Tour d'horizon de l'actualité diocésaine avec l'évêque du Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Tour d'horizon de l'actualité diocésaine avec l'évêque du Puy

Date : 01/02/2019
Partager

De la création d'un musée diocésain au dialogue interreligieux, en passant par la pédophilie, la question de la moralisation de la fiscalité et la crise des Gilets Jaunes, tour d'horizon de l'actualité diocésaine avec Luc Crépy, évêque du Puy.

En ce début d'année 2019, l'évêque du Puy Mgr Luc Crépy a reçu la presse afin de présenter les orientations diocésaines pour l'année à venir, tout en dressant un bref bilan de l'année écoulée.
Présent au Puy depuis quatre ans déjà (il a été ordonné en la cathédrale du Puy le 12 avril 2015 devant plus de 2 000 personnes), il avait été le premier invité de l'émission Le Scan, où il avait accepté de répondre sans détour pendant une vingtaine de minutes sur des sujets variés comme le célibat et la sexualité des prêtres, l'influence du diocése sur les pouvoirs politiques locaux ou encore une question cruciale : le catholique pratiquant est-il devenu une espèce en voie de disparition ?

Un denier en baisse mais plus de donateurs

Au moment de dresser le bilan de l'année 2018, le chef de file des catholiques de Haute-Loire a relevé l'arrivée de deux nouveaux diacres permanents (ce qui porte le total à 14), et on note une démographie assez stable, avec 110 prêtres incardinés dans le diocèse, pour une moyenne d'âge de 71 ans.
Quant au denier, le montant est en baisse de 4,60% par rapport à l’exercice précédent. Idem pour le nombre de donateurs, en baisse de 3,6% par rapport à l’exercice précédent. Seul motif d'optimisme : 240 nouveaux donateurs sont recensés, contre 217 l’année d’avant.

Pédophilie : des protocoles pour l'enseignement catholique et le scootisme

L'année 2018 aura également été marquée par la journée diocésaine de prévention contre la pédophilie le 3 octobre dernier, avec environ 250 personnes présentes. "C'est très imprtant et je dois montrer l'exemple", explique-t-il, lui qui est qui est le Président de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie.
L'objectif était de "mettre en place une pratique éducative pour que ça ne se reproduise pas" et des mesures ont été prises avec la mise en place de protocoles pour l'enseignement catholique ou le scootisme par exemple.

La création d'un musée diocésain

Autre sujet évoqué lors de notre rencontre avec l'évêque du Puy : le projet de création d'un musée diocésain en proximité de la cathédrale, à côté du Camino. "On a des communautés religieuses depuis des siècles", rappelle Mgr Crépy. L'idée serait d'évoquer la vie chrétienne en Haute-Loire, mais aussi la tradition hébraïque à travers l'Ancien Testament. "On en est encore au stade de la conception", tempère-t-il, "ce ne sera pas pour 2019 de toute façon, il faut d'abord trouver des fonds et du mécénat".

Dialogue interreligieux et venue de l'évêque auxiliaire de Marseille ce mercredi 6 février

Le dialogue interreligieux est également au coeur des préoccupations des communautés catholiques comme musulmane, afin de consolider le "Vivre Ensemble". La mosquée du Puy avait par exemple proposer une visite guidée à des résidents de l'EHPAD des Chalmettes en mai dernier, une façon de tendre la main à la tolérance, et de tordre le cou aux préjugés.
Dans le même registre, un pique-nique rassemblant communautés chrétiennes et musulmanes avait rassemblé plus de 100 personnes en juin dernier au col de Peyra Taillade. "Ce moment fraternel a permis des échanges et une meilleure connaissance mutuelle", rapporte Dominique Roux, délégué diocésain au rapport interreligieux, "c'est le signe que le dialogue interreligieux prend corps dans une pratique conviviale et respectueuse de chacun".
C'est dans cette même perspective que Mgr Jean-Marc Aveline, évêque auxiliaire de Marseille et Président du Conseil pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux, donnera une conférence (ouverte au public) à la Providence le mercredi 6 février 2019. Mgr Jean-Marc Aveline, qui compte un bon tiers de musulmans dans son diocèse, interviendra en compagnie de l'imam du Puy et du pasteur.


Lors du pique-nique interreligieux au col de Peyra taillade


Certaines paroisses de Haute-Loire ouvertes au grand débat national

Les paroisses, qui ont des réseaux assez importants, ont été invités par les évêques en décembre, à réfléchir en répondant à un certain nombre de questions comme les enjeux de la crise, les moyens mis en oeuvre pour en sortir, etc. Le but est de constituer des groupes pour discuter. Le débat national est arrivé et il va y avoir un lien avec les questions posées par les évêques. Aussi, dans certaines paroisses de Haute-Loire, il a été proposé à tous de pouvoir débattre sur les grandes questions du débat national.
"S'il y a par exemple telle ou telle paroisse qui organise plusieurs rencontres pour le débat national, les choses seront consignées par écrit et seront envoyées aux autorités", précise l'ecclésiastique.

La question de la moralisation de la fiscalité ?

L'une des vocations de l'Église, c'est de donner du sens à un certain nombre de questions. Prenons l'exemple de la fiscalité, qu'est-ce que l'Église peut répondre sur cette question, notamment du point de vue de la morale ?



Gilets jaunes : "ce mouvement, par le dialogue qu'il instaure, est une chance [...], il y a un bel espoir dans notre pays de voir tant de gens qui parlent entre eux"

En poursuivant la discussion sur ce thème avec Mgr Crépy, ce dernier nous a confié : "ce fossé qui existe entre une trentaine de milliardaires et le reste de la population mondiale, c'est quelque chose qui n'est pas normale et qui ne doit pas exister. Il n'est pas possible que l'on ait encore 900 millions de personnes qui souffrent de la faim dans la monde. Il y a là vraiment une question de justice au niveau international, et avec par exemple les Gilets jaunes, on voit ausi une question de justice nationale, et tout ça est très lié.
Je trouve que ce mouvement, par le dialogue qu'il instaure, est une chance. Espérons qu'il y aura des résultats aussi concrets après, mais déjà, dès qu'on discute, qu'on dialogue, qu'on échange qu'on accueille l'autre, c'est déjà quelque chose de très riche. Par rapport à beaucoup de gens qui étaient un peu isolés, qui n'avaient pas la parole, il y a un bel espoir dans notre pays de voir tant de gens qui parlent entre eux", conclut-il.


Maxime Pitavy






 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire