Deux nouveaux médecins en plus à Chadrac sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Deux nouveaux médecins en plus à Chadrac

Date : 30/07/2020 | Mise à jour : 31/07/2020 09:27
Partager

Alors que des communes subissent une véritable saignée de généralistes, d’autres renforcent d’autant plus leurs services. La maison médicale de la Renaissance à Chadrac accueille deux nouveaux professionnels de santé.

Bertrand Navarro et Eliane Favre. Le premier est médecin généraliste, la seconde dermatologue. Tous deux ont rejoint fin juin/début juillet le cabinet médical de Chadrac "bas", ce dernier implanté depuis quatre ans derrière la pharmacie de la Renaissance. "Pour un médecin, il est plus simple de travailler dans un cabinet médical que d’avoir son propre cabinet et sa propre sa secrétaire, confie Eliane Favre. L’avenir c’est ça. Les médecins peuvent s’arranger entre eux pour assurer la continuité des soins des patients."
La dermatologue-vénéréologue a quitté le centre-ville du Puy-en-Velay pour ces raisons évoquées mais également pour des facilités d’accès. "Les gens trouvent qu’il est très difficile de se garer au Puy, ajoute-elle. Ici, il y a de la place partout, à proximité et gratuite. Les patients sont enchantés de venir là. Je discutais récemment avec une élue du Puy et ils ne savent pas comment faire avec la pénurie de médecins qu’ils subissent. Les ascenseurs sont trop petits. Ici, il y a un vaste ascenseur et tout a été pensé avec les normes PMR (Personne à Mobilité Réduite)".

"Le format de la maison médicale est quelque chose qui s’impose"

Bertrand Navarro, dernier arrivé et quatrième généraliste de la maison médicale, est déjà complet jusqu’au mois de septembre. Il explique sa décision de rejoindre l’équipe chadracoise. "J’ai fait des remplacements pendant deux ou trois ans sur le secteur de la Haute-Loire. J’ai toujours vécu dans cette zone-là du Puy où j’y suis attaché personnellement. D’autre part, je connaissais bien les médecins Pauline Esbelin et Cyrille Charbonnier présents dans la maison médicale de la Renaissance." À la question de savoir pourquoi ne pas s’installer seul dans son propre cabinet, il rejoint les arguments de sa collègue Éliane Favre. "Le format de la maison médicale est quelque chose qui s’impose et qui, à mon avis, finira par s’imposer complètement pour répondre aux besoins des patients. Si un médecin doit s’absenter, il sait que son patient pourra tout de même trouver un autre médecin pour lui."

Chadrac, terre d’implantation des professionnels de santé

Avec ces deux nouveaux professionnels de santé, Chadrac devient une commune des plus équipée en la matière. Un fort atout que souligne allègrement le maire, Corinne Bringer. "Il y a deux pôles de santé à Chadrac, l’un sur le plateau et celui de la Renaissance. On approche ainsi les 20 professionnels de santé sur la commune ce qui est exceptionnel vu les difficultés que l’on rencontre aujourd’hui pour garder des médecins ou en accueillir." Pour entrer dans les détails, Chadrac compte désormais six médecins généralistes, deux pharmacies, deux cabinets d’infirmières, deux kinésithérapeutes, autant de dentistes, un ostéopathe, une sage-femme et un vétérinaire.

Encore deux locaux disponibles à la Renaissance

"Je pense que nous sommes dans une commune idéalement placée, ajoute Corinne Bringer. À proximité du Puy tout en étant une commune de passage. Les commerçants en général et les médecins affirment que 70 % de leurs clientèles viennent des autres villes comme Polignac, Blanzac ou le Monteil. Les gens s’arrêtent et consomment car il y a du stationnement gratuit et en quantité." À tel point que la municipalité a du mal à répondre aux attentes des professionnels, les cellules commerciales totalement occupées et les terrains également. "On réfléchit justement pour trouver des solutions d’implantations", livre-t-elle. En ce qui concerne la maison médicale de la Renaissance, elle est indépendante de l’institution publique car montée en SCI privée (Société Civile Immobilière). Deux locaux sont encore disponibles pour accueillir deux autres professionnels de santé.

Nicolas Defay

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire