Collèges en Haute-Loire : Et si on allait chercher des effectifs chez les voisins ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Collèges en Haute-Loire : Et si on allait chercher des effectifs chez les voisins ?

Date : 06/09/2018 | Mise à jour : 07/09/2018 09:43
Partager

A l'occasion de sa traditionnelle visite de rentrée scolaire, cette année au collège Robert-Louis Stevenson à Landos, le président du Département, Jean-Pierre Marcon, est revenu sur les pistes exploitées pour garder ou attirer les élèves sur le territoire altiligérien.

La Haute-Loire compte 40 collèges (22 collèges publics et 18 collèges privés) ; les plus petits établissements comptent moins de 80 élèves et les plus importants plus de 700.

Chaque année, c'est la même chose. La baisse des effectifs et ses conséquences dans les collèges provoquent une forte inquiétude en Haute-Loire. "Globalement, si on fait le total de tous les collèges du département, on a quasiment des effectifs stables, quasiment avec quelques disparités, quelques hausses dans l'est et quelques baisses dans l'ouest, si on fait le point de manière très schématique", rassure Jean-Pierre Marcon. Et d'ajouter : "Les baisses sont dues au fait que les départements voisins ne nous amènent plus d'élèves comme ils le faisaient auparavant."

Certains Altiligériens choisissent même pour une question pratique ou par goût, de traverser les frontières, sac accroché dans le dos. Le collège Robert-Louis Stevenson à Landos est directement concerné par le sujet car situé non loin de la Lozère et donc directement en concurrence avec le collège de Langogne.


[Marie Benazch, principale du collège R-L Stevenson à Landos]

Faire des propositions spécifiques

Qu'à cela ne tienne, le Département, collectivité en charge des collèges publics depuis les lois de décentralisation, va abattre ses meilleurs atouts en faisant des propositions spécifiques aux élèves. Dans ce collège à Landos par exemple, si par rapport à 2017, les effectifs se maintiennent, tout est mis en œuvre pour qu'ils ne diminuent pas dans les années à venir. "Nous avons une section sportive handball qui n'a pas à rougir de ses résultats, nous avons une classe orchestre cette année avec onze nouveaux élèves musiciens de sixième et nous travaillons avec la Compagnie des Arts du Plateau. Et puis, ajoute Marie Benazech, la principale du collège, nous avons mis en place des ateliers éducatifs et notamment un atelier vidéo."

En 2018, le Département a consacré 14,17M€ aux différentes mesures en faveur de l'investissement et du fonctionnement dans les collèges (hors transports scolaires quotidiens).

Un collège labellisé

La création d'un Eco'Club a également permis à l'établissement de mener plusieurs actions en faveur de l'environnement comme le compostage, le recyclage des déchets, la plantation de haies pour favoriser la biodiversité, ainsi que la mise en place d'un programme de restauration basé sur les produits locaux. Le collège Robert-Louis Stevenson est d'ailleurs l'un des neuf établissements à avoir obtenu le label " Manger local et bio au collège" en Haute-Loire.

"Aller chercher des effectifs à Saint-Etienne ou à Lyon"

Les proprositions spécifiques citées ci-dessus sont actées. Mais Jean-Pierre Marcon en a d'autres en tête : "cela viendra peut-être par des internats qu'on mettra peut-être en place, par des ramassages scolaires les plus efficaces possibles, ou par la création de classes spécialisées." Sur ces actions précises, c'est le collège de La Chaise-Dieu qui est cité en exemple. Outre le projet de mutualisation des collèges de La Chaise Dieu, d'Allègre et de Craponne, un sujet qui fait débat, le président du Département le sait ; au collège de La Chaise-Dieu "où il y a de moins en moins d'enfants, on voudrait, au niveau de la musique, faire un enseignement spécifique, d'excellence comme on dit, en allant jusqu'à l'internat. On pense pouvoir aller chercher des effectifs à Saint-Étienne ou à Lyon qui pourraient venir en internat à La Chaise-Dieu. Mais, on n'a pas encore réussi, il faudra un peu de temps pour tout ça. Mais on va le tenter parce que si on ne tente rien pour La Chaise-Dieu, c'est un collège qui va fermer !"

Stéphanie Marin

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...