Enduro : le Ponot conserve son titre de champion de France sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Enduro : le Ponot conserve son titre de champion de France

Date : 22/09/2019 | Mise à jour : 23/09/2019 06:22
Partager

À la faveur d'une blessure du leader Jérémy Tarroux samedi, Julien Gauthier avait toutes les cartes en main pour pour remporter le titre de champion de France E1 ce dimanche à Langeac, devant 10 000 spectateurs.

- Crédit photo Sébastien Ricou / ActuSport43 -

Après avoir été longtemps abonné aux 2ème places, le Ponot Julien Gauthier a remporté le titre de champion de France d’enduro dans la catégorie reine la saison dernière.
À la veille de la dernière manche cette saison, à Langeac, et avant de mettre les gaz, il nous avait accordé une interview.

La finale en chiffres

10 000 spectateurs sont attendus durant ce week-end
200 partenaires locaux mais aussi reconnus dans le monde entier
110 000 € de budget
18 mois de préparation
250 bénévoles par jour

Coup de théâtre dans la catégorie reine

C'est celle dans laquelle concourt Julien Gauthier. Le leader au classement général, Jérémy Tarroux, a chuté à mi-parcours dans la spéciale 2 du second tour. Résultat : fracture de la clavicule et abandon. Certes, il conserve 28 points d'avance sur le Vellave mais ne pouvant pas être au départ ce dimanche, il a laissé échapper le titre de champion de France au bénéfice du Ponot Julien Gauthier.
Ce dernier n'avait plus qu'à terminer la course de dimanche pour être sacré pour la deuxième année consécutive, son poursuivant le plus proche, Rodrig Thain, vainqueur ce samedi à Langeac, n'étant plus en mesure de le rattrapper au classement général. D'autant que l'Altiligérien avait terminé 2ème samedi.

Le résumé vidéo de la journée de samedi est à retrouver ici.

"Je n'y croyais plus trop mais en enduro, il peut toujours y avoir des pépins mécaniques ou des blessures"

"La course est longue et dure alors j'ai préféré assurer", nous confie le pilote ponot par téléphone au terme de la course. Son objectif est atteint avec ce nouveau titre à la clef, surtout que ce n'était pas gagné : "avec le retard que j'avais, je n'y croyais plus trop mais en enduro, il peut toujours y avoir des pépins mécaniques ou des blessures, donc il faut toujours être présent".
Il faut dire que le pilote de Haute-Loire a connu ce type de mésaventures par le passé, ce qui l'a longtemps condamné (huit fois) à des titres de vice-champions. Mais la roue tourne même si ce titre n'a "pas la même saveur que l'an dernier où j'avais vraiment dominé. Cette année, disons que j'étais plus à l'affût, mais un deuxième titre, ça fait du bien et c'est toujours bon à prendre".

"On va quand même sabrer le champagne !"

Malgré ces deux titres de champion de France consécutifs, Julien Gauthier n'a pas encore de certitude sur son avenir. "C'est de plus en plus compliqué d'en vivre et de trouver une team. J'ai quelques contacts mais aucun contrat pour l'instant", nous répond-il, ce qui ne lui offre aucune certitude sur sa poursuite dans la compétition.
Mais l'heure est à la fête et le Ponot assure qu'il va fêter ce titre comme il se doit : "on va bien s'entourer, avec les amis et la famille, j'ai d'ailleurs mes enfants qui sont venus me rejoindre, et on va quand même sabrer le champagne !".


Maxime Pitavy







Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteN le 22 septembre 2019 - 20h13
Félicitation, et oui même si TARROUX s'est blessé cette victoire est méritée, dans ENDURO, il y a "endurer", il faut aller au bout en ménageant pilote et machine. Bon rétablissement à TARROUX également.

Signaler un abus