Un plan ''urgent'' pour revitaliser 13 centres-bourgs de Haute-Loire sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Un plan ''urgent'' pour revitaliser 13 centres-bourgs de Haute-Loire

Date : 17/12/2018 | Mise à jour : 18/12/2018 10:39
Partager

La Région, le Département et l'Etat viennent de lancer conjointement un comité de suivi qui a pour mission de lutter contre la perte d'attractivité de certains centres-bourgs du département. Treize communes sont concernées par ce dispositif et bénéficieront ainsi d'un accompagnement technique et financier pendant au moins un an.

"Il est urgent d'agir et d'enrayer la situation difficile rencontrée par certaines communes en Haute-Loire", a lancé en préambule Jean-Pierre Marcon, le président du Conseil départemental, aux côtés du préfet Yves Rousset et d'Isabelle Valentin, la députée et conseillère régionale représentant la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Ce lundi 17 décembre 2018, tous trois étaient réunis, à l'Hôtel du Département, afin de présenter les actions du comité de suivi chargé de la revitalisation de treize centres-bourgs altiligériens.

Sainte-Florine, Paulhaguet, Langeac, La Chaise-Dieu, Allègre, Cayres, Costaros, Landos, Le Monastier-sur-Gazeille, Saint-Julien-Chapteuil, Retournac, Tence et Dunières sont les communes concernées par le dispositif. Elles ont été choisies par rapport à leur niveau de dévitalisation (taux de vacance des logements, vieillissement de la population et perte du nombre d'habitants). "Ces communes ne sont pas des déserts !" tient à préciser le préfet. "Elles ont été identifiées parce qu'elles sont aussi des nœuds territoriaux et qu'il faut y consolider et y maintenir ce qui existe déjà, comme les services publics, les commerces ou les activités, continue-t-il. Nous les aidons ainsi à avoir cette perspective." L'Etat investira donc un million d'euros dans ce dispositif.


(Isabelle Valentin, députée, le préfet Yves Rousset, Jean-Pierre Marcon, le président du Conseil départemental. Photo : DR/JB)

Un travail de diagnostic "important"

Pendant un an, des comités locaux vont réaliser un diagnostic sur la dévitalisation de leur centre-bourg. Ces comités comprendront des habitants, des commerçants, des artisans, des parents d'élèves, des élus et des experts. Toujours selon le préfet, "ce travail est très important car cela permet à la commune de construire un projet à moyen terme, sur cinq ans, sur dix ans, et de réfléchir sur ce qui doit être fait sur leur territoire, de déterminer comment il doit être organisé, comment les politiques du service public, du logement, de la santé et des transports peuvent s'organiser."

L'un des volets importants souligné par les trois partenaires est de pouvoir associer la population à cette période de consultation. Car selon Yves Rousset, "dans la perspective des élections municipales, cela permet de construire du débat démocratique qui est utile et nécessaire."

Une fois les projets imaginés en adéquation avec leurs besoins, les communes pourront postuler à des fonds auprès du Département, de l'Etat et de la Région. Elles peuvent d'ores et déjà s'inspirer de Saugues ou Craponne-sur-Arzon, où des actions de revitalisation ont déjà été menées ces dernières années. Rendez-vous donc, à la fin du mois de janvier pour la prochaine réunion de présentation du projet, où les maires de ces deux communes devraient être présents pour témoigner de leur expérience.

Julia Beurq

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteT le 1 janvier 2019 - 20h43
Encore bravo à craponne pour son dynamisme. Qui regarde la lune plutôt que le doigt!

Signaler un abus

img_journalistepp le 22 décembre 2018 - 09h55
Une des causes majeures de la chute des centres tient dans la politique commerciale des grandes surfaces destructrices du commerce de ville . Mais les maires ont le plus souvent appuyé la création de ces établissements . Leur vision de l'économie locale est responsable du désastre .

Signaler un abus

img_journalistea le 18 décembre 2018 - 15h10
très belle initiative des collectivités et merci à notre préfet d'être encore une fois en première ligne pour améliorer notre quotidien. Il y a toujours des solutions pour les Entreprenants, et tant pis si les grincheux trouvent toujours à redire de ces initiatives locales.

Signaler un abus