Réduction à 80 km/h : une "décision uniforme et incompréhensible". sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Réduction à 80 km/h : une "décision uniforme et incompréhensible".

Date : 09/03/2018 | Mise à jour : 09/03/2018 11:50
Partager

A compter du 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens, sans séparateur central, sera limitée à 80 km/h. Le Département aurait même été prêt à réduire la vitesse jusqu'à 70 km/h sur certaines portions, identifiées par la collectivité, forte de sa connaissance de la réalité du terrain. Jean-Pierre Marcon déplore une "décision uniforme et incompréhensible".

"La décision prise par le Premier ministre de réduire la vitesse maximale de 90 km/h à 80 km/h, sur les routes à double-sens et sans séparateur central, n'est généralement pas acceptée par les habitants de mon département, obligés de prendre régulièrement la route", a déclaré le Président du département Jean-Pierre Marcon dans un communiqué de presse dont voici le détail.

"Certes, pour un élu en charge du réseau routier départemental, il est de mon devoir de contribuer à la sécurité des usagers de la route et à rechercher à réduire le nombre des accidentés et plus particulièrement des décès. Cela est primordial, incontestablement !
Mais la décision gouvernementale, prise sans concertation préalable avec les Départements qui, pourtant, gèrent au quotidien plus de 3 780 000 km de routes, d'appliquer uniformément cette réduction de vitesse sur l'ensemble des routes du territoire national (quels que soient sa sinuosité, son gabarit, son altitude, sa dangerosité, etc.) n'est pas compréhensible.

La bonne réponse eût consistée à réduire (y compris même jusqu'à 70 km/h à certains endroits, comme nous l’avons déjà fait en certains endroits bien ciblés en Haute-Loire) et, en tout cas, à adapter la vitesse sur les secteurs les plus accidentogènes et les plus dangereux du réseau routier ; ceci en concertation étroite avec les Départements.
Fort de sa connaissance de la réalité locale de terrain, le Département de la Haute-Loire eût été une force de propositions avisée. Et au final, je suis persuadé que, pour la plupart, les usagers de la route auraient accepté cette contrainte supplémentaire, car ils en comprendraient la justification et… le bien-fondé".

Dans ce sens et pour ces raisons, Jean-Pierre Marcon a tout récemment cosigné deux lettres ouvertes adressées au Gouvernement, notamment une rédigée par les Présidents de Départements du groupe DCI (Droite, Centre et Indépendants) de l’Assemblée des Départements de France.

Plus d'accidents mortels sur ces routes-là en Haute-Loire

En Haute-Loire, sur la période 2013-2017, la préfecture fait valoir que la très grande majorité des accidents mortels se produit sur des routes à double sens, sans séparateur central : 67 sur un total de 82 soit 81,7 %.
"Les accidents mortels se concentrent sur les routes les mieux aménagées et les plus circulées : 86,6 % sur les routes nationales et le réseau structurant des routes départementales (58 sur 67) alors que ces sections représentent moins de 20% de la longueur totale des routes du département", souligne la préfecture. Le représentant de l'Etat estime donc que la diminution des vitesses maximales autorisées sur les routes où la mortalité est la plus forte s’impose pour orienter durablement la courbe de la mortalité routière à la baisse. Et de rappeler les arguments portés par le gouvernement : cette mesure présenterait également l’avantage d’améliorer la fluidité du trafic et de diminuer les émissions polluantes dans l’environnement. Les temps de parcours seraient très faiblement impactés par cette baisse de la vitesse maximale autorisée. En sommes, pour la préfecture, "rouler moins vite, c’est sauver plus de vies".


Le bilan des accidents en février

Au cours du mois de février 2018, la préfecture de la Haute-Loire a recensé dans le département : 6 accidents corporels (contre 8 en février 2017), 9 blessés (contre 7 l'an dernier) dont 4 blessés hospitalisés (6 en février 2017) et un décès contre quatre l’an dernier.

Au cours des deux premiers mois de l’année, les nombres d’accidents corporels (-28,6 %), de blessés (-25 %) et de blessés hospitalisés (-22,2 %) sont en baisse. On recense 10 accidents corporels (contre 14 sur les deux premiers mois 2017), 12 blessés (16) dont 7 blessés hospitalisés (9) et à ce jour, on compte 4 décès dans 4 accidents mortels contre 4 décès dans 3 accidents mortels, l’an dernier, sur la même période.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteeb le 11 mars 2018 - 17h23
Deux accidents mortels ce weekend. Tous les deux dans des secteurs où, régulièrement, il y a des accidents graves. Vous croyez vraiment qu'une limitation à 80 au lieu de 90 aurait évité le drame? Pour ceux qui disent que les râleurs ne proposent pas de solution: Mettre toute la RN en 2x2 voies et là vous allez diminuer le nombre de morts! La limitation à 80 n'a qu'un seul but, ramasser du pognon car la France est en faillite et il faut bien rembourser les dettes...

Signaler un abus

img_journalistepp le 10 mars 2018 - 19h03
On a entendu les mêmes jérémiades des fanatiques de l'automobile avec la mise en vigueur du 90 km/h et aussi de la ceinture de sécurité . Toutes mesures attentatoires à notre liberté : celle de mourir sur la route .Faut-il refaire un petit calcul ? Yssingeaux ,le Puy :30 KM ,à 90 trajet de 20 minutes ,à 80 :22 minutes !

Signaler un abus

img_journalisteGR le 10 mars 2018 - 00h58
Jupiter droit dans ses bottes!!! avec une nouveauté "on regardera en 2020 les résultats"...comme par hasard, à l'approche des élections... On aura fait des frais avec l'échange des panneaux, et 2020, on recommencera. au fait, les frais vont être pour les Conseils Départementaux...

Signaler un abus