Yannick Fialip Président de la chambre d'Agriculture de Haute-Loire sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Yannick Fialip Président de la chambre d'Agriculture de Haute-Loire

Date : 07/03/2019
Partager

Comme l'avait déjà annoncé Zoomdici il y a un mois, c'est bien l'agriculteur du Brivadois Yannick Fialip qui devient le Président de la chambre d'Agriculture de Haute-Loire. Il devra laisser sa place à la Présidence de la FDSEA (qu'il occupe depuis six ans). Le Président des JA justement, Anthony Fayolle, devient le secrétaire générale.

Avec une participation en chute libre, passant sous la barre des 50 %, c'est l'alliance entre la FDSEA et les JA qui sort très largement en tête du scrutin, devant la confédération paysanne qui repasse devant la coordination rurale. Avec deux sièges chacun, ils ne devraient guère peser face aux 14 sièges de la FDSEA-JA.
Zoomdici s'interrogeait ainsi en mars dernier : quels débats pour la prochaine mandature à la chambre d'agriculture ? 

L'agriculture de Haute-Loire en chiffres

L'agriculture en Haute-Loire, c'est 372 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 70 % est généré par l'élevage. On dénombre environ 5 000 exploitants, une paille quand on sait que ce nombre a été divisé par quatre en 64 ans. Aujourd'hui, il ne reste que des exploitation de moyenne ou grande taille (minimum 69 hectares).
Côté emploi, ce sont 6 500 personnes qui sont employées dans l'agriculture, soit 7 % de la population active du département. En 1955, la proportion était de 55 % des actifs... On note également un vieillissement de la profession avec un âge moyen de 50 ans et un renouvellement difficile.
Concernant les cultures, 34 000 hectares sont réservés aux céréales. Les lentilles, figure de proue de l'agriculture locale, représente 11 % des terres agricoles de Haute-Loire et un quart de la production française.
Enfin pour la partie élevage, on recense dans le département la bagatelle de 114 000 vaches dont 79 000 laitières, pour une production de 400 millions de litres de lait. Les brebis (108 000) et les chèvres (10 000) sont moins nombreuses.
On note enfin que le bio gagne du terrain : plus de 430 exploitants sont certifiés en Haute-Loire et la surface atteint 10 % de la superficie agricole en AURA (Auvergne Rhône-Alpes).
Rappelons que selon la MSA (securité sociale des agriculteurs), le revenu moyen d'un agriculteur français se situe entre 1 083 et 1250 euros par mois. Sachant que cette moyenne inclut les plus grands revenus (des producteurs céréaliers par exemple), le revenu moyen d'un agriculteur bascule régulièrement sous la barre des 1 000 euros...


Pour aller plus loin :

>> Élections à la chambre d'agriculture : enjeux et chiffres clés en Haute-Loire

>> Regards croisés sur l'agriculture de demain

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 7 mars 2019 - 19h49
Les valeurs de la FNSEA seront portées haut en Haute-Loire ! Tant pis pour le consommateur et tant mieux pour l'industrie chimique

Signaler un abus