Déchets : les bons résultats de l'agglo du Puy vont-ils permettre de baisser la taxe ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Déchets : les bons résultats de l'agglo du Puy vont-ils permettre de baisser la taxe ?

Date : 04/07/2019 | Mise à jour : 04/07/2019 18:01
Partager

"Plus de recyclage, ce sont plus de recettes, c'est mécanique, et on a donc moins besoin d'aller chercher dans la poche de l'usager". Si l'équation paraît si simple, pourquoi les bons résultats de l'agglo du Puy ne permettent-ils pas de baisser la taxe ?

- Photo d'illustration / DR Maxime Pitavy / Archive Zoomdici -

Les Vellaves sont de si bon trieurs que l'agglo du Puy se targue toujours d'être le territoire le plus performant de France en valorisation des déchets. Au point de voir enfin la taxe baisser ?
C'est la question que l'on se posait déjà il y a un peu plus d'un an, et les résultats sont toujours aussi bons (voire meilleurs) sur le territoire. De quoi relancer le débat. Explications, chiffres à l'appui (le périmètre est celui de l'ancienne agglomération, soit 28 communes), avec Willy Guieau, le vice-président de l'agglo du Puy en charge de la transition énergétique.

Le verre, un déchet précieux qui par manque de tri fait perdre 90 000 € par an à la collectivité

Le premier constat, c'est la progression constante du tri volontaire, puisqu'on enregistre en 2018 une fréquentation des déchetteries de + 12 % (soit un total de 146 475 entrées). "Une augmentation régulière et linéaire depuis une dizaine d'années", précise l'élu. Dans cet apport, un tiers est composé de matériaux recyclables et un autre tiers de déchets verts.
Au rang des satisfactions, on peut aussi citer l'aluminium, qui fait une spectaculaire progression de 53,96 %, et le verre. Là encore, l'apport volontaire est en hausse (+3,89%, notamment grâce à la densification du réseau de colonnes à verre), mais "c'est là où il y a d'importants efforts à faire", met en garde Willy Guieau, "c'est un déchet qui pèse lourd et qui représente des tonnages importants, à la différence du plastique par exemple. C'est un déchet précieux et par manque de tri, on perd encore 90 000 € par an". 

En France comme au Puy, une pile sur deux n'est pas recyclée et 90 % des emballages en aluminium ou en métal ne sont pas captés dans le bac jaune

Il faut dire que les Vellaves sont de bons trieurs, avec un bilan de 49 % de déchets triés (hors Altriom), quand la moyenne nationale est pluis proche de 40 %. "Les gens ne trient pas moins avec Altriom", selon l'élu, "notre solution est complémentaire du tri déjà existant". Rappelons en effet que la technologie Altriom fait office de voiture-balai en récupérant, dans les ordures ménagères, des matières recyclables. Un procédé qui permet de faire grimper le bilan de l'agglo du Puy de 49 % à 90 %.
"Même s'il y a des progrès, on ne sera jamais le parfait trieur", admet le vice-président de l'agglo du Puy en charge de la transition énergétique ; le bac jaune, par exemple, ne capte que 10 % des emballages en aluminium ou en métal (en France comme au Puy). "C'est sale, ça dégouline et les gens le mettent avec les ordures ménagères", ajoute-t-il.
Autre exemple avec les piles : la moitié seulement est recyclée en France et une pile dans la nature, c'est un m3 de terre dégradée (à cause des métaux lourds). Quant à la colonne textile, ce sont "avant tout des coûts évités" par rapport à l'enfouissement ou l'incinération et ils génèrent aussi la création d'emploi solidaire.

Vers un territoire 100 % trié, le premier de France ?

La réponse de Willy Guieau, vice-président de l'agglo du Puy en charge de la transition énergétique.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

"Les déchets ont toujours coûté de plus en plus cher à l'usager. On veut inverser ce mécanisme"

Pour les tonnages triés par les usagers, la collectivité bénéficie de soutiens financiers, notamment de l'éco-organisme Citéo (entreprise privée réglementée par un agrément d’État), via la redistribution de l'écotaxe. "Plus de recyclage, ce sont plus de recettes, c'est mécanique", détaille l'élu, "et donc on a moins besoin d'aller chercher dans la poche de l'usager".
Partisan d'une "prime au bon trieur" (à l'échelle d'un territoire et non d'un particulier, pour éviter des dérives et des querelles de voisinage), l'élu ajoute : "les déchets ont toujours coûté de plus en plus cher à l'usager. On veut inverser ce mécanisme et pouvoir baisser la taxe sur l'agglo du Puy". 

Alors qu'attend-on pour baisser les taxes ?

La réponse de Willy Guieau, vice-président de l'agglo du Puy en charge de la transition énergétique.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

De gros efforts sur le papier et le verre permettraient d'augmenter les indemnités mais le plus important levier repose dans cette négociation avec Citéo : si la collectivité parvient à l'emporter, alors les soutiens financiers seraient presque doubles. Ce serait une "très très grosse augmentation des recettes". La condition pour pouvoir baisser la taxe aurpès de l'usager.



Maxime Pitavy

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteGR le 6 juillet 2019 - 00h32
De l'autosatisfaction!!! A quand les plastiques dans les poubelles jaunes??? ALTRION s'y opposerait cela entrainerai un "manque à trier"... pardon "un manque à gagner" sans parler de la subvention de l'agglo pour compenser un manque d'ordures ménagères pour rentabiliser sa boutique...

Signaler un abus

img_journalisteSR le 5 juillet 2019 - 16h12
ils nous prennent pour des benêts : annoncer des baisses ! ils feront bien pour que la baisse soit largement compensée par une hausse. Souvenez vous l'an dernier les hausses magistrales, mais de la faute des autres.

Signaler un abus

img_journalisted le 5 juillet 2019 - 15h26
Il me semble relire des anciens articles. Arrêtons de promettre des baisses illusoires. En tout cas, je ne trie plus rien puisque altriom s'en charge.

Signaler un abus