Début des travaux de la clinique de Jalavoux, pour doubler le nombre de lits disponibles sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Début des travaux de la clinique de Jalavoux, pour doubler le nombre de lits disponibles

Date : 17/07/2019 | Mise à jour : 21/07/2019 11:10
Partager

Les chantier d'extension de la maison de convalescence de Jalavoux a débuté ce mercredi. Le site, qui va fusionner ses services avec ceux de l'ancienne clinique Saint-Joseph de Rosières, devrait doubler ses capacités d'accueil d'ici trois ans.

Le premier coup de pioche a été donné ce mercredi 17 juillet 2019 pour les travaux d'aménagement du centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) de Jalavoux à Aiguilhe. L'aménagement devrait permettre de porter le nombre de lits disponibles à 83 contre 42 actuellement, en regroupant sur ce site les patients et le personnel qui y étaient déjà présents ainsi que ceux de l'ancien centre Saint-Joseph de Rosières.

Extension des ailes Est et Ouest

Pour ce faire, deux extensions au bâtiment vont être bâties en allongeant les ailes déjà existantes. La partie Est accueillera de nouvelles chambres tandis que celle à l'Ouest sera dédiée aux activités logistiques et à la nouvelle pharmacie. Une partie de l'ancienne bâtisse sera démolie et reconstruite avec une surrélévation pour gagner de la place. Sans toutefois remettre totalement en cause l'ancien bâtiment : "Nous sommes partis de l'existant en gardant l'esprit des locaux anciens et du parc, explique Vincent Besançon, de l'un des deux cabinets d'architectes qui a travaillé sur le projet. On ne touche pas au "château", qui est la coeur de l'édifice."

Une entrée par l'Ouest

Un nouvel accès est créé depuis le chemin de Jalavoux qui passe à l'Ouest et au-dessus du centre, avec un parking dédié au personnel et aux véhicules de logistique. "Cet accès depuis le chemin de Jalavoux constitue le point critique, reconnaît le maire d'Aiguilhe, Michel Roussel. Il y a beaucoup de passage sur cette voie, car elle sert à la fois de desserte pour les riverains et de voie de délestage pour les personnes qui se rendent de la périphérie vers le centre-ville. Nous allons rester vigilant." L'accès visiteur par le Sud reste quant à lui inchangé.

Travaux en milieu occupé

Il faudra compter 36 mois de travaux avant que le nouveau centre soit pleinement fonctionnel. Mais les patients qui se trouvaient déjà à Jalavoux continueront d'y être accueillis durant cette période. Quant à la quarantaine de pensionnaires de l'ancienne clinique Saint-Joseph de Rosières, ils ont été transférés aux Chalmettes (route de Mons) en attendant de pouvoir être pris en charge sur le nouveau site.

Les emplois préservés

Le centre Jalavoux, qui sert de sas de transition depuis l'hôpital vers le retour au domicile ou l'entrée dans un Ehpad, pourra développer l'accueil de patients souffrant de troubles cognitifs, grâce à une unité sécurisée. Pour ce qui est du personnel, la directrice Ingrid Mourier l'assure : "Il n'y a aucun plan de licenciement mais un simple redéploiement de certaines ressources de nuit sur la journée. D'ailleurs, certains postes étaient déjà mutualisés, avec des médecins qui travaillaient à la fois sur Jalavoux et Rosières."

Stratégie de mutualisation des moyens

Coût total des travaux : 11 800 000 €, principalement financés à partir de la vente des bâtiments de Rosières (désormais occupés par l'ADAPEI de la Haute-Loire) ainsi que grâce à des aides de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de l'Agence régionale de santé (ARS, donc l'Etat). Lancé en 2013, le projet correspond à la stratégie de mutualisation des moyens comprise dans le schéma régional de l'ARS, l'objectif étant de ne plus avoir d'établissements de moins de 60 lits. "Nous sommes dans une politique de regroupement en Haute-Loire car nous avons constaté un éclatement des structures, explique David Ravel, directeur départemental de l'ARS. Il s'agit de trouver à la fois un équilibre économique et de faire en sorte que ces structures ne se limitent pas à leur fonction d'hébergement." En contrepartie de ce regroupement sur le site de Jalavoux, l'organisme territorial a consenti à porter la somme versée quotidiennement à l'établissement par patient de 100 € à 126 €.

Eddie Rabeyrin

- Images de synthèse : Vincent Besançon et let's GO architectes (Clément Philis et Servane Besançon Philis) -



 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...