Éoliennes à St-Jean-de-Nay : l'agglo soutient le projet... modifié sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Éoliennes à St-Jean-de-Nay : l'agglo soutient le projet... modifié

Date : 08/10/2019 | Mise à jour : 09/10/2019 06:41
Partager

Sollicitée par le préfet, l'agglo du Puy a émis un avis favorable à l'implantation de quatre éoliennes et deux postes de livraison aux lieux-dits "Champ Grand" et "Sauvage", à Saint-Jean-de-Nay... après deux modifications de la délibération. Explications.

- Photo montage -

"L'éolien, c'est une question très clivante selon l'angle sous lequel on se place, qu'il soit celui des énergies renouvelables, de la biodiversité, des recettes fiscales ou des contraintes pour l'habitat", a déclaré en préambule Willy Guieau, rapporteur du projet et vice-président de l'agglomération du Puy-en-Velay en charge de la transition énergétique.
"J'ai lu tout et son contraire sur ce sujet", a-t-il ajouté, après avoir précisé que les services préfectoraux ont sollicité l'avis de l'agglomération du Puy, conformément au code de l'environnement.

"Ce projet est porté par la commune et l'agglo soutient ses communes"

C'est ainsi qu'a tranché la question d'emblée le Président de la collectivité Michel Joubert, quand Willy Guieau développait un autre argument : "l'agglomération s'est engagée dans une politique volontariste de développement des énergies renouvelables et ce projet s'inscrit parfaitement dans cette tendance".
Le vice-président de l'agglo du Puy en charge de la transition énergétique a tout de même souhaité apporter une modification avant que la délibération ne soit soumise au vote. Là où il était stipulé "une attention particulière devra être portée à la protection des paysages", il a demandé à ce que soit ajouté "et des habitants".

Il faudra la collaboration d'autres acteurs pour que cette proposition voit le jour, principalement la société Boralex.

Et si les habitants bénéficiaient de retombées économiques des éoliennes ?

Autre suggestion de l'élu ponot : que la population puisse participer pour bénéficier elle aussi de retombées économiques. Il s'agirait d'un mécanisme participatif permettant aux habitants le souhaitant de devenir pleinement actionnaires du parc (une société à part, branche de Boralex, sera créée si le projet éolien va à son terme). "Ce serait une société citoyenne ouverte aux habitants, aux collectivités et même aux entreprises du secteur", nous confie l'élu.
Le porteur du projet éolien à Saint-Jean-de-Nay, l'entreprise Boralex, resterait actionnaire majoritaire mais les particuliers ayant décidé de prendre des actions pourraient bénéficier, chaque année, de dividendes. Un moyen de devenir acteurs du projet et de bénéficier de ressources, "pour que les habitants s'impliquent dans le projet", ponctue Willy Guieau.

Obtenir l'adhésion des habitants sera l'un des principaux enjeux

Et rien n'est moins sûr pour l'instant. Il faudra attendre les conclusions de l'enquête publique, initiée le 16 septembre et jusqu'au 19 octobre. Une association (Regards de la Durande) a d'ailleurs déjà très clairement manifesté son opposition au projet, même si la société Boralex a tempéré les inquiétudes exprimées
Des inquiétudes qui gagnent même la majorité : Catherine Chalaye, élue du Puy, demande si on peut ajouter dans la délibération des contraintes pour être certain que le village et les habitants soient protégés. "La loi dit déjà 500 mètres", a sobrement répondu Willy Guieau.

"Avoir des éoliennes sur son territoire, c'est prendre conscience de notre consommation électrique"

Le conseiller d'opposition Laurent Johanny a apprécié l'ajout proposé car "c'est l'une des principales réserves : on craint que la société ne vienne capter des ressources qui doivent revenir aux habitants". Il a également relevé qu'"avoir des éoliennes sur son territoire, c'est prendre conscience de notre consommation électrique".
Jean-Marie Badiou, le maire de la commune, a pris la parole en dernier. "On veut lutter contre le réchauffement climatique et je vous rappelle que l'on consomme en huit mois ce que la planète offre en douze", a-t-il lancé. Rappelant que "le développement éolien est créateur de richesses", il a assuré qu'il faisait "confiance à l'Etat pour mener l'enquête publique comme il le faut", avant de conclure : "si le projet va à son terme, ce ne sera pas une victoire, si ce n'est pas le cas, ce ne sera pas une défaite non plus".
L'agglo du Puy a validé la délibération, en ayant apporté les modifications évoquées ci-dessus, avec une opposition et deux abstentions.

Maxime Pitavy




- Photo montage @ DR Boralex -

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 12 octobre 2019 - 19h17
8000 éoliennes n'ont pu produire que 5,1 % de notre électricité . C'est dire leur incapacité à remplacer le nucléaire . Par contre leur présence dans le site est déplorable, en Bavière elles doivent être éloignées des habitations de 10 fois leur hauteur .Nos 500 m. correspondent aux anciennes machines mesurant 50 m. mais les promoteurs éoliens ont fait pression sur les députés français pour leur faire refuser cette disposition essentielle.

Signaler un abus

img_journalisteM le 10 octobre 2019 - 18h56
Les paysages du Deves ne méritent pas ces mastodontes de ferraille. Avec les éoliennes on sacrifie les gens qui vivent alentours. Il ne faut pas se leurrer ce n'est qu'une imposture financière où les dividendes iront à l'agglo... Ah oui il y a un projet de plus de 3M d'euros avec l'ancienne piscine..... Et les communes de St Jean de Nay et celles alentours n'en verront que les miettes. Quel mépris pour nos campagnes..

Signaler un abus

img_journalisteC le 10 octobre 2019 - 11h09
Je rapelle que ce projet n'a aucun impacte sur la reduction du CO2 dans l'atmosphere puisque 92% de l'électricité francaise est decarbonnée. De plus il ne permettra pas de fermer une seule centrale nucleaire puisqu'il faut bien produir de l'electricité quand il n'y a pas de vent. Il s'agit d'une mesure pour se donner bonne conscience, plébiscitée par des élus dont les communes ne subiront pas les prejudices et subventionné par tous.

Signaler un abus