Culture

Questions à Catherine Morellon, directrice des archives de Rive de Gier

Trois ans après les inondations, le service des archives de Rive de Gier est le dernier vestige du drame passé à intégrer et inaugurer ses nouveaux locaux. L’occasion d’une rencontre avec celle qui a créé ce service, Catherine Morellon.
Trois ans après les inondations, vous venez d’intégrez vos nouveaux locaux, square Marcel Paul. Quelles sont vos premières impressions ?

Je ne devrais pas l’avouer, mais pour les inondations se sont finalement révélées être un bienfait. Nos anciens locaux étaient véritablement trop étroits et inadaptés. Par contre, inutile de vous dire, que durant trois ans, le fonctionnement a été plus que difficile. Aujourd’hui, nos nouveaux locaux sont très pratiques et équipés de façon moderne avec un système de rayonnages mobiles faits sur mesure qui permettent un énorme gain de place. Et nous disposons d’une salle de lecture très agréable.

Avez-vous subi des pertes importantes lors des inondations ?

Nous avons eu beaucoup de chances. Nous avons réussi à récupérer très rapidement les documents endommagés et à les faire sécher durant deux mois. Ils sont ensuite partis à Arles au CICL (Centre Interrégional de Conservation du Livre) où durant six mois, ils ont été traités, passés dans des autoclaves et remis en état.

Depuis combien de temps travaillez-vous aux archives ?

Depuis 1996. C’est moi qui ai créé le service , à l’époque. Aujourd’hui, je suis aidé par Lilas Fraioli. Nous ne sommes que deux et sommes ouvert au public durant des permanences le lundi et le mardi mais également le reste du temps sur rendez-vous.

Que conservez-vous précieusement dans ces archives ?

Tous les documents émis par la Municipalité. Le plus ancien remonte à 1551 et est le premier à avoir été archivé. Nos archives s’étalent sur l’équivalent de plus d’un kilomètre. Et nous avons entamé un programme de numérisation avec notamment la mise en ligne de tous nos inventaires. L’état civil depuis 1668 jusqu’à 2007 a, lui, été numérisé et indexé.

Qu’appréciez vous le plus dans votre travail ?

Le contact avec le public et l’amour du document ancien ! Sans parler du travail de recherche qui nous transforme parfois en véritable enquêteur. J’adore mon travail ! Que pensez vous de la révolution numérique ? Est-elle en train de prendre le pas sur le papier ? C’est très bien car il nous faut évoluer, progresser. Mais on garde cependant le document papier. Nous sommes toujours tenu de toujours conserver un exemplaire papier.

Une véritable Pole Culturel !

« Ces archives sont un symbole à plusieurs titres », a expliqué, lors de l’inauguration Jean-Claude Charvin, Maire de Rive de Gier. « Celui de la dernière tranche des inondations, mais aussi et surtout, le symbole de notre mémoire, de notre vie ! Nous avons souhaité structurer ce service et le rendre encore plus adapté à un bon fonctionnement ». L’occasion aussi pour le premier magistrat de souligner l’ampleur du dévouement des employés et des bénévoles qui ont aidé à sauver cette partie du patrimoine. Il en a donc profité pour remercier les services concernés ainsi que les associations, « très dynamiques » en rapport avec eux. Un Pole culturel qui l’espère la Municipalité saura trouver et être utile à ses administrés.


ESP

Réagissez !

Voir les 1 commentaires   Déposer un commentaire

  • Anonyme - le 13 novembre 2011 - 09h45 Signaler un abus
    Bravo et merci au personnel de ce service compétent et réactif aux demandes

Voir les 1 commentaires   L'ajout de commentaires à un article n'est plus possible au delà de 30 jours.