Travail illégal : 36 restaurants contrôlés en Haute-Loire sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Travail illégal : 36 restaurants contrôlés en Haute-Loire

Date : 11/07/2018
Partager

Lors de cette action menée en début d'été, on constate notamment que plus de la moitié des établissements contrôlés sont en infraction pour l'absence de décomptes horaires (66%). Le détail et les explications dans cet article.

- Photo d'illustration / MP / Archive Zoomdici -

Les agents de l’inspection du travail de la DIRECCTE Haute-Loire ont réalisé un contrôle conjoint dans 36 restaurants du département le 21 juin 2018.
Cette action visant le travail illégal a été menée avec le service de l’Unité régionale de la DIRECCTE spécialisé sur le sujet (URACTI, unité régionale d’appui et de contrôle contre le travail illégal), mais également avec les agents de l’URSSAF.
Au total, ce sont six équipes composées d’un agent de l’inspection ou de l’URACTI et d’un agent de l’URSSAF qui ont été constituées.

Les secteurs concernés par les contrôles

Un premier groupe de contrôleurs a œuvré essentiellement à Aurec-sur-Loire et Bas-en-Basset, un deuxième a axé son action sur Tence, Le Chambon-sur-Lignon, les troisième et quatrième ont concentré leurs contrôles sur Le Puy-en-Velay, et le cinquième essentiellement sur Vieille-Brioude, Paulaguet, et enfin le sixième sur Saugues.

Le Plan régional de lutte contre le travail illégal 2016-2018 cible notamment le secteur des HCR (hôtels, cafés, restaurants), en raison de fraudes particulièrement importantes.

Partenariat et intensification des contrôles : deux priorités du plan régional

Le plan régional 2016 – 2018 a renforcé le caractère prioritaire de la lutte contre le travail illégal, et permet d’intensifier la coordination et la coopération entre les services de contrôle.
Le bilan de l’action menée entre la DIRECCTE et l’URSSAF le 21 juin 2018, découle d’un travail partenarial nécessaire et complémentaire entre les différents corps de contrôle pour lutter contre le travail illégal sous toutes ses formes.

Lutter contre le travail illégal

Parmi les infractions relevées par les agents de contrôle :
- absence de registre unique du personnel dans la structure (50%) ;
- défaut de mise à jour du registre unique du personnel présent dans la structure (15%) ;
- absence de déclaration préalable à l’embauche (10%) ;
- absence de décomptes horaires (66%) ;
- absence d’adhésion au service de santé au travail (1 établissement) ;
- entraide familiale s’apparentant à du travail illégal (10%).


- Cette information émane d'un communiqué de presse des services de la préfecture de Haute-Loire -



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 13 juillet 2018 - 10h45
Que chacun paie les impôts qu'il doit réellement ce serait déjà pas mal.

Signaler un abus

img_journalisteP le 13 juillet 2018 - 10h16
L'entraide familiale est illégale... je connais une restauratrice qui avait du mal à joindre les deux bouts, condamné à plus de 3500€ d'amende parce que sa fille de 20 ans l'aidait en terrasse l'été. Aucun discernement de la part des agents de l'Urssaf, facile pour ceux qui ont un salaire correct et garanti. Par contre aller contrôler des forains ou des fast food douteux, ils sont moins courageux.

Signaler un abus

img_journalistePC le 12 juillet 2018 - 23h08
Plus c'est réglementé, plus les gens cherchent à échapper à l'étau. Dans tous les domaines. Que ceux qui n'ont jamais été des travailleurs indépendants aillent voir la réalité de ce côté de la barrière avant d'écrire des inepties. Les règlements c'est bien à condition de ne pas dépasser les limites qui découragent l'entreprenariat. Il y a longtemps que la côte d'alerte est dépassée. Tout est une question d'équilibre, et non pas d'idéologie.

Signaler un abus