Au judo depuis qu'ils ont trois ans, ils n'en ont jamais assez sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Au judo depuis qu'ils ont trois ans, ils n'en ont jamais assez

Date : 04/11/2019 | Mise à jour : 08/11/2019 06:02
Partager

Même si Pierre Guinant part dans le Midi pour sa carrière, le duo de Jujitsu qu'il forme avec Rémi Boulamoy compte bien continuer à glaner des médailles. Après le titre de champions d'Europe Juniors, les Ponots visent les podiums Seniors à l'international. Interview.

Ils étaient déjà triple champions de France seniors, champions d'Europe et vice champions du Monde cadets en 2016/2017 et vice champions d'Europe Juniors la saison passée. Du 25 au 27 octobre, sous le soleil d’Héraklion en Crête, les ponots Rémi Boulamoy et Pierre Guinant ont conquis le titre de champions d'Europe Juniors 2019 (dans la catégorie des moins de 21 ans). Interview avec les deux licenciés aux « Arts martiaux Le Puy Communauté » de retour en terres vellaves.

Zoomdici : Comment ça s’est passé en Grèce ? Vous commencez à avoir de l’expérience à l’international. Il y a bonne ambiance au sein du groupe France ? Vous lui ramenez deux de ses quatre médailles d’or (aux côtés des 9 d’argent et 11 de bronze).

Rémi Boulamoy :

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Rémi Boulamoy a tout juste 18 ans et Pierre Guinant 19 ans. Ils ont tous les deux commencé le judo à l’âge de trois ans au club du Puy. Vers 8-9 ans, ils ont commencé le jujitsu avec un autre partenaire. A 14-15 ans, ils ont formé le duo actuel.
Pourquoi avoir choisi le jujitsu, en parallèle de la pratique du judo ? « Parce que plus j’en faisais, plus ça me plaisait ; je me sens plus à l’aise en jujitsu et c’est là que j’arrive à performer, à ramener des médailles », répond Rémi.

Zoomdici : Qu’est-ce que le Jujitsu ? Vous préparez vos répliques à l’avance. Est-ce donc comparable à une chorégraphie comme en danse ? Dans les combats, vous utilisez des armes factices. Avez-vous jamais eu besoin de vous en servir dans la rue comme technique de self-defense ? 15 ans de judo-jujitsu, ça a contribué à forger vos personnalités respectives ?

Rémi Boulamoy :

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Après avoir décroché son bac en juin dernier au lycée Charles et Adrien Dupuy, Rémi fait une pause d’une année dans ses études, ne sachant pas encore vers quel métier s’orienter. Il en profite pour passer son BP JEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport) de judo pour enseigner aux plus jeunes. Il entraîne donc les enfants du club en semaine et suit des cours théoriques le week-end à Lyon. En faire son métier, pourquoi pas ? Il n’a pas encore décidé.

Le club Les Arts martiaux Le Puy Communauté compte pas moins de 320 licenciés en comptant les sections de Coubon, Vals près Le Puy et Solignac. Les coupes remplissent les étagères du dojo du Puy. Est-ce une usine à champions ?

Pierre Guinant :

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : Le jujitsu donne plus de liberté selon vous. Vos différences sont-elles complémentaires en duo ?

Pierre Guinant :

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Pierre, lui, a décroché son BP JEPS judo l’année dernière. Il n’exclut pas d’en faire son métier plus tard. Mais dans l’immédiat, il a d’autres projets. Alors que nous enregistrons cette interview, une sirène de pompiers retentit de la caserne qui jouxte le dojo, place la Libération. C’est peut-être cette proximité qui a donné à Pierre Guinant cette deuxième passion. « A force de passer devant, je voyais les camions de pompiers et ça me donnait envie, se souvient-il, j’ai fait les Jeunes Sapeurs Pompiers au collège Saint-Régis, rattaché à cette caserne, j’ai passé mon diplôme au bout de 3-4 ans et maintenant c’est parti ! » Ce dimanche 3 novembre, Pierre Guinant est entré à l’école de formation des Marins Pompiers de Marseille, dans la Marine. Toute l’année dernière, il a préparé les tests et les concours et les a réussis. Mais le judoka ne quitte pas Le Puy complètement pour autant. Il compte rentrer les week-ends pendant sa période de formation pour s’entraîner et voir sa famille. S’il concrétise et signe un contrat, il aura même trois jours de repos par semaine pour revenir au Puy.

L'émulation d'un duo cadet derrière eux

Le duo avec Rémi continue donc. Avec un objectif : ramener des titres à l’international en senior. « Comme dit notre entraîneur à l’international Bruno Le Gal, c’est pas qu’on s’en fiche des titres en junior mais ça sert plus à nous former et à acquérir de l’expérience à l’international ». Il reste à Pierre et Rémi un an en junior mais ils peuvent être surclassés d’une catégorie. Ce qui explique qu’ils soient déjà triple champions de France seniors. Ce qui leur a permis aussi de participer aux championnats d’Europe senior l’année dernière, où ils n’ont pas réussi à se classer, et au tournoi de Paris où ils ont terminé 5e. A Héraklion, ils n’ont pas concouru en senior car ils n’ont pas été sélectionnés pour les Mondiaux en senior à Abu Dabi.

Pour s’entraîner, Pierre et Rémi peuvent compter sur le duo légèrement plus jeune Rémi Callé et Tyliam Rey (champions de France cadets 2018, 3e France seniors 2018, champions de France Juniors 2019). « Le fait de ne pas être tout seul, ça pousse les deux duos vers le haut, confie Pierre, si on était seuls à ce niveau, on se dirait qu’on fait du bon boulot sans trop forcer, là on fait des vrais matches de niveau national et international. »

Annabel Walker



Si au sein de groupe France (21 athlètes Juniors et 15 Cadets à Héraklion), Pierre et Rémi sont entraînés par Patricia Floquet, le reste de l’année c’est avec leur entraîneur ponote Nathalie Mialon qu’ils perfectionnent leur technique. Celle qui entraîne aux « Arts martiaux Le Puy Communauté » depuis 30 ans a fait le déplacement en Crète pour soutenir ses protégés. Elle raconte :
« Dès les phases éliminatoires, Pierre et Rémi prenaient rapidement le dessus contre leurs adversaires Russes et Grecs. Opposés en demi finale aux numéros 1 Grecs, les ponots continuaient sur leur lancée avec une belle victoire (64,5 points à 61,5) pour se hisser en finale. S'ensuivait alors une longue attente de plus de 6h avec pour seul objectif de rester concentré pour ramener la plus belle des médailles à la délégation française. En finale, face aux redoutables Espagnols qui les avaient battus de peu (0,5 points) lors des derniers championnats d'Europe seniors, Rémi et Pierre tenaient une belle revanche en prenant l'avantage dès le début de la rencontre et s'imposaient pour le titre européen sur un score sans appel de 72 points à 67,5. »

Au dernier Carrefour des associations de l’agglomération du Puy-en-Velay, Rémi Boulamoy et Pierre Guinant ont donné une démonstration à vitesse réelle et au ralenti :






 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire