - 21h45
C'est l'évolution inéluctable de la société qui cherche toujours plus d'efficacité de rendement dans tous les domaines d'activités PROBLEME : la population ne cesse d'augmenter Comment occuper les citoyens sans travail ??? D'où l'idée de donner un salaire universel pour les personnes sans emploi !!!!! Malheureusement la richesse de notre pays part en fumée à cause de la mondialisation des marchés qui fait disparaître nos entreprises !!! Comment allons nous trouver l'argent ????

Signaler un abus

img_journalisteJG le 21 juin 2019 - 20h22
Marre de ces jérémiades syndicales Personnellement la dernière fois que j'ai dû aller dans une Trésorerie pour payer je ne sais plus quoi, cela remonte à 1974! Les trésoreries permanentes locales c'est fini. Et la dernière fois que j'ai dû me rendre au SDI pour un problème c'est il y a dix ans Les temps changent Parler de difficultés "insupportables" pour des fonctionnaires titulaires éventuellement transférés d'Yssingeaux au Puy est par ailleurs incongru

Signaler un abus

img_journalisteM le 21 juin 2019 - 20h03
manquait plus qu 'eux !! dans le privé le patron fixe la politique de l'entreprise et le personnel suit ou part idem dans la fonction publique c'est curieux comme tous ces fonctionnaires se soucient du public ce n'est pas pourtant tangible lors des contacts ce sont eux qui decident quand et comment. Combien de visiteurs dans les sites menaçés ? se déplacer est si compliqué et oui les heures !!!!!!!

Signaler un abus