logo_zoom

Un nouveau mécène pour les tapisseries de La Chaise-Dieu

Date : 30/01/2016 | Mise à jour : 01/02/2016 14:12
Partager

C'est grâce à la contribution d'une entreprise locale qu'une partie du financement de la restauration des tapisseries du XVIe siècle de l'abbaye a pu être débloquée.

Ce jeudi 28 janvier 2016, à l’auditorium Cziffra de La Chaise-Dieu, s’est déroulée la remise d’un chèque de 8 000 € de la scierie Philipon de La Chaise-Dieu, représentée par Véronique et Pierre Philipon, à Jacques Aujoulat, délégué régional de la Fondation du Patrimoine Auvergne, en présence de Corinne Bringer, conseillère départementale, présidente de la commission communication-mécénat et d'André Brivadis, maire de La Chaise-Dieu.
Cette opération ne fait pas partie du budget de 23 millions d’euros pour la remise en état du site et nécessitait 371 000 € pour sa réalisation.

Une restauration indispensable


C’est en 2012 que l’étude d’un atelier de conservation a mis en évidence l’absolue nécessité de restaurer cet ensemble unique de tapisseries flamandes du XVIe siècle, accroché depuis 1927 dans le chœur de l’église abbatiale Saint-Robert, et fortement dégradé par l’humidité et les surexpositions à la lumière.
Si la Région contribue à la hauteur de 20%, et l’Etat 50 %, la Fondation du Patrimoine a dû trouver les fonds manquants en lançant une souscription auprès de mécènes privés et de particuliers. La remise en état a commencé en mai 2014 et devrait s’achever en mars 2016.


La Fondation du patrimoine a été créée il y a 30 ans par l’Etat, dans le cadre du devoir de mémoire, de la sauvegarde du patrimoine et de sa diversité, et plus particulièrement le petit patrimoine, par la mobilisation d'énergies privées (entreprises, associations, particuliers), en partenariat avec les collectivités locales et les services de l'Etat.

Un financement complexe et sous conditions

La société Michelin a proposé d’y contribuer à hauteur de 32 500 €, à condition qu’un montant minimum de 12 500€ soit atteint, avant le 31 décembre 2015, par le biais d’une collecte organisée par la Fondation du Patrimoine, ce qui n’a pu être possible que par le don de 8 000 € effectué par les Ets Philipon, scierie casadéenne qui compte une vingtaine de salariés. « C’est pour moi l’occasion de poursuivre la tradition familiale d’œuvrer pour le développement de la commune, et de valoriser l’action de notre entreprise. De plus, ma femme et moi sommes très attachés à tout ce qui touche l’abbaye », déclare Pierre Philipon.
Mais à ce jour il manque environ 15 % du budget global pour boucler celui-ci, qui devrait être complété par la souscription populaire de la Fondation du Patrimoine, toujours en cours. En attendant, celle-ci va recevoir le montant des cotisations versées par les visiteurs à l’Association des Amis de l’Abbatiale en 2015.


Une tournée internationale avant le retour

Ces tapisseries intéressent plusieurs musées, des Gobelins à celui de New-York, et devraient faire l’objet d’une tournée internationale pendant l’hiver 2016-2017. L’exposition au musée de Canton, en Chine, est suspendue à la confirmation de la prise en charge du coût du trajet par le destinataire.


L’espoir de retombées substantielles

« Nous espérons que ces investissements permettront d’atteindre les 100 000 visiteurs par an sur le site », souhaite Pierre Philipon. Puis il rajoute : « il faudra aller chercher et accompagner les touristes », conscient de la nécessité d’un effort complémentaire pour valoriser les efforts entrepris.


N.S

Vous aimerez aussi

Commentez

img_journalistetj le 2 février 2016 - 15h39
Magnifique. On restaure l'abbaye, les tapisseries, on injecte des sommes inouïes ans un village moribond et en même temps on licencie les deux personnes qui travaillaient a l'abbaye mais de cela personne n'en parle. Deux emplois sacrifiés au profit de la sauvegarde du patrimoine. Belle réussite messieurs.

Signaler un abus