''Mon objectif est que notre département soit aussi sûr que la Suisse'' sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

''Mon objectif est que notre département soit aussi sûr que la Suisse''

Date : 12/02/2020 | Mise à jour : 13/02/2020 11:23
Partager

Ce mercredi 12 février 2020, le préfet de la Haute-Loire Nicolas De Maistre a fait le bilan de la sécurité durant l'année écoulée. Des constats positifs et d’autres plus sombres.

La zone police est constituée des communes du Puy-en-Velay, d’Espaly-Saint-Marcel, de Vals-près-le-Puy, de Chadrac, d’Aiguilhe et de Brives-Charensac.

D’après les témoignages du lieutenant-colonel Rabasté (gendarmerie) et du commissaire Cluzeaux (DDSP), les faits élucidés représentent près de 60 % du total des infractions et délits constatés. À contrario, ce sont donc environ 40 % des personnes hors-la-loi qui passent entre les mailles des filets. Le nombre d'infractions relevées en 2019, hors routières, se chiffre à 1561, soit une hausse de près d’un tiers par rapport à 2018. La zone police constate néanmoins une légère baisse. Toujours d’après les forces de sécurité, les dossiers résolus l’ont été grâce à l’utilisation des images de vidéosurveillance aussi bien sur le domaine public que chez les particuliers.

Violences familiales et stupéfiants

Deux points noirs ont été mis en lumière par le préfet de la Haute-Loire. L'usage et le trafic de stupéfiants, souvent en relation avec d'autres infractions et délits, mais également les violences conjugales et intrafamiliales. Sans enregistrer une réelle augmentation pour ce dernier point, les victimes seraient tout de même plus enclines à partager. Les différentes actions de sensibilisation inciteraient les personnes concernées à s'exprimer. Les coups et blessures représentent 80 % des plaintes enregistrées.

Espaly et Chadrac, deux communes en proie aux cambriolages

En ce qui concerne les cambriolages en zone police, ils sont constatés en particulier sur les communes d’Espaly et de Chadrac. Selon le bilan du commissaire Cluzeaux, les vols de véhicules sont par contre en baisse de 11 %. Quant aux mouvements sociaux qui s'égrènent presque chaque semaine, ils contraignent les forces de l’ordre à se consacrer largement à la sécurité publique directe.



A ce jour, 18 radars sont en service en Haute-Loire dont :
- 9 radars tourelle double sens (RN102 Vazeille-Limandre, RN102 Saint-Georges d’Aurac, RD9 Saint-Pierre-Duchamp, RD12 Bas-en-Basset, RD44 Sainte-Sigolène, RD56 Mazeyrat d’Allier, RD103 Saint-Vincent, RD 590 Ceyssac-la-Roche, RD906 Bellevue la Montagne) ;
- 1 radar tourelle un sens : RD103 Yssingeaux ;
- 1 radar tourelle discriminant RN 88 Monistrol-sur-Loire
L'appareil de Ceyssac-la-Roche doit être remplacé par un radar tourelle d'ici ce vendredi 14 février.
Quant au radar tronçon détérioré qui calculait la vitesse moyenne entre Landos et Pradelles (RN88), des études sont menées pour le remplacer par un radar tourelle double sens.

Plus de radars tourelles

Parallèlement à la destruction des radars depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, la multiplication des contrôles fait surtout ressortir une augmentation de plus de 50 % par rapport à 2018 de très grands excès de vitesse (40 km/h au-dessus de la vitesse autorisée). À rappeler que ces derniers entraînent une rétention immédiate du permis de conduire et l’immobilisation du véhicule. 18 radars sont actuellement en service en Haute-Loire dont 11 radars tourelles. Ces dispositifs ont la capacité, non seulement de surveiller la vitesse des conducteurs, mais aussi le port de la ceinture de sécurité et l’usage du téléphone portable. Nicolas De Maistre a insisté sur le fait que les radars tourelles en activité dans le département ne prennent en compte que la vitesse. Il a confié que l’objectif des services de l’État est d’équiper les routes de la Haute-Loire avec 29 radars (chiffres de l’année 2018), tous profilés en radar tourelles nouvelles générations.

Changement de consommation

Côté conduite en état d'alcoolémie, le bilan est à la baisse. À l’opposé, les conduites sous l'emprise de stupéfiants augmentent de façon exponentielle. Cette constatation est expliquée par l’évolution des moyens de contrôle, mettant au jour ainsi beaucoup plus de cas. Un chiffre mentionné par le lieutenant-colonel Rabasté est celui de 17 %. Il correspond à l’augmentation du refus d’obtempérer par les conducteurs sur les routes de la Haute-Loire.

Retour aux 90 km/h ?

La décision de relever la vitesse à 90 km/h est dévolue au président du Conseil départemental depuis le 26 décembre 2019. Cette mesure n'est pas systématique et elle peut s'appliquer sur certains tronçons seulement. Les services du Département doivent soumettre à la commission départementale de sécurité routière un avis en fonction de l'accidentalité des routes concernées avec la possibilité d'abaisser certains secteurs à 70 km/h. « Mon objectif est que notre département soit aussi sûr que la Suisse », partage Nicolas De Maistre. À travers les termes du préfet de la Haute-Loire, le leitmotiv principal est de faire chuter le nombre de morts sur les routes altiligériennes en prenant l’exemple de l’année 2016 où dix personnes ont perdu la vie, contre 12 en 2017, 29 en 2018 et 15 l’année dernière.

C.R.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 15 février 2020 - 18h03
du bon baratin typique LREM. Souvenez-vous après les gilets jaunes : "rien ne sera plus jamais comme avant" et aussi pour notre dame "on va la reconstruire en cinq ans". Quelle blague !

Signaler un abus

img_journalisteA le 13 février 2020 - 16h41
J'espère que ce commentaire sera porté à votre connaissance M. Le Préfet. Le nombre d'accidents a baissé en Hte-Loire en 2019, ce n'est certainement pas la conséquence des radars, ils étaient HS par les JG. Votre prédécesseur avait voulu faire de la Hte-Loire un exemple en mettant des radars tourelle partout, cela a déchaîné les mécontentements qui ont, dans notre départ. généré les crises des JG. Malheureusement les violences au Puy en sont la preuve. Votre zèle se retournera contre vous!

Signaler un abus

img_journalisteM le 13 février 2020 - 15h02
On a encore tiré le gros lot encore une préfet hors normes !! s'il prenait exemple sur la suisse il veaillerait à la propreté, la citoyenneté, le savoir vivre, le respect bref à tout ce qui nous manque de manif en manif. L'exemple de nos agriculteurs regardez nos routes après leur passage est un exemple ils ont formé les GJ à la casse et à la manif débridée et là on ne voit pas çà en Suisse quand aux radars on connait le but recherché

Signaler un abus