Eglise des Carmes : pourquoi cet édifice a aussi mal vieilli ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Eglise des Carmes : pourquoi cet édifice a aussi mal vieilli ?

Date : 25/10/2017 | Mise à jour : 26/10/2017 09:23
Partager

Ces importants travaux (environ 1,5 million d'euros) devraient être terminés début 2019. Profitant d'une visite de chantier, Zoomdici a cherché à savoir pourquoi l'édifice avait si mal vieilli.

Les travaux de rénovation de l'Église des Carmes avaient déjà suscité querelle début 2015 entre la majorité et l'opposition. "C'est derrière nous parce que le choix a été fait de restaurer à l'identique les deux tours de la façade de l'église des Carmes en reconstruisant les balustres qu'il y avait à la cime des tours", esquive Michel Chapuis, le maire du Puy, "maintenant les travaux avancent". 
En février 2015, la municipalité avait en effet sondé la population ponote à propos de l'avenir de l'Église des Carmes. Après "un plébiscite sans appel des habitants du Puy-en-Velay", comme aime le qualifier le service communication (près de 90 % des 760 participants avaient voté en faveur du projet de la majorité) pour une reconstruction historique, selon les plans de l’architecte de l’époque, les travaux de rénovation de l'église des Carmes, qui ont repris fin août, devraient se terminer dans un an et demi, soit pour le premier trimestre 2019. Un délai qui sera respecté hors intempéries : "à partir de 2-3°C, on ne peut plus restaurer, seulement maçonner", souligne le gérant de la société en charge des travaux.

Des contraintes techniques pour hisser à 20 m de haut ces rocs de plus de 500 kg

C'est un chantier qui comprend de grosses contraintes techniques : d'abord, il est en centre-ville, à proximité de la chaussée de l'avenue de la Dentelle, et c'est un chantier qui s'articule en hauteur et qui nécessite d'importants échaffaudages et du matériel adéquat. Avec la reconstruction en pierre, les ouvriers doivent parfois faire face à des rocs de plus de 500 kg. Il faut donc un matériel spécifique pour pouvoir les hisser à plus de vingt mètres de haut. 
Dix à quinze personnes sont mobilisées pour les principaux rushs du chantier, à savoir "la partie maçonnerie, la partie taille de pierres et la partie restauration", précise Armel Le Compagnon, le gérant de la société éponyme, spécialisée dans le gros oeuvre et la restauration de monuments historiques.

Reconstruction à l'identique : beaucoup de contraintes ? 

C'est un chantier compliqué car outre les contraintes techniques, il faut également coordonner le chantier avec la volonté de la DRAC de restaurer à l'identique ? Seulement au niveau de l'apparence car la structure était fragilisée ? L'Eglise des Carmes, c'était aussi l'église des pauvres... Ça s'est vu dans la nature de la structure ?



"On voit bien que c'est une église qui a été faite avec peu de moyens"

Lors de la visite effectuée mardi après-midi, la presse et les élus ont remonté le long des échaffaudages la tour la plus abîmée. Exposée au nord-est, elle a beaucoup moins bien encaissé le poids des ans par rapport à celle qui est au Sud. 
Un professionnel nous montre une pierre et souligne : "sur certaines pierres comme celle-ci, une fois purgée, il ne reste presque plus rien et il faut les remplacer". Entre les pierres, il n'y a souvent aucun joint, comme pour l'édification d'une maison en pierres sèches. "On voit bien que c'est une église qui a été faite avec peu de moyens", constate Rémy Le Compagnon, directeur des travaux.

Appel aux dons : "la sauvegarde du patrimoine communal est l'affaire de tous"

Le montant des travaux est estimé à 1 380 539 € HT. Pour permettre la réalisation du projet, la Ville du Puy s'est alliée à la Fondation du Patrimoine pour lancer un appel aux dons. "La sauvegarde du patrimoine communal est l'affaire de tous", estime Michel Chapuis, le premier magistrat du Puy.
Rappelons que faire un don donne droit à une déduction fiscale de 66 % du don. Si vous souhaitez soutenir ce projet de rénovation, rendez-vous sur cette page web.

D'autres églises du Puy à rénover ? 

Il y a déjà eu la restauration du clocher de l'église Saint-Laurent, il y a maintenant la réfection de l'église des Carmes. Quelle sera la prochaine en centre-ville du Puy ? Celle du collège ? "La décision n'est pas prise", répond Michel Chapuis, "c'est vrai que c'est une belle église, emblématique, un peu oubliée pour le moment et sur laquelle il y a des travaux à engager. 
On a quelques problèmes d'étanchéité du côté de la cour du collège Lafayette et il faut aussi remettre aux normes l'électricité pour dans un premier temps sécuriser le bâtiment et il faudra ensuite réfléchir à la restauration de l'église du collège, car elle représente un joli patrimoine à restaurer".

Pourquoi cet édifice a aussi mal vieilli ?

Si l'appel d'offres avait été annulé par le tribunal administratif de Clermont-Ferrand en novembre 2016 (à cause d'un éloquent écart de 47 % avec les autres entreprises), c'est finalement la même entreprise, Le Compagnon, qui a été retenue.
Armel Le Compagnon est le gérant de la société éponyme, spécialisée dans le gros oeuvre et la restauration de monuments historiques. Avez-vous eu de mauvaises surprises sur ce chantier ? L'édifice était davantage fragilisé qu'escompté ? Pourquoi cet édifice a aussi mal vieilli ? Au-delà de la qualité de la pierre (la brèche volcanique), c'est aussi la conception de l'édifice qui interroge car l'eau ne s'écoulait pas suffisamment par exemple (il n'y a rien de pire que de l'eau stagnante pour fragiliser la structure) ?




Maxime Pitavy





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteGR le 25 octobre 2017 - 23h39
vous dites "appel aux dons"!!! et, si l'augmentation du stationnements et des PV servaient à cela...

Signaler un abus