Un mot d'ordre : ne pas laisser mourir l'hôpital public (VIDÉO) sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Un mot d'ordre : ne pas laisser mourir l'hôpital public (VIDÉO)

Date : 14/11/2019 | Mise à jour : 14/11/2019 17:38
Partager

Au Puy comme à Paris et partout en France, un rassemblement des personnels de santé a eu lieu devant l'hôpital Emile Roux avec un mot d'ordre : ne pas laisser mourir l'hôpital public.

Dans les rangs des manifestants, on retrouve des patients, des agents des urgences, des administratifs, des brancadiers, des infirmières, des aides-soignantes... Une centaine de manifestants environ a bravé la neige pour exprimer, une nouvelle fois, le ras-le-bol qui embrasse l'ensemble de la profession. En fin d'après-midi, une délégation devrait être reçue à l'ARS (agence régionale de santé).

La coupe est pleine pour l'ensemble de la chaîne de santé

Et depuis un moment déjà. Soutenue par les organisations syndicales (CGT, FO et CFDT), l'équipe paramédicale du service des urgences du Centre hospitalier Emile Roux du Puy-en-Velay avait rejoint le mouvement de grève nationale illimitée le lundi 17 juin 2019. Un mouvement auquel se sont ralliés les agents du Samu le 9 septembre dernier. Puis il s'est étendu à l'ensemble des personnels non médicaux du CH Emile Roux (personnels soignants, administratifs, techniques, médico-techniques, ouvriers). Un mouvement rejoint également par les pompiers, qui avaient mobilisé 250 personnes environ le 26 septembre dernier (voir notre reportage vidéo). Début octobre, ce sont 'les petites mains des chirurgiens', les IBODE (infirmière de bloc opératoire diplômées d'État), qui sont entrées dans la danse.

"Encore quatre milliards d'euros d'économie sur le dos de l'hôpital public"

Le PLFSS est dans l'oeil du cyclone. C'est le projet de loi du financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2020 et il a été adopté en première lecture, alors qu'il prévoit "encore quatre milliards d'euros d'économie sur le dos de l'hôpital public", dénoncent les syndicats, ce qui risque de continuer à accentuer la pression sur les personnels qui se sentent déjà lessivés et à bout des efforts qu'ils peuvent fournir. 
Les personnels sont inquiets de ce PLFSS car il aura "de grosses conséquences sur les conditions de travail des agents mais aussi les salaires, qui vont rester gelés", dénonce Catherine Experton, de la CFDT Emile Roux.

Prochain cap : mobilisation du 5 décembre "contre l'attaque des retraites"

Le personnel hospitalier est donc en grève reconductible depuis le 26 septembre dernier et "tous les jours, nous sommes en grève même s'il n'y a pas forcément des actions tous les jours", relève Amandine Rabeyrin, de la CGT Emile Roux, alors que la dernière action significative date de mi-octobre.
La pespective des manifestants, c'est la journée du 5 décembre avec une mobilisation sur la question  retraites car "à l'hôpital, le personnel est très féminisé et on va être très impacté sur la réforme des retraites", ajoute la cégétiste, "et l'attaque des retraites, c'est aussi une attaque de la sécurité sociale, qui est au coeur de nos métiers et de leurs financements".


À Yssingeaux aussi

Dans le cadre de la journée nationale d'action unitaire dans les établissements de santé, le syndicat CGT du C.H Yssingeaux organisait un rassemblement de tous les personnels du C.H Yssingeaux mais aussi des EHPAD de l'Yssingelais.
Les objets de protestation sont à peu près les mêmes que sur le bassin du Puy : manque de postes, dégradation des conditions de travail, manque de moyens et baisse des financements.


Maxime Pitavy





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistec le 16 novembre 2019 - 13h03
Le verre est à moitié plein ou vide, R ? La France est la cinquième économie du monde, les entreprises embauchent et ne trouvent plus de candidats et le système social est des plus performants ! Sortez un peu de votre cabane jaune !

Signaler un abus

img_journalistegs le 15 novembre 2019 - 11h52
M est anti cegetiste, mais il y avait d' autres syndicats et des non-syndiqués ! L' hopital est malade, je le sais pour le frequenter ! Oui il faut de l' argent pour bien etre soigné, n' en déplaise à certains !

Signaler un abus

img_journalisteM le 15 novembre 2019 - 07h29
Il serait temps de nommer un de ces représentants cgetiste avisé a la gestion d'un hopital (y compris la gestion du personnel) puisque tout se résume à plus d'argent peut être ont ils la recette miracle pour dépenser plus et augmenter les recettes sans faire appel au contribuable. Enfin sur les retraites a quel âge partent les infirmières ?

Signaler un abus