Une école désertée depuis les années 50 transformée en gîte sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Une école désertée depuis les années 50 transformée en gîte

Date : 21/08/2018 | Mise à jour : 21/08/2018 17:14
Partager

Que faire des écoles dans ces communes rurales qui n'ont plus assez d'enfants pour les faire fonctionner ? Les laisser tomber en ruine ? Les vendre ? Dans la Haute Vallée de la Loire, la tendance est à la rénovation. 


Comme d'autres communes l'ont fait avant elle il y a quelques années, la mairie de Vielprat a décidé de redonner une seconde vie à son ancienne école située dans le bourg Les Arcis. Fut un temps, cette commune située dans la Haute Vallée de la Loire, à moins de cinq kilomètres d'Arlempdes, comptait jusqu'à 600 habitants. Deux écoles accueillaient les enfants du village et de ses bourgs. Mais au fil des années, Vielprat s'est vidé de sa population (55 habitants, au dernier recensement).

Les enfants n'étant plus assez nombreux pour remplir les salles de classe, ils ont été rapatriés à Landos et les deux établissements scolaires ont fermé leur porte. Le premier, celui des Arcis a cessé de fonctionner au milieu des années 50. Le second, implanté à l'entrée de Vielprat a, quant à lui, été déserté dans les années 80. Depuis, cette bâtisse a été rénovée et accueille les bureaux de la mairie, la bibliothèque municipale ainsi qu'un hébergement locatif à l'étage, dans l'ancien logement de l'instituteur.

Un rapport très favorable des Gîtes de France

"Nous nous sommes donnés le temps de la réflexion pour l'autre école, d'abord parce qu'on ne pouvait pas tout faire en même temps. Et puis, nous étions partagés, on ne savait pas s'il fallait la vendre ou la restaurer pour en faire un gîte", explique Thérèse Bernier, maire de Vielprat depuis 2006. Et puis, voyant le tourisme se développer dans la Haute Vallée de la Loire, le conseil municipal a finalement décidé l'an dernier de valider la transformation de l'école, plantée non loin du GR3, en gîte. "Nous avons commencé par consulter les Gîtes de France pour savoir si c'était raisonnable et si cela correspondait à un besoin. Après sa visite, l'architecte des Gîtes de France a rendu un rapport très favorable", souligne madame le maire.

Un chantier d'envergure

Ainsi, un permis de construire a été déposé au mois de juillet 2018, après des premiers travaux menés sur la toiture. Inoccupée ou presque (des chasseurs y organisaient des réunions) depuis les années 60, la bâtisse de caractère d'une surface de 160m², tombait en ruine, des oiseaux ont même niché à l'étage. A l'intérieur, le chantier s'annonce colossal.

La pièce du rez-de-chaussée, celle qui servait de salle de classe, fera office de grand séjour. Une chambre accessible aux personnes handicapées ou à mobilité réduite accolée au bâtiment sera entièrement créée, ainsi qu'une véranda. A l'étage, des cloisons vont être abattues pour aménager trois chambres. D'importants travaux d'isolement vont également être engagés avec des produits biosourcés, comprenez naturels, pour faire de ce gîte un hébergement de haute qualité environnementale. Si tout se passe bien, ce chantier d'envergure devrait débuter en janvier 2019 pour une ouverture prévue en 2020.

"Ce n'est pas du tout hors de portée"

Le budget prévisionnel de ce projet s'élève à 300 000€. La commune a sollicité des subventions auprès du Département qui a déjà apporté sa contribution pour la rénovation de la toiture ; de la Communauté de communes des Pays de Cayres et de Pradelles ainsi que de la Région et se rapprochera de l'Etat dès janvier 2019. "Nous aimerions atteindre les 80% de subventions, pour un reste à charge à la commune de 60 000€. Ce qui représente trois années d'investissements de la commune, donc ce n'est pas du tout hors de portée", précise Thérèse Bernier, sentimentalement très attachée à ce projet, elle qui était directrice d'école dans le nord de la France avant de s'installer définitivement à Vielprat une fois retraitée.

Stéphanie Marin

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 21 août 2018 - 22h42
BRAVO! MERCI aux maires ruraux qui,sans bruit et avec peu de moyens, font de belles choses utiles à tous!

Signaler un abus

img_journalisteMH le 21 août 2018 - 22h02
HM -b 21/08/2018 - 21h51. Voilà un projet intelligent et qui respecte le patrimoine rural de nos anciens beaux villages, de nos jours défigurés par de plus en plus de grands bâtiments agricoles qui seront inexorablement dans quelques dizaines d'années obsolètes.

Signaler un abus

img_journalisteJ le 21 août 2018 - 21h12
300 000 euros pour la rénovation d'une ancienne école en gîte ! Avec les inévitables surcoûts pour les dépenses imprévues, on va atteindre la somme de 330 000 euros. Un prix exorbitant payé par le contribuable car une fois de plus, quand le donneur d'ordre est une collectivité locale, les entreprises et les architectes (pas toujours compétent) s'en mettent plein les poches. Et tout ça pour un gîte qui fonctionnera 2 mois l'été si la commune se donne aussi les moyens de s'en occuper.

Signaler un abus