Visite chez Jardins Fruités à Taulhac : "de plus en plus de jeunes" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Visite chez Jardins Fruités à Taulhac : "de plus en plus de jeunes"

Date : 16/06/2019 | Mise à jour : 17/06/2019 11:25
Partager

Cette année encore, l'association Jardins Fruités a participé au week-end national des visites de jardins organisé par les 60 Centres Permanents d'Initiatives pour l'Environnement (C.P.I.E.). Les 15 et 16 juin, le jardin de Taulhac a donc accueilli de nombreux visiteurs venus pour participer à des ateliers et observer les différentes plantations et techniques de cultures.

Une mine d'informations et de ressources tout au long de l'année

J'entre dans ce jardin tout près du rond-point de Taulhac. Le lieu, qui appartient à la communauté d'agglomération et qui est entretenu par Jardins Fruités, est immense, verdoyant et fleuri. Les promeneurs me le confirment : on ne s'attend pas à un tel espace naturel au coeur de la ville. Jean-Charles Besson, jardinier pour l'association, m'accueille et m'en dit plus sur la structure: "Jardins Fruités a pour vocation de tisser du lien entre les jardiniers, de transmettre du savoir et de lutter pour la préservation végétale". La Fête des Plantes, qui se tient à Chavaniac-Lafayette début juin, les visites, les conférences, les micro-ateliers, les deux portes ouvertes annuelles et la presse du jus de pomme en octobre permettent également de financer l'entretien de cet espace. En effet, ce ne sont pas les 200 euros de subvention qui payent le salaire du jardinier, employé en CDI.

En France, il existe 60 C.P.I.E. et plus de 500 jardins pédagogiques. Toutes les infos à découvrir sur mon-jardin-naturel.cpie.fr

Des visiteurs jeunes et nombreux

"L'objectif des visites, c'est avant tout l'échange d'astuces pour un jardinage sans produits chimiques", explique Jean-Charles Besson. Et si l'événement a lieu chaque année, cette nouvelle édition diffère un peu par l'accueil qui lui est réservé. "Il y a de plus en plus de monde, mais surtout de plus en plus de jeunes !", observe le jardinier. L'urgence climatique et environnementale pousserait-elle les nouvelles générations à vouloir construire leur propre jardin naturel ?

"Il n'y a pas d'âme dans un jardin public"

Je rencontre ensuite Robert Jonget, président de l'association. Rapidement, il m'expose la différence entre un jardin naturel et un parc lambda. "Il n'y a pas d'âme dans un jardin public. Quelle que soit leur taille, les espaces privés et entretenus sans pesticides donnent envie de se poser. En plus, ils reflètent la personnalité de leur jardinier. Simples, champêtres, ordonnés: à chacun sa méthode !"

Quelques exemples d'ateliers

L'association Jardins Fruités et son jardinier Jean-Charles Besson proposent des formations en taille et greffe de rosiers et arbres fruitiers, mais aussi des stages dans le jardin de Taulhac.
Au programme :

  • le travail du sol
  • le semis
  • le repiquage
  • l'entretien



A.S.

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...