Le préfet de la Loire valide Borde-Matin jusqu’en 2053 sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le préfet de la Loire valide Borde-Matin jusqu’en 2053

Date : 09/03/2018 | Mise à jour : 09/03/2018 19:09
Partager

Le préfet de la Loire a validé le 23 février 2018 la poursuite de l’exploitation du site d’enfouissement de Borde-Matin sur la commune de Roche-la-Molière, par Suez, jusqu’en 2053.

La capacité annuelle sera réduire selon 3 phases:

- La 1ère phase :de début 2018 à fin 2019 avec un tonnage qui ne reprend que l’état des lieux établi dans le plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux (PDPGDND), soit une capacité limitée à 423 000 t par an sur ces deux années

- La 2e phase: de début 2020 à fin 2024 qui prend en compte la réduction de 30 % des déchets enfouis telle qu’imposée par la loi de transition énergétique pour la croissance verte (TECV). Ce tonnage est calculé sur la base des tonnages produits dans la Loire en 2010, soit une capacité limitée à 357 000 t par an sur ces cinq années

- La 3e phase : de début 2025 à la fin d’exploitation, qui prend en compte la réduction de 50 % des déchets enfouis telle qu’imposée par la loi TECV. Ce tonnage est calculé sur la base des tonnages produits dans la Loire en 2010, soit une capacité limitée à 270 000 t par an

  • Le préfet souligne que l’accueil des déchets en provenance des autres départements est limité à 50 000 tonnes par an comme aujourd’hui. Et ces déchets ne peuvent pas être collectés dans un rayon de plus de 70 kilomètres.
« Cet arrêté qui accorde un « blanc-seing » aux intérêts privés pour une durée de 35 ans intervient avant même l‘adoption du schéma régional des déchets censé répartir les volumes stockés entre les différents sites d’enfouissement de la grande Région selon les principes de proximité et d’autosuffisance rappelés par la Loi », écrit le député socialiste de la Loire, Régis Juanico qui souligne que « dans un contexte de surcapacité de stockage régional, le risque de concentration des déchets sur le site Rouchon sera fort, de l’ordre de 25 à 30% des l’ensemble des déchets régionaux, malgré le verrou introduit au CODERST d’un rayon de 70 km pour la provenance des déchets et un plafon de 50 000 t/an... »

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteAnonyme le 12 mars 2018 - 17h28
Les lyonnais ne veulent pas e l'A45 : ils ont qu'à garder leurs ordures et les mettre dans le stade de Aulas qui lui a été bâti à grands coup de magouilles et de fonds publics !

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 10 mars 2018 - 19h48
Le préfet devrait venir habiter dans le quartier du pontin Roche il verrait ainsi ce que les rouchons subissent quotidiennement (odeurs, camions etc..)

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 9 mars 2018 - 10h38
Roche va devenir la poubelle de tout Auvergne Rhône-Alpes . Merci M. le préfet de vous être montré aussi attentif à l'avenir radieux et écologique de notre territoire .

Signaler un abus