Politique

Témoignage d'une ligérienne à Bamako

Christine, originaire de la région stéphanoise, vit au Mali depuis plusieurs années. Elle nous livre ses impressions, les détails de sa vie quotidienne, une semaine après l'arrivée des troupes françaises au Mali. Un témoignage exclusif.
Christine, aujourd'hui vous êtes professeure au Mali. Expliquez-nous ce qui vous a amené là-bas?
"Je suis infirmière de formation. J'ai grandi dans la région stéphanoise. J'ai rencontré mon futur mari, malien. Nous avons eu deux petits garçons. Je vis depuis septembre 2006 à Bamako. Je suis très heureuse de vivre ici, j'espère y rester le plus longtemps possible."

Justement, comptez-vous rentrer en France à cause ce qui se passe ou non?
"Nous n'avons eu aucun ordre de l'ambassade de quitter le pays, seulement d'être prudents. Si elle nous dit de partir ou que nous ne nous sentons pas en sécurité, nous rentrerons. Mais nous n'avons pas envie. D'ailleurs la plupart des expatriés restent, du moins ceux qui ont leur vie ici."

Dans quel état d'esprit êtes-vous, après l'arrivée des troupes françaises, et aussi la prise d'otages qui a lieu en Algérie?
"Ici, tout le monde est soulagé que l'armée française soit arrivée. Nous nous sentons en sécurité. Je n'ai rencontré personne qui était contre. Concernant ce qui se passe en Algérie, d'abord nous sommes bien informés, notamment via Itélé et France 24. Ce que nous craignons, c'est que ces kamikazes sévissent comme ils l'ont fait, au Mali ou dans un autre pays."

A quoi ressemble votre vie quotidienne depuis le début du conflit?
"Ici à Bamako, la guerre semble loin. Mais il y aurait des islamistes dans la ville. Les gens travaillent. Tout fonctionne, téléphone et internet. Je ne travaille pas, parce que l'école française par laquelle je suis employée est fermée pour deux semaines, question de sécurité. Nous ne savons pas du tout si ou quand elle va réouvrir. Nous faisons attention, mais notre vie quotidienne n'a pas trop changée : nous allons faire les courses au marché et dans les boutiques du quartier, il ne manque pas de nourriture. Nous allons régulièrement chez des amis et les enfants continuent leurs activités proches de la maison."

Enfin, quels sont vos espoirs pour ce pays que vous aimez depuis longtemps?
"Ici nous attendons tous la paix. Les maliens sont très tolérants et toutes les religions vivent ensemble sans problème. C'est un pays à multiples ethnies qui vivent très bien ensemble. Les maliens ne veulent pas de cet islamisme, ils prônent un islam modéré. J'espère que la guerre ne va pas trop durer et que les populations du nord vont pouvoir retourner sur leur terre, chez eux et qu'ensuite des élections pourront avoir lieu. J'espère pouvoir continuer ma vie ici."

Propos recueillis par S. B.

Photos prises à Bamako ces derniers jours

Réagissez !

Voir les 1 commentaires   Déposer un commentaire

  • Anonyme - le 20 janvier 2013 - 08h58 Signaler un abus
    Il est très difficile de réagir à ce genre de témoignage pour plusieurs raisons Celui qui se trouve bien en afrique peut y rester car s'il a fait sa vie avec un autochtone comme c'est le cas les choses sont actées J'ai travaillé en afrique et je ne m'y suis jamais senti à l'aise parce que les réactions des gens aux évènements sont inattendues, la vie n'a pas le même prix dans ces pays et un assassinat est vite perpétré Le mali comme d'autres pays d'afrique sont dirigés p

Voir les 1 commentaires   L'ajout de commentaires à un article n'est plus possible au delà de 30 jours.

Les Brèves

Les derniers articles

Une information locale à diffuser ?
Envoyer une info à la rédaction