Roi de l'Oiseau : à la rencontre d'une lainière (vidéo) sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Roi de l'Oiseau : à la rencontre d'une lainière (vidéo)

Date : 19/09/2019 | Mise à jour : 20/09/2019 07:44
Partager

Le temps des Fêtes Renaissance du Roi de l'Oiseau, les lainières partagent avec le public leur savoir-faire. Le rendez-vous est donné sur la place Monseigneur de Galard au Puy-en-Velay.

Lainière depuis 2013

Dès son arrivée en Auvergne, Christelle Jeannet, créatrice de la société Séraphita à La Chomette, s'est tournée vers deux races spécifiques du territoire, la brebis Noire du Velay (brun-noir) et la Bizet à la couleur beige. Celle qui est devenue lainière en 2013, par passion et à force de rencontres, a developpé un savoir-faire exceptionnel, de la tonte jusqu'au produit fini. Elle anime jusqu'à dimanche un atelier sur la place Monseigneur de Galard au Puy-en-Velay. 

"ll y a un regain d'intérêt pour la laine"

Sous vos yeux, elle trie, elle lave, elle file la laine. Un travail délicat, un savoir-faire ancestral qui se fait rare de nos jours en Haute-Loire, comme partout en France. Et pourtant, selon Christelle Jeannet, "il y a un regain d'intérêt pour la laine". D'abord pour la nature même de la matière que l'on aime à qualifier de noble. Ensuite, parce que la population serait de plus en plus vigilante quant aux matières et aux objets achetés. La laine ferait également son retour dans le monde du sport. "Maintenant à Decathlon, il est fréquent de trouver des t-shirts ou des sous-pulls 100% Mérinos ou avec une grande partie de laine. Et les sportifs qui ont goûté à la laine, en général, ils ne reviennent pas à autre chose", commente Christelle Jeannet, souriante.

La laine est peut-être plus présente, mais est-elle française ? "C'est encore un autre débat. Il y a d'une part l'intérêt pour la laine qui est intéressant parce qu'on revient à un produit naturel, mais on va rester sur un circuit mondialisé. Au niveau local, il y a beaucoup de choses à faire sur la récolte de laine, la sélection et la production de qualité. Depuis 50 ans en France, on a complètement abandonné la sélection génétique sur les aspects "laine", pour se concentrer essentiellement sur les aspects "viande". Du coup, les laines françaises ont perdu énormément en qualité."

Zoomdici a suivi l'atelier de Christelle Jeannet en compagnie des élèves de l'institut médico éducatif Maurice Chantelauze de La Chaise-Dieu, ce jeudi 19 septembre.



Stéphanie Marin

   

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...