Cash Investigation : une émission "difficile" pour l'évêque du Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Cash Investigation : une émission "difficile" pour l'évêque du Puy

Date : 22/03/2017 | Mise à jour : 23/03/2017 08:04
Partager

Des hommes d'églises connus pour des faits de pédophilie sont-ils toujours en activité en Haute-Loire? C'est la question posée par Elise Lucet à l'évêque du Puy, mardi soir dans le dernier "Cash Investigation". Contacté par Zoomdici, Mgr Crepy apporte ses précisions au lendemain de l'émission.

Vous l'avez peut-être vu sur France 2 : ce mardi 21 mars 2017, il était question du Puy-en-Velay dans le dernier numéro de "Cash Investigation", dédié aux scandales de pédophilie dans l'Eglise catholique. Parmi les personnes interrogées par la journaliste Elise Lucet, figurait Mgr Crepy, évêque du Puy et surtout responsable national de la cellule anti-pédophilie de l'Eglise.

Dans les séquences retenues au montage, le chef du diocèse de la Haute-Loire apparaît poussé dans ses retranchements, déstabilisé par la journaliste. Elise Lucet évoque notamment le cas de deux hommes d'Eglise rapatriés en Haute-Loire après des actes de pédophilie en Afrique.

Qu'en est-il ? Au lendemain de la diffusion, Zoomdici revient sur ces séquences et donne la parole à Mgr Crépy.

>> Le replay de Cash Investigation : "Pédophilie dans l'Eglise, le poids du silence"

Frère soupçonné de pédophilie à Espaly : "j'ai relancé l'affaire"

L'émission s'est arrêtée longuement sur le cas du frère Albert. Ce dernier aurait admis des abus sexuels sur au moins un mineur en Guinée Conakry, alors qu'il était en mission dans ce pays. "Cash Investigation" a découvert que le religieux avait été rapatrié en France, en 2002, par sa congrégation des frères du Sacré-Coeur. En France, et plus particulièrement en Haute-Loire, à Espaly-Saint-Marcel. Il résiderait dans la Maison du Paradis, lieu de repos pour religieux. L'affaire n'a pas encore été jugée, ni en France, ni en Guinée.

Elise Lucet a demandé à Mgr Crepy s'il souhaitait engager un procès canonique contre ce frère. "Je ne vais pas le faire, car il n'exerce plus aucune responsabilité au sein de l'Eglise", réplique l'évêque du Puy, désarçonné par les questions de la journaliste. "S'il y a un procès contre cet homme, demanderiez-vous à être partie civile ?" Mgr Crepy hésite. "Je dois y réfléchir, mais a priori non".

Au lendemain de la diffusion, l'évêque du Puy réagit : "Cela n'est pas dit dans l'émission, mais j'ai beaucoup travaillé avec les frères de sa congrégation pour relancer l'affaire. Grâce à cela, le procureur du Puy a le dossier en main depuis quelques mois." Le parquet de Haute-Loire confirme que le cas est en cours de traitement. "D'autre part, concernant le procès canonique, Rome ne peut le lancer qu'après la fin de l'affaire civile."

Le curé de Saint-Pal-de-Chalencon condamné pour viol?

En tout début d'émission, Elise Lucet évoque brièvement un homme condamné pour actes de pédophilie et pourtant toujours "curé de la paroisse de Saint-Pal-de-Chalencon". Il s'agit du père François Lefort, condamné à huit ans d'emprisonnement pour des faits commis en Afrique. Il a été accueilli en 2011 par l'ancien évêque du Puy, feu Mgr Brincard.

Son successeur tient à apporter des précisions. "Contrairement à ce qui est dit, le père Lefort n'est pas curé de la paroisse de Saint-Pal-de-Chalencon. Il dit juste la messe régulièrement. Rome lui interdit d'être en contact avec des jeunes et des enfants, ce qui est respecté."

L'évêque du Puy a décliné l'invitation sur le plateau de l'émission

Egalement interviewé par Elise Lucet au sujet de ses responsabilités nationales, Mgr Crepy reconnaît que l'émission a été "difficile".

"Nous ne sommes pas très fiers de ce qui s'est passé dans l'Eglise. Ces témoignages de vies abimées nous poussent à lutter encore davantage contre la pédophilie, et aboutir à la tolérance zéro." L'évêque confie qu'il s'attendait à être sécoué par la journaliste de France 2. "C'est son style, je n'en veux à personne." Il regrette toutefois une enquête "essentiellement à charge", qui laisserait "peu de place au travail effectué" par l'Eglise. "J'ai été interviewé une heure, et seules trois minutes ont été conservées dans l'émission!"

Mgr Crepy avait décliné l'invitation de Cash Investigation, qui lui proposait d'intervenir sur le plateau en direct. "Je suis encore nouveau dans mes fonctions, l'exercice est un peu difficile. Je ne me voyais pas sur le plateau, être mal à l'aise alors que je représente l'Eglise."

Clément L'hôte

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistesL le 23 mars 2017 - 09h54
Je pense que s'il se mettait à la place des victimes juste une petite minute son calvaire lui semblerait moins insupportable. Quant à confier ces "affaires" à l'Etat !!! Heu... Moi quand je lis la presse ou autre, je constate qu'une immense majorité des procès pour pédophilie finissent... par des non-lieu ou par du sursis... On en tire les conclusions qu'on veut hein. Il serait peut-être intéressant, parallèlement à ce procès (justifié au demeurant) de sy 'intéresser. J'dis ça j'dis rien!

Signaler un abus

img_journalistevP le 23 mars 2017 - 07h49
Avant tout, hommage à toutes ces victimes que l'institution catholique méprise. Une cellule contre la pédophilie consisterait à se placer du côté de ces dernières justement. Le pardon des prêtres permet d"échapper à la justice et c'est profondément choquant. L'institution est complice de crimes. Ah oui, j'oubliais...on a beaucoup ri avec le coup de la brochure pour éviter la tentation des prêtres!!! BEURK!!!

Signaler un abus

img_journalisteM le 22 mars 2017 - 18h30
a l'intention de F2! quel est le milieu ou l'on releve le + de cas de pédophilie.???..... ce n'est l'eglise ni l'ecole!!! mais malheureusement le milieu familial!!!! ( source judiciaire.) TRISTE! mais pas vendeur Mm Lucet!!!

Signaler un abus