Sucs : ''Anticiper les mutations ensemble au lieu de les subir individuellement'' sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Sucs : ''Anticiper les mutations ensemble au lieu de les subir individuellement''

Date : 12/02/2018 | Mise à jour : 13/02/2018 06:43
Partager

L'école de musique, ainsi que la poursuite des investissements, malgré une probable baisse des dotations de l’État, ont été au cœur des échanges lors du premier conseil communautaire des Sucs de l'année.

Avant de valider les différents dossiers, l'ensemble des élus communautaires, réunis à Lapte ce jeudi 8 février 2018, a écouté en préambule Virginie Burnon. La directrice de l'école intercommunale de musique et de danse des Sucs (EIMS) a dressé un bilan de l'établissement qu'elle dirige avant de présenter un nouveau projet pour l'école pour une durée de cinq ans, en conformité avec le schéma départemental d'enseignement et d’éducation artistique.

Deux cents élèves fréquentent l'école de musique

La jeune femme a commencé par présenter un état des lieux de l'EIMS. 200 élèves du territoire des Sucs la fréquentent, soit environ 150 familles. Les enseignants de l'école interviennent également auprès de 600 scolaires chaque année. 41% de l'équipe enseignante est titulaire. L'école propose un cursus diplômant mais aussi un cursus open, c'est-à-dire à la demande. Avec la Tournée des Sucs qui a lieu chaque année, ce sont 30 manifestations regroupées avec l'idée d'aller animer les territoires.

Plus souple qu'un conservatoire

« L'école est en bonne santé ; elle dispose d'une bonne vitalité et est reconnue sur le territoire, a indiqué Virginie Burnon, il reste cependant des points à travailler : mieux communiquer dans les communes, afin de valoriser l'ancrage dans la vie locale, améliorer les relations aux usagers. L'école n'est pas un conservatoire, nous devons être plus souples.»

En conclusion, Virginie Burnon a cité « de la musique avant toute chose », de Verlaine. « C'est le cœur de notre métier, le cœur de notre projet.»

Bientôt un "d

rive" et une page Facebook

Selon la directrice de l'EIMS, « il convient aussi d'anticiper la réduction des fonds publics à venir, donc de trouver d'autres ressources financières, de diversifier les publics, enfin de suivre et devancer l'actualité. Ces pistes d'actions seront réalisées à travers deux chantiers : la formation et l'investissement, notamment pour travailler sur  la communication avec le numérique et la création d'un "drive" et d'une page Facebook ».
Virginie Burnon a rappelé également la mise en place d'un orchestre au sein du collège de Retournac : « on espère atteindre 250 élèves en 2020/2021 ».

Des aides en baisse

Bernard Gallot, président de la communauté de communes des Sucs (CCDS), a salué le travail réalisé par l'EIMS et son « projet très ambitieux. » Il a émis ses craintes que les aides départementales (61.500 euros par an contre 66 000 euros antérieurement) s'amenuisent au fil du temps et mettent en péril le fonctionnement du projet de l'école.
L'élu a rappelé que « les écoles de musique ont été voulues pour favoriser les pratiques artistiques, et cela donne de beaux résultats. Je dis d'ailleurs merci aux communes qui accueillent ces cours de formation musicale, car sinon, il faudrait payer en plus des locaux pour pouvoir les accueillir ».
En fin de séance, l' ensemble des élus a validé le projet d'établissement de l'école.

Les Sucs veulent poursuivre leurs investissements

L'autre grand dossier de la soirée était le débat d'orientation budgétaire, préalable au vote du budget qui aura lieu le 5 avril. Peu d'échanges ont nourri ce débat. Redoutant la baisse des dotations de l’État, les élus souhaitent « anticiper les mutations ensemble plutôt que de les subir individuellement ».
Malgré cette inconnue - le montant de la dotation pour 2018 - la CCDS souhaite poursuivre ses investissements sur le territoire des Sucs, notamment en direction de l'économie (avec la création d'un atelier relais du Meygal et l'aménagement des Z.A.), du tourisme (avec le projet de passerelles des Gorges du Lignon et l'aménagement de la Via Fluvia), de la voirie, du champ médico-social et de la famille.

Une collectivité de projets avant tout

Isabelle Servel, vice-présidente, a conclu en annonçant : « La communauté de communes des Sucs demeure une collectivité de projets. Le budget 2018 qui sera voté au printemps devrait être établi en ce sens. Les nouvelles compétences imposées appellent néanmoins à la vigilance pour les dépenses de fonctionnement si la CCDS veut dégager une capacité d'autofinancement de ses investissements futurs.»

M-A.B.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistesL le 12 février 2018 - 18h02
"Favoriser les pratiques artistiques"... Je suis cent pour cent pour ! Et pour commencer, peut-être serait-il bien que les enfants issus de familles modestes puissent y avoir accès aussi. Mais hélas, on en est bien loin :/

Signaler un abus