Agglo du Puy : Michel Joubert réélu Président mais un bureau qui fait grincer des dents sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Agglo du Puy : Michel Joubert réélu Président mais un bureau qui fait grincer des dents

Date : 10/07/2020 | Mise à jour : 13/07/2020 08:15
Partager

Car outre l'absence totale d'élus d'opposition, des communes comme Saint-Germain-Laprade (3ème plus grosse commune de la collectivité) ou Vals-près-le-Puy, malgré de très prononcés appels du pied, n'auront pas voix au chapitre. Idem pour le territoire de l'Emblavez, totalement absent du bureau.

On ne peut pas dire que le suspens était à son comble ce vendredi 10 juillet 2020 lors de la réunion de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay qui avait pour principal objectif de désigner son nouveau président et le bureau qui va l'accompagner durant le prochain mandat.

"Un nouveau et dernier mandat"

Sans surprise, Michel Joubert s'est présenté pour "un nouveau et dernier mandat", dans la continuité de l'action menée ces dernières années avec comme axes principaux la "poursuite du développement économique" avec l'accueil de nouvelles entreprises, "l'amélioration de l'attractivité du territoire et la poursuite de l'intégration des anciennes communautés de communes" qui ont rejoint la grande agglo ponote il y a trois ans (passant de 28 communes à 72 pour désormais plus de 82 000 habitants).
Michel Joubert a également cité "l'adaptation de nos services à la population", avec une modernisation des services et des infrastructures et il souhaite enfin "optimiser les financements de l'État". Sur ce point, il propose que le gain de la DGF (Dotation globale de fonctionnement) et de FPIC (fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales) soit affecté en fonds de concours sur les communes de moins de 500 habitants, qui sont au nombre de 32 parmi les 72 communes de la collectivité, "pour des investissements adaptés qui ne peuvent être obtenus des autres financeurs".

"Une liberté de parole dont j'ai usé sans abuser ces dernières années"

En face de lui, la figure d'opposition est incarnée par Laurent Johanny (Génération.s), déjà habitué à tenir ce rôle au sein du conseil municipal du Puy. "J'ai une tendance à être minoritaire, déjà politquement car la gauche écologique est très peu représentée dans cette assemblée", a-t-il lancé, "et cette minorité me confère une liberté de parole dont j'ai usé sans abuser ces dernières années", rappelant au passage qu'il a voté plus de 80 % des délibérations, ce qui lui évite d'être cantonné à un rôle d'opposition stérile et non constructive.
Pour lui, la priorité doit être la question environnementale, qui "doit traverser toutes les politiques publiques mises en oeuvre, et je crois que les dernières l'ont davantage été au gré des subventions". Enfin, outre l'aspect social, il s'est interrogé sur la question démocratique : "on ne peut pas conduire une collectivité sous l'effet de la crainte parce qu'on n'a pas voté tel ou tel dossier ; ma liberté de parole, je la confie à toutes celles et tous ceux qui ne l'ont pas".

Le vote n'a laissé guère de place au doute et Michel Joubert est élu à la majorité absolue avec 76 voix, alors que Laurent Johanny en comptabilise neuf et Laurent Bernard huit.

"Je n'ai pas vu de transparence ou d'échange, je n'ai aucun retour de l'agglo malgré mes appels"

Un dernier candidat s'est glissé sur la ligne de départ avant de procéder au vote : Laurent Bernard, nouveau maire de Vals-près-Le-Puy. Il n'a pas caché sa "détresse face aux inondations, mais surtout la solitude". Et le nouvel élu d'appuyer : "je n'ai pas vu de transparence ou d'échange, je n'ai aucun retour de l'Agglo malgré mes appels".
Ce fils de berger connait bien la ruralité même s'il administre une commune plutôt urbaine et il a conclu son intervention ainsi : "j'espère qu'en me présentant, je ne vais pas mettre en péril mon intégrité et ma commune".

3e plus grosse commune de l'Agglo et grosse manne financière pour Saint-Germain-Laprade, qui n'aura pourtant pas de place au bureau

C'est là que le plus compliqué allait débuter : la désignation des 15 vice-présidents et des cinq membres supplémentaires du bureau. André Cornu, le maire de Saint-Germain-Laprade, avait déjà pris la parole au moment où les candidats se présentaient pour solliciter haut et fort une place dans le bureau.
"Nous ne connaissons pas la règle de représentativité au bureau, certaines communes sont surreprésentées, d'autres sous représentées. On a patienté six ans et on a contribué au travail de l'Agglo, il est maintenant temps de nous faire une place au bureau", a-t-il déclaré, rappelant au passage que sa commune, troisième plus grosse de l'Agglo (3 800 habitants), apporte une très grosse manne financière à la collectivité grâce à sa zone industrielle. Mais étant marqué à gauche, sa requête n'aura pas eu l'oreille de la majorité, qui a conforté son assise politique, avec uniquement des élus de droite au bureau.
Si tout semblait ficelé d'avance, des élus d'opposition ont tenté à plusieurs reprises leurs chances : c'est le cas notamment d'élus de Vals à la culture puis aux bâtiments, de Vorey à la ruralité et à la forêt, de Saint-Germain-Laprade à l'enseignement supérieur puis à la santé, mais ces candidatures auront été vaines, malgré des argumentations détaillées. Des communes qui ne sont souvent "pas en odeur de sainteté avec la majorité", comme l'a souligné l'un d'eux.

Près de la moitié du bureau reconduit

Notons enfin que 40 % du bureau était déjà présent lors de la précédente mandature, avec Michel Chapuis, Jean-Paul Bringer, Corinne Goncalves, Gérard Gros, Philippe Meyzonnet, Jérôme Bay, Thierry Mourgues et Brigitte Bénat.

Un bureau légèrement féminisé, composé de 30 % d'élus ponots, de 30 % d'élus de la petite couronne et de 40 % d'élus de communes rurales 

Parmi les 20 membres du bureau, six sont issus du Puy mais Michel Joubert a rappelé qu'il s'agit de la ville chef-lieu et qu'elle représente plus d'un quart des habitants de la collectivité. Au rang des nouveautés, on note la présence de six femmes au bureau (seulement quatre lors de la précédente mandature), et la disparition d'élus de l'Emblavez (le maire de Saint-Vincent y siégeait auparavant), à l'exception de Saint-Etienne-Lardeyrol, représenté par Marc Giraud. 
Plusieurs communes (six) de la petite couronne du Puy sont présentes dans le bureau de l'exécutif : Brives-Charensac, Chadrac, Espaly, Polignac, Coubon et Blavozy mais pas Saint-Germain-Laprade ou Vals-près-Le-Puy. Enfin huit communes rurales sont représentées : Saint-Etienne-Lardeyrol, Arsac-en-Velay, le Brignon, Ceyssac, Félines, Sembadel, Saint-Vidal, Saint-Victor-sur-Arlanc.

La liste du bureau de l'Agglo (l'ordre n'a pas d'importance)

Premier vice-président : Michel Chapuis (maire du Puy), en charge du personnel
Deuxième vice-président : Jean Paul Bringer (adjoint à Brives-Charensac), en charge des mobilités
Troisième vice-présidente : Corinne Goncalves (ajointe au Puy), en charge du tourisme et de l'événementiel
Quatrième vice-président : Marc Giraud (maire de Saint-Etienne-Lardeyrol), en charge de la Culture
Cinquième vice-présidente : Marielle Rocher (adjointe à Polignac), en charge de la Petite Enfance
Sixième vice-président : Laurent Wauquiez (adjoint au Puy), en charge de l'économie et du numérique
Septième vice-président : Thierry Mourgues (maire d'Arsac-en-Velay), en charge de l'économie sociale et solidaire
Huitième vice-président : Jérôme Bay (maire du Brignon), en charge de l'habitat, de l'aménagement et de l'urbanisme
Neuvième vice-présidente : Corinne Bringer (maire de Chadrac), en charge du commerce
Dixième vice-président : Frédéric Gimbert (adjoint à Coubon), en charge du développement durable et de la gestion des déchets
Onzième vice-présidente : Sandra Lombardy (maire de Ceyssac), en charge de la Commission d’appel d’offres (présidence)
Douzième vice-président : Roland Lonjon (adjoint au Puy), en charge des finances
Treizième vice-président : Philippe Meyzonnet (maire de Félines), en charge de la forêt et de la ruralité
Quatorzième vice-président : Patrick Navarre (adjoint à Espaly), en charge des énergies renouvelables et des bâtiments
Quinzième vice-président : Roland Gobet (maire de Sembadel), en charge de l'eau et l'assainissement

Premier membre supplémentaire du bureau : Michel Begon (adjoint à Blavozy), pour la gestion des zones artisinales et les relations avec les petites entreprises
Deuxième membre supplémentaire du bureau : Gérard Gros (maire de Saint-Vidal), en charge des abattoirs
Troisième membre supplémentaire du bureau : Brigitte Benat, en charge de l'Enseignement supérieur et la formation
Quatrième membre supplémentaire du bureau : Jean Luc Borie (maire de Saint-Victor-sur-Arlanc), en charge du comité de territoire et du relais agglo du plateau
Cinquième membre supplémentaire du bureau : Brigitte Fromaget-Heritier (élue du Puy), en charge de la santé et de la Politique de la ville
Une sixième place est conservée pour des missions supplémentaires qui pourraient s'ouvrir durant le mandat

Maxime Pitavy




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 13 juillet 2020 - 05h18
@A "Si nous les Français avons élu majoritairement Macron, c'est parce que nous voulions dépasser les clivages "gauche-droite"". Ha bon, Macron ce n'est ni la droite ni la gauche ??? A qui voulez-vous faire gober ça ? Mais vous avez raison sur un point, Macron ce n'est pas la gauche. Pour les municipales, le pays aura tiré la chasse pour faire disparaître LREM. D'ailleurs avant les municipales, il y aura les présidentielles; beaucoup voteront Le Pen pour éviter le retour de Manu.

Signaler un abus

img_journalisterj le 12 juillet 2020 - 18h19
Rares sont les articles de zoom qui provoquent autant de réactions. Pensez-vous que cela va affecter ces élus de pacotille (voir le % de votants et suffrages exprimés) ? Et hop, c'est reparti pour un tour. Au fait, pourquoi annoncer que c'est la dernière et ne pas avoir lâché l'affaire tout de suite ? Champagne, petits four et autres petits privilèges ? Qui s'étonne du désintérêt des jambons pour CETTE politique ?

Signaler un abus

img_journalistef le 12 juillet 2020 - 15h41
Beaucoup d'élus par rapport à la population ne pourrai t'on pas faire des économies en réduisant leur nombre ce serait une belle victoire Mr Joubert

Signaler un abus