logo_zoom

Affaire des prostituées : une jeune femme mise en examen

Date : 14/01/2016 | Mise à jour : 14/01/2016 13:02
Partager

On apprend cette semaine qu'une jeune femme de 19 ans, domiciliée dans le secteur d'Arsac-en-Velay, aurait participé au forfait. Des prostituées auraient été agressées et dépossédées de leurs recettes par cinq jeunes Ponots, dont trois ont déjà été placés en détention provisoire (lire).

Victimes d'extorsion de fonds, trois prostituées ont jusqu'à présent porté plainte, "mais on peut supposer que le chiffre obscur est important", nous confiait la semaine passée Jacques Louvier, Procureur de la République du Puy-en-Velay.
Autrement dit, compte tenu de la clandestinité de l'activité, un certain nombre de victimes n'aurait certainement pas porté plainte mais on peut supposer que plus de trois femmes ont été victimes de ces jeunes habitants du bassin du Puy. Rappelons que la peine encourue pour ce type de faits monte jusqu'à 10 ans d'emprisonnement. 

Placée sous contrôle judiciaire

Plus ou moins connus des services de la Justice (certains pas du tout, d'autres sont "des habitués"), aucun n'a plus de 25 ans. La jeune fille de 19 ans a été mise en examen mais on ne sait pas pour l'instant quel est son degré d'implication dans cette sordide affaire. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, tout comme un autre jeune homme alors que trois autres ont été placés en détention provisoire.
L'information judiciaire débute, il faut maintenant laisser se poursuivre l'instruction et seulement après une éventuelle poursuite devant le tribunal sera effectuée. Le temps judiciaire n'est pas le temps médiatique et il faut maintenant laisser enquêteurs et magistrats avancer dans leurs investigations.

Un site web reconnu pour les propositions sexuelles 

Ce site serait relativement connu pour proposer ce "type de services" et notamment en Haute-Loire, une affaire avait déjà été traitée où une femme, accompagnée par son mari, donnait rendez-vous à ses clients par Vivastreet... jusqu'au jour où elle s'est retrouvée séquestrée par l'un des ses clients.

Pas de "prostituées fixes" au Puy

Il n'y a pourtant pas de "prostituées fixes" au Puy mais ces jeunes femmes viennent en Haute-Loire pour proposer leur service, en louant des chambres soit dans des hôtels, soit dans des résidences. Elles proposent leur service via le site web Vivastreet et donnent rendez-vous dans une chambre. Aucune de ces femmes n'a la nationalité française et aucune n'est domiciliée en Haute-Loire (elles habitent d'autres villes de France, où il y a une plus grosse activité pour les prostituées).
"La majorité des prostituées en France sont de nationalité étrangère, on retrouvait dans cette affaire une Colombienne, une Brésilienne, etc.", soulignait le magistrat la semaine dernière.

Violences et menaces avec une arme

Les faits se sont donc bien déroulés sur le bassin du Puy, et l'extorsion de fonds est accompagnée de faits de violences car elles ont été bousculées, projetées au sol si nécessaires, et le tout avec la menace d'une arme de poing.
Pour l'instant, on ne connaît pas la valeur du préjudice, à chaque fois c'était l'argent des passes réalisées qui était subtilisée.

 
Partager

Vous aimerez aussi