Une aide financière de l'Etat pour aider la ruralité sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Une aide financière de l'Etat pour aider la ruralité

Date : 11/10/2018 | Mise à jour : 12/10/2018 15:25
Partager

Accès aux soins et aux services, attractivité du territoire, revitalisation des centres bourgs, cohésion sociale, transition écologique, sont les axes prioritaires entrant dans le cadre des contrats de ruralité signés dans l'Yssingelais.

Quatre communautés de communes du nord-est du département vont bénéficier d'une aide financière de l'Etat pour financer leurs projets. En 2017, celle du Haut-Lignon avait déjà signé ce contrat. La maison de la Béate avait été réhabilitée en logements locatifs pour un total de 76 275 euros.

Des projets structurants

Mercredi 10 octobre 2018, les Présidents de Loire-Sémène, des Marches du Velay - Rochebaron, du Haut-Lignon et du Pays de Montfaucon ont co-signé ce contrat de ruralité avec l'Etat, représenté par le préfet Yves Rousset. Ces contrats de ruralité permettent de financer des projets structurants au sein des communes. Selon Christine Hacques, sous-préfète de l'arrondissement d'Yssingeaux, "le but est de donner une vision pluriannuelle des contrats et de donner de la visibilité aux collectivités. L'intérêt de ce contrat : engager une réflexion avec l'Etat autour de l'aménagement des territoires  ruraux", explique t-elle.

"L'Etat ne laisse pas tomber la ruralité"

"Il s'agit d'une démarche qui vise à développer l'intercommunalité et qui permet de s'engager sur la durée puisque le contrat est signé pour trois ans.  Effectivement, ça part d'une réflexion du territoire. On se met d'accord sur les grandes orientations et on regarde les projets qui peuvent être structurants pour les communes. Au total, l'Etat a apporté 1,2 million d'euros aux territoires pour les investissements. Ces contrats, c'est aussi la capacité des communes à monter des projets collectifs et d'être soutenues dans un souci de cohérence. L'Etat ne laisse pas tomber la ruralité", insiste Yves Rousset.

>> A lire : Arlempdes : la ruralité n'est pas une fatalité

"On veut mettre l'accent sur les écoles"

Parmi les projets qui ont suscité un grand intérêt, la rénovation de la piscine de Tence. "Elle a connu de gros problèmes de fuites", relate Christine Hacques en guise d'exemple. "Ces travaux, estimés à 300 000 euros, ne pourraient pas avoir lieu autrement que par ces financements octroyés par l'Etat". Une nouvelle bienvenue donc pour les habitants de la commune. Tout comme la rénovation de l'école historique du Chambon-sur-Lignon. "On veut mettre l'accent sur les écoles. Cela enlève un poids considérable à la commune", conclut-elle.

Vital aussi pour les entreprises locales

Les présidents des communautés de communes se félicitent de ces aides de l'Etat qui peuvent financer jusqu'à 80 % des projets. Pour Frédéric Souvignet, président de la communauté de communes de Loire-Sémène : "cet argent arrive à point nommé pour nos projets. Notamment pour la rénovation du gymnase de Saint-Just-Malmont dont les coûts s'élèvent au total à 750 000 euros. C'est d'autant plus vital pour soutenir les entreprises du bâtiment locales qui vont effectuer ces travaux", explique l'élu.

Le détail des aides :

Pour le Haut-Lignon :
Tence : réhabilitation du centre nautique (150 000 euros) ; création d'une aire de covoiturage (22 720 euros), création de la zone du Fieu 2 tranche 1 (279 000 euros)
Le Chambon-sur-Lignon : rénovation de l'école primaire tranche 2 (129 000 euros)
Saint-Jeures : réhabilitation du centre bourg (35 000 euros)

Pour la Loire Semène :
Saint-Ferréol-d'Auroure : réhabilitation du site d'escalade des Gorges de la Semène (10 000 euros); réfection de la toiture et réhabilitation du gymnase (25 000 euros)
Aurec-sur-Loire : réalisation de la passerelle du Saut du chien (34 514 euros)
La Séauve-sur-Semène : réhabilitation du gymnase (10 000 euros)
Saint-Just-Malmont : amélioration thermique du gymnase (50 000 euros)

Marches du Velay-Rochebaron :
Bas-en-Basset : réaménagement de l'école primaire (100 000 euros)
Beauzac : réhabilitation de la Place du Pré du Clos (90 000 euros)
Malvalette : salle d'activités sociales et culturelles, et nouvelle mairie (146 191 euros)

Le Pays de Montfaucon :
Dunières : réhabilitation de l'école publique (150 000 euros)
Raucoules : construction d'une halle fermière (40 000 euros)
Montfaucon : extension de la salle d'animation et création d'un local jeunes (80 000 euros)
Dunières :construction d'une maison de santé à Dunières (100 000 euros)
Montfaucon : étude urbaine sur centre bourg (12 000 euros)

M-A.B.


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistec le 14 octobre 2018 - 14h42
Mais où est donc passé M. Rural, Peter Vigier, le champion des campagnes profondes ? Lui et les parlementaires dociles ont été été mis au piquet par leur patron Wauquiez : on ne se montre pas avec le préfet, représentant du gouvernement de Macron ! Comme on ne l'a pas vu à Clermont Ferrand , lors de la visite du Premier Ministre vendredi dernier. Quant à EL, je ne vois pas en quoi les ruraux "paient" le 80 Km/H ou la soi-disant privatisation de la SNCF. Une idéologie peut en cacher une autre

Signaler un abus

img_journalisteEL le 13 octobre 2018 - 22h18
MDR !!! Tout ça pendant que l'agglo mise tout sur la mise en paillettes du Puy aux dépends des campagnes et de la cité ponote elle-même, et alors que ceux qui "payent" la hausse des prix de l'essence, le passage à 80km/h, la privatisation de la SNCF, etc etc... sont justement les territoires ruraux, on voudrait nous faire croire que la macronie s'en préoccupe??? Et ils croient quoi, qu'on va leur dire merci ?

Signaler un abus

img_journalisteA le 12 octobre 2018 - 13h14
C'est surprenant que les députés ne viennent pas quand l'état s'occupe de la ruralité!!!I Ah mince LW ne les a pas mandaté car ça ne vient pas de lui

Signaler un abus