Des Capitoliens champions de France de barbecue sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Des Capitoliens champions de France de barbecue

Date : 15/09/2020 | Mise à jour : 15/09/2020 13:57
Partager

Un travers de porc à l’ail noir, fumé au foin de cistre, accompagné de cèpes frais du Meygal… C’est la recette qui a valu à cinq copains de Saint-Julien Chapteuil le titre de champion de France de barbecue, catégorie porc, ce week-end en Camargue. Les Ripailleurs, c’est leur nom de guerre, décrochent aussi la médaille d’argent dans la catégorie légumes.

C’est l’histoire d’une bande de copains de Saint-Julien Chapteuil. Ils se connaissent depuis des années, jouent au foot, blaguent… et aiment la bonne chère. « Je suis fan de barbecue depuis longtemps », confie Romain Gibert, chef d’entreprise à la société de logiciels d’événements Quick Off. Les cinq amis connaissent aussi Guillaume Fourcade, le chef ponot auréolé du titre de « Roi du barbecue » en 2015 sur l’émission éponyme de Julien Courbet sur D8. En juin, sur le ton de la rigolade, ils lancent l’idée d’une participation au concours annuel. Chiche !

Le groupe se compose aussi d’un informaticien, d’un chef d’exploitation chez Vacher, d’un employé d’une entreprise anti-parasitaire… (Vincent Richier, Damien Teyssier et Loïc Masson) et d’Aurélien Vidal, le chef du fameux restaurant de Saint-Julien Chapteuil. « Ça aide !, sourit Romain Gibert, son expérience et son talent nous ont été précieux pour désosser, ficeler, etc. »

Environ 90 équipes à défier

Leur leitmotiv : mettre en avant la Haute-Loire. Ils concourent dans les catégories porc et agneau, deux viandes bien présentes en Haute-Loire. Ce week-end des 12 et 13 septembre 2020, pour le 8e championnat de France de barbecue, aux Sainte-Maries de la mer en Camargue, chaque épreuve dure 2h30.
Samedi matin, place au porc. Les cinq amis préparent un travers de porc avec sa purée d’ail noir et ses cèpes ramassés la veille dans le Meygal. Avant cuisson, ils fument la viande au foin de cistre, cette plante qui donne son aspect persillé au Fin Gras du Mézenc. Le jury semble bien apprécier la prestation. « Mais on ne se faisait pas trop d’idées, se souvient Romain Gibert, toutes catégories confondues il y avait environ 90 équipes alors… ! » Alors, surprise : le titre leur est décerné !

L’après-midi, les Ripailleurs préparent un gigot d’agneau désossé, farci aux cèpes et au sésame, qui plus est fumé au bois de fût de whisky. Ils présentent la pièce avec un effiloché d’agneau en samosa flambé à la verveine, « histoire de faire découvrir au jury la verveine du Velay qui est trop méconnue ! », glisse Romain Gibert. Là, les Ripailleurs ratent le podium. Ils ne connaîtront leur classement que dans les prochains jours.

« Samedi soir on s’apprêtait à rentrer chez nous, raconte Romain Gibert, quand Guillaume Fourcade – qui fait partie des équipes organisatrices de la marque Weber – nous a fortement recommandé de rester et de participer au concours dans la catégorie légumes… On n’avait rien préparé mais bon on est allé au marché du coin le dimanche matin ! » Dans un esprit éco-responsable, les cinq amis choisissent des légumes de saison. Ils cuisinent alors des pickles de cèpes snackés au barbecue et une purée écrasée de courge butternut. Tout ça bien présenté. De quoi leur valoir la 2e place sur le podium.

Des touristes de Haute-Loire venus les encourager

Le sourire dans la voix de Romain Gibert en dit long sur le « fun » que lui et ses amis ont eu pendant ce week-end. « Ça fait du bien dans ce contexte », lâche le chef d’entreprise. Il estime qu’il y avait un peu moins d’équipes participantes cette année en raison du Covid-19 : environ 90 pour un peu plus d’une centaine habituellement. « Tout était très réglementé et avec la chaleur c’était pas confortable de porter le masque mais bon, l'ambiance extra… il y a même des touristes de Haute-Loire qu’on ne connaissait pas qui sont venus nous encourager ! » Sans compter l’engouement suscité à la maison, dans le Meygal. « On pense organiser une dégustation à Saint-Julien pour fêter ça », confie-t-il.
Quant à participer l’an prochain, c’est ce que les équipes Weber leur ont soufflé pour « défendre leur titre ». « Pourquoi pas ? On verra », répond Romain Gibert.

Annabel Walker






 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire