"Au nom de la terre" : le cinéma du Puy parmi les plus fréquentés d'Auvergne Rhône-Alpes sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

"Au nom de la terre" : le cinéma du Puy parmi les plus fréquentés d'Auvergne Rhône-Alpes

Date : 28/10/2019 | Mise à jour : 29/10/2019 07:13
Partager

À peine 100 000 entrées dans la capitale mais un succès incontestable en région : c'est le bilan du film "Au nom de la terre", qui fait recette au Puy-en-Velay après déjà cinq semaines de projection.

On connaissait le rat des villes et le rat des champs. Il y a désormais le cinéma des villes et le cinéma des champs. C'est l'un des constats après cinq semaines de projection du film d'Edouard Bergeon, qui a trouvé son public au Puy.
"On voit venir des paysans et des personnes qui ne sont pas habitués à venir au cinéma, notamment à cause du rythme de travail", explique Guy Reynaud, le gérant de l'établissement le Ciné Dyke au Puy, "il faut dire qu'avec cette thématique rurale, les gens sont touchés, ils se sentent concernés".

Presque deux fois plus d'entrées que le Pathé de Bellecour à Lyon

Les chiffres de dimanche soir sont sans appel : depuis sa sortie, le film qui met en scène Guillaume Canet a dépassé les 5 500 entrées au Puy, ce qui le place en sixième position des cinémas les plus fréquentés pour ce film en Auvergne Rhône-Alpes. Si l'on considère l'ancien périmètre de l'agglo du Puy, c'est presque 10 % de la population qui s'est déplacée.
Une affluence qui lui permet de devancer de bien plus grands établissements dans de bien plus grandes agglomérations. À titre d'exemple, il a fait presque deux fois plus d'entrées que le Pathé de Bellecour à Lyon. 

Un rapport de 1 à 16 pour 1 à 3 habituellement

Le rapport Paris-province est une référence pour les distributeurs. "D’habitude, la proportion est d'environ un à trois", explique Guy Reynaud, "c'est-à-dire que si vous faites 100 000 entrées dans la capitale, vous ferez à peu près 300 000 en France".
Sauf que ce film précis n'attire pas les foules en région parisienne et il cartonne en revanche en province, surtout dans les villes qui épousent la géographie agricole et rurale. Ce rapport, habituellement de 1 à 3, est d'environ un à seize pour "Au nom de la terre".

La meilleure fréquentation au cinéma du Puy ?

C'est pour le film "Intouchables", qui avait enregistré environ 20 000 entrées.

"Ce n'est pas non plus un film grand public comme par exemple une comédie familiale du type Les Tuche"

Ce n'est pas pour autant le meilleur résultat du cinéma vellave. "Avec Saint-Jacques... la Mecque par exemple, on avait eu encore plus de monde", se souvient le gérant du cinéma ponot, qui avait fait venir à l'occasion Pascal Legitimus, acteur dans ce film de 2005.
"C'était le meilleur résultat de l'année", ajoute-t-il, "là, il sera aisément dans le top 10 de l'année", mais pas tout en haut non plus car "ce n'est pas non plus un film un grand public comme par exemple une comédie familiale du type Les Tuche". En effet, parmi le public rencontré, peu d'enfants et de familles.

Le film prolongé encore d'une semaine

Face à un tel succès, le gérant a fait le choix de maintenir le film à l'affiche "encore une semaine, après on verra". Il faut dire que la pression est forte, avec plus de 700 films par an, "un record pour la France". Après trois belles premières semaines, l'affluence commence à s'essouffler.
"On adapte la programmation et pour l'instant, ça marche encore bien. Mercredi dernier, par exemple, j'ai été contraint de ne pas prendre Terminator", conclut le gérant du cinéma du Puy.

Ce qu'en pensent les spectateurs : "en Haute-Loire, il ne faut pas gratter bien loin pour trouver les chèvres"

Zoomdici a laissé traîner son micro à la sortie de la séance de lundi soir. Jacqueline et Guy sont tous deux à la retraite et habitent à la Pinatelle du Zouave. Qu'est-ce qui les a poussé à venir voir ce film ?


Maxime Pitavy




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteL le 30 octobre 2019 - 12h13
R : peut être mais au moins l'argent va dans leur poche et non chez les actionnaires des grandes surfaces qui se gavent

Signaler un abus

img_journalisteM le 30 octobre 2019 - 11h44
acheter en direct est aussi cher sinon plus qu'en commerces traditionnels qui s'alimentent en local en respectant les normes sanitaires et en créant des emplois qui oblige nos paysans à acheter d'aussi gros matériels surtout quand on connait la configuration des parcelles chez nous mais il faut épater le voisin. A vivoter dans sa petite exploitation faut pas rêver . Alors ils peuvent toujours maniçester je ne suis pas solidaire de leur irrespect des autres et de leur bétise

Signaler un abus

img_journalisteR le 30 octobre 2019 - 10h04
oui mais en achetant aux producteurs, c'est aussi cher qu'avec des intermédiaires

Signaler un abus