Toussaint : le gardien du cimetière mène l'enquête sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Toussaint : le gardien du cimetière mène l'enquête

Date : 01/11/2018 | Mise à jour : 01/11/2018 17:18
Partager

David Mialon entretient le cimétière du Puy-en-Velay depuis quatre ans. Pour la Toussaint, il en devient le gardien et endosse même le costume d'enquêteur à la demande, pour retrouver la tombe d'un défunt via un logiciel.

Le cimétière Nord du Puy-en-Velay se donne des allures de labyrinthe. Situé sur un terrain de plus de sept hectares perché dans les hauteurs de la cité vellave, il compte pas moins de 81 allées. En ce jour de la Toussaint, ils étaient nombreux, chrysanthèmes en main, à venir se recueillir devant les tombes de leurs proches. D'autres se sont stoppés net après avoir franchi le portail du cimetière. Un portail qu'ils franchissent pour la première fois. Ils savent que leur proche a été enterré là, au Puy-en-Velay. Mais comment faire pour le retrouver parmi les 3 200 caveaux ?


C'est à ce moment-là que David Mialon intervient. Le temps d'une semaine, jusqu'à ce dimanche 4 novembre 2018, la Ville du Puy-en-Velay lui a confié le logiciel de gestion du cimetière utilisé tout au long de l'année par le service Etat Civil pour renseigner et gérer les concessions du cimetière. "Il me suffit d'un nom et d'un prénom pour localiser le tombeau", explique-t-il. Un nom, un prénom, un clic et tout s'affiche sur son ordinateur. 

Et ce service ponctuel fonctionne bien, "je reçois entre 15 et 20 personnes par jour." S'il s'agit le plus souvent de personnes âgées qui recherchent un cousin ou une tante, David Mialon aide également certains visiteurs dans leur quête de leurs origines. "Hier matin, une dame qui n'était pas du Puy-en-Velay s'est adressée à moi munie d'une vingtaine de vieux actes de naissance. Elle voulait des renseignements pour compléter son arbre généalogique. Nous avons passé deux heures ensemble", s'amuse-t-il.

La Ville du Puy peut-elle aller plus loin pour aider les visiteurs à retrouver les tombes de leurs proches ? L'an passé, l'idée d'installer une borne numérique avait été évoquée, sans être actée visiblement.

Stéphanie Marin

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire